Sénégal - Ce que fera Macky Sall s'il est élu président (Interview)

Il a été ministre, Premier ministre, directeur de campagne et président de l’Assemblée nationale sous la présidence d'Abdoulaye Wade. A 50 ans, Macky Sall affronte dimanche, pour le second tour de la présidentielle, son ancien mentor de plus de 85 ans. Interview.



Etes-vous confiant dans vos chances de victoire ?

Macky Sall, qui affronte le président sortant Abdoulaye Wade au second tour de la présidentielle sénégalaise dimanche 25 mars (BEHAN/SIPA)
Macky Sall, qui affronte le président sortant Abdoulaye Wade au second tour de la présidentielle sénégalaise dimanche 25 mars (BEHAN/SIPA)
Vous savez, il se passe une chose inédite au Sénégal : je n’avais jamais vu auparavant la totalité des candidats de l’opposition se ranger derrière un seul d’entre eux. Pour non seulement me soutenir, mais battre campagne avec moi. Aujourd’hui, nous représentons 65% des suffrages exprimés au premier tour. Avec de surcroît les démissions très importantes qui ont lieu au sein du parti au pouvoir, il y a de quoi être confiant.

Ne craignez-vous pas que bien que les autres candidats de l’opposition aient appelé à voter pour vous les électeurs ne suivent pas ce mot d’ordre ?

Non, il n’y a aucun risque. La fusion entre tous les candidats a été quasi parfaite : nous avons ensemble défini une coalition nouvelle et les militants se sont aussitôt engagés sur le terrain en son nom. C’est la synthèse qui cristallise tous les espoirs, et je suis le candidat de ce vaste rassemblement. Il inquiète une composante du pouvoir, qui tend à dire qu’il y aurait quelques militants de l’opposition qui ne vont pas suivre. Mais c’est de la propagande électorale.

On vous présente comme l’élève tombé en disgrâce qui défie son maître…

Cette image est trompeuse. C'est vrai que j'ai passé 19 ans au côté de Wade, dont 11 dans l’opposition et 8 au pouvoir. Ce long chemin que j’ai fait avec lui, je l'assume, comme j'ai assumé aussi notre rupture, en 2008, en créant mon parti et en parcourant tout le pays pour bâtir un projet qui propose vraiment des solutions aux problèmes des Sénégalais. C'est de l'histoire ancienne.

Aujourd'hui, je pense que Wade a pu faire ce qu’il pouvait. Sur certains plans, on peut apprécier son action, sur d'autres non. Je pense qu'en briguant un troisième mandat après 12 ans de pouvoir, il a engagé le combat de trop. C’est ce que les Sénégalais sont en train de lui dire. Ils ne veulent pas de troisième mandat, ils veulent le changement, ils veulent tourner la page. Il n'y a pas de revanche dans ma démarche, seulement la conviction que je peux apporter cette alternance démocratique et générationnelle que demande la majorité des Sénégalais.

Vous adhérez comme lui aux thèses libérales… certains craignent que vous meniez la même politique que lui si vous êtes élu. En quoi serait-elle différente ?

Il est vrai que je crois, comme lui, dans le libéralisme. Mais je prône un libéralisme social. Je faire la différence en montrant vraiment que le libéralisme n'est pas antinomique de l'action sociale et de la solidarité et que c'est de cette combinaison dont le Sénégal a besoin. Je vais renforcer la création de richesse, promouvoir la productivité, la créativité, tout en travaillant à gommer les inégalités majeures. Dans un pays comme le nôtre, où la majorité de la population est sans travail et sans couverture médicale, il faut que l’Etat apporte des solutions.

Mais la différence la plus fondamentale entre Wade et moi, c’est que je suis le candidat d’un bloc alternatif qui regroupe toute l’opposition. Je me suis engagé à bâtir mon action sur la base des conclusions des Assises nationales. Pendant plus d'un an, des représentants de partis politiques et de la société civile ont fait un état des lieux des problèmes du Sénégal qui a débouché sur un vrai projet de société.

Nous proposons une refondation de la république à partir des principes de séparation des pouvoirs, de justice sociale, d’une gouvernance sobre, efficace et vertueuse et de l’état de droit. C’est tout l’inverse de ce qui se passe aujourd’hui. Il n’y a qu’à voir à quel point la corruption a été érigée en système dans cette campagne pour essayer à tout prix de m’empêcher d'en sortir victorieux.

Comptez-vous poursuivre en justice ceux qui ont participé à ce système ?

Il n'y aura pas de chasse aux sorcières. Je vais faire un état des lieux de la manière dont ce pays a été dirigé, je vais commanditer des audits pour que la lumière soit faite sur l’état réel de l’économie. On jugera sur pièce, et s’il y a eu des malversations, la justice se saisira des dossiers.

Vous pourriez donc enfin lancer un audit sur la gestion des fonds publics par le fils du président, Karim ? [C’est parce qu’il avait convoqué Karim Wade à l’Assemblée, en 2007, pour que celui-ci s’explique sur les comptes de l’Agence nationale de l’Organisation de la conférence islamique dont il avait la charge, que Macky Sall s’était attiré les foudres de Wade, ndlr.]

(Rires) C’est vous qui le citez. Ce que je dis est valable pour tout le monde.

Quelle serait votre politique à l'égard de la France ?

Je vais conserver les relations privilégiées qui existent entre le Sénégal et la France. La France est notre premier partenaire, en raison de l’histoire qui nous lie depuis plusieurs siècles. Je compte poursuivre notre coopération privilégiée également avec l’Union européenne et les Etats-Unis, qui sont des alliés traditionnels. Et en parallèle, nous continuerons à nous ouvrir vers d’autres destinations : l’Arabie saoudite, l’Amérique du sud…
Source: Le Nouvel Observateur


Vendredi 23 Mars 2012 - 11:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter