FESMAN : Wade se perd dans les dates

La troisième édition du FESMAN semble donner le tournis à Abdoulaye Wade. La semaine dernière le conseil des ministres a officialisé le report du Festival Mondial des Arts Nègres jusqu’en décembre 2011. Ce lundi 27 juillet, il revient encore sur la date et annonce décembre 2010. Le chef de l’Etat a fait son mea-culpa disant publiquement qu’il s’était trompé.



wade a le tournis avec les dates
wade a le tournis avec les dates
Le président Abdoulaye Wade a fait ce revirement à l’ouverture du symposium sur les Etats-Unis d’Afrique. «c’est une erreur de soutenir que le FESMAN III a été renvoyé en décembre 2011 comme annoncé dans la presse».

Sur concertation avec les partenaires, dont le Brésil, invité d’honneur de la manifestation, la troisième édition du FESMAN se tiendra finalement en décembre 2010, ‘’c’est-à-dire dans un an et quelques mois’’, a précisé Me Abdoulaye Wade.

Le communiqué rendu public mardi dernier à l’issue du dernier Conseil des ministres avait rapporté que le président Abdoulaye Wade avait décidé du report du FESMAN III à une date qui devait être précisée ultérieurement.

‘’Evoquant le FESMAN, le chef de l’Etat a estimé que l’échec n’honore pas le Sénégal, que le peuple sénégalais mérite mieux qu’un festival au succès approximatif’’, indique ce communiqué.

A l’occasion, les autorités sénégalaises avaient rappelé que la mesure répondait aussi ‘’au souhait de plusieurs acteurs culturels de la diaspora et du pays pour faire reporter le FESMAN III’’.

Cette troisième édition en est à son quatrième report. Initialement prévue en décembre 2006, elle a été reportée à 2007 puis en 2008 avant que la date du 1er au 14 décembre 2009 soit retenue. Toutefois, le FESMAN sera renvoyé à 2012 avant d’être ramené à 2010. La première édition s’était tenue à Dakar, en 1966, et la suivante en 1977 à Lagos (Nigeria).


Ibrahima Lissa FAYE avec APS

Mardi 28 Juillet 2009 - 10:54




1.Posté par Abidé Sil le 28/07/2009 13:58
Jean Pierre Pierre Bloch, producteur délégué du FESMAN s’en prend à l’Algérie
Report du Festival Mondial des Arts Nègres
mardi 28 juillet 2009.


Il ne fait aucun de doute que la deuxième édition du Festival culturel panafricain d’Algerie restera, comme la première édition, dans l’histoire du continent noir comme un événement culturel majeur

Réunissant plus de 8000 artistes, le Panaf’ d’Alger a été l’un des plus grands festivals du monde. Avec un budget global de plus de 100 millions de dollars, il se place comme le festival le plus cher au monde.

Rentrés dans leur pays, les artistes sénégalais ont rapporté, à travers la presse nationale écrite, une manifestation algérienne impressionnante, tant sur son contenu que sur son organisation.

Ainsi, enchanté par le Panaf’, le chanteur international Youssou Ndour explique à l’Agence de Presse Sénégalaise : « l’Algérie a placé la barre très haut...les organisateurs du Festival mondial des arts nègres doivent s’en inspirer pour réussir une bonne manifestation, à la hauteur des enjeux ».

Le même constat a été fait par le cinéaste Mansour Sora Wade qui a été ébloui, par les feux d’Alger, selon le journal sénégalais à grand tirage Walf Fadjri.

Du coup, les échos d’Alger, arrivés à Dakar, ont fait douter les plus hauts responsables de l’Etat sénégalais, pour la capacité des organisateurs à égaler le Panaf’ d’Alger.

Le FESMAN 2009, soutenu par la France, s’est vu reporté à une date ultérieure...On parle de décembre 2011.

En effet, sur demande du président Sénégalais Abdoulaye Wade, le FESMAN a été reporté après une annonce officielle émanant du Conseil des ministres qui s’est réuni le 21 juillet dernier : « L’échec n’honore pas le Sénégal.

Le peuple sénégalais mérite mieux qu’un Festival au succès approximatif. » peut-on lire dans la communication du président lors de ce conseil ? C’est la quatrième fois que le FESMAN se voit reporté.

Producteur délégué du FESMAN, le cousin germain de l’épouse du chef de l’Etat, le Français Jean Pierre Pierre Bloch était très hostile au report du Festival. Réaction tout à fait logique de la part du Patron de « Médiatique Events » qui, avec Gad Weil, occupe la tête de l’organigramme du festival.

Frustré par la réussite du Panaf’ d’Alger, il lâche au journaliste de lasquotidien.com « le budget du festival d’Alger était de 80 milliards, nous, nous en avons 22 milliards, vous voyez.

Nous n’avons pas de pétrole, mais, nous avons des idées. Nous allons former 500 jeunes, construire des théâtres, rénover des hôtels, et tout cela, ce sont les Sénégalais qui vont en bénéficier ».

Comme si les Algériens n’avaient pas des idées ! Cette réaction prouve que M. Bloch se positionne exclusivement comme représentant de la « France ».

La phrase qui fait référence au pétrole a été utilisée par la France dans les années 1970, au moment du choc pétrolier pour dénigrer les pays arabes.

Certes l’argent du pétrole a aidé l’Algérie à organiser le Panaf’, mais cet argent a été utilisé par des idées 100 % algériennes, fusionnées aux efforts des frères africains, venus donner à leur festival un coup de pousse sur le terrain, à l’instar du sénégalais Mahama Johnson Traoré pour le volet cinéma.

En 1993, le Conseil institutionnel prononce l’éligibilité de Jean Pierre Pierre Bloch pendant un an pour une question de financements électoraux.

Mis en examen à deux reprises (2001 et 2002), pour « recel d’abus de biens sociaux » puis relaxé, il est ancien député et ancien conseiller UMP de Paris et a rejoint, en 2007, le Nouveau Centre, formation politique qui inscrit sont action au sein de la majorité présidentielle de Nicolas Sarkozy.

La réaction de Monsieur Bloch ne fait que confirmer la rivalité entre la France et l’Algérie avec les deux festivals interposés.

Nos amis sénégalais, gagneront à reprendre les choses en main et faire appel à leurs propres compétences pour l’organisation du FESMAN. En effet, nombreuses sont les compétences sénégalaises qui vendent leurs talents hors du pays, faute de considération locale.

El Khabar

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter