Rafael Correa salue un «pacte stratégique» entre la France et l'Equateur

Le président équatorien, Rafael Correa, achève ce vendredi 8 novembre une visite officielle en France. Après avoir rencontré ministres, sénateurs et parlementaires, il a été reçu jeudi à l'Elysée par François Hollande. C'était la première visite officielle d'un président équatorien en France depuis 22 ans. Les deux chefs d'Etat ont signé un « pacte stratégique » entre les deux pays et des accords de coopération sur la recherche, le transfert de technologies, et le domaine universitaire. Au micro de RFI, le président équatorien revient sur les relations existantes entre l'Equateur et la France.



« Nous avons beaucoup d'échanges commerciaux avec la France et un excédent commercial. Les investissements français en Equateur sont importants. L'influence de la culture française est présente en Equateur et dans le monde entier. Mais nous pouvons faire encore mieux. » Le constat est dressé, et Rafaël Correa ne dissimule pas son optimisme de voir les relations franco-équatorienne s'approfondir encore.
 

« Nous avons trouvé ici les portes ouvertes, avec M. Hollande, et nous l'en remercions,poursuit-il. Nous avons signé deux accords, l'un sur les sciences et la technologie, l'autre sur l'enseignement universitaire. Ce qui peut paraître étrange, car d'habitude on cherche toujours à signer des accords commerciaux de coopération. Mais pour nous, la coopération la plus importante, c'est celle que peuvent nous offrir les pays les plus avancés dans les domaines de la science et de la technologie, pour préparer les talents humains de notre pays. Car nous sommes convaincus que c'est la clé du développement. »
 

Et le président équatorien de souligner les « immenses talents humains » dont « regorge » la France, « grande puissance en matière de technologie ». « Nous y avons trouvé toutes les dispositions pour nous aider. Président Hollande et vous, le peuple de notre chère France, au nom du peuple équatorien, nous vous remercions et vous attendons dans notre pays », a conclu le chef d'Etat sud-américain.

Source : Rfi.fr


Dépéche

Vendredi 8 Novembre 2013 - 13:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter