Sidy Lamine Niass, pdg du groupe Walf: Wade ne peut pas m’acheter

Lors de ses échanges avec les journalistes ce lundi, le patron du groupe Wal Fadjri est largement revenu sur l’actualité du pays marquée par l’ambiance liée au second tour de la présidentielle de dimanche prochain. Sidy Lamine Niass est passé aux aveux sur ce qu’il pense des acteurs politiques du pays, sur leurs rapports avec les francs-maçons, mais aussi et surtout sur ce qu’il qualifie de terrorisme que mènent certains compatriotes malintentionnés...



Sidy Lamine Niass, pdg du groupe Walf: Wade ne peut pas m’acheter
Dans son allocution, le numéro un du groupe de  presse « Walfadjiri » n’a pas caressé les hommes politiques au sens du poil. Le patron de Walfadjiri soutient que certains (politiques) d’entre eux sont des Chiites comme Moustapha Niasse. L’on peut se souvenir du discours qu’il avait tenu à Wack Ngouna. Abdoulaye Wade a de nombreux dossiers « noirs », surtout avec ces montages financiers qu’il a faits. Et j’en passe. Macky Sall, on a également vu ses dossiers, Idrissa Seck l’avait d’ailleurs énoncé en prélude à la campagne en soulevant la question des fonds taïwanais.

« Et vous voulez que je prenne position par rapport à ces voleurs. Ma condition et mon engagement à servir ce pays ne me l’autorisent pas. Le jour où je verrai dans ce pays un régime islamique qui s’occupe de la justice sociale, de l’éthique, des principes sûrs, alors là je m’engagerai… Aujourd’hui, si on prend les deux adversaires du second tour à la présidentielle, ils sont tous ciblés pour leur appartenance dans des loges maçonniques » informe Sydi.

« Wade était passé aux aveux, et Macky Sall est pointé du doigt. Ce qui diffère, c’est leur approche des pratiques maçonniques. Ils sont tous les deux au service des loges », martèle Sydi Lamine Niasse.

En ce qui concerne le soutien du fils de Moustapha Niasse au candidat Wade, l’orateur affirme que ce dernier est « l’envoyé de son père » au près de Me Wade. « Khaly Niasse est l’envoyé de Moustapha Niasse auprès de Wade. Il faut reconnaitre que chez Moustapha Niasse, il n’y a pas de contradiction entre le père et ses fils. Qui pouvait penser que Niasse fils pouvait rejoindre un autre parti différent de celui de son père. Ce scénario, on peut le voir ailleurs, comme chez les Dias avec Barthélemy d’un côté et son père Jean-Paul de l’autre côté. Mais Moustapha Niasse a le contrôle sur ses enfants. Il faut reconnaître que dans cette stratégie, c’est Papa Samba Mboup qui est allé voir Moustapha Niasse. Sachant que s’il s’exprime publiquement, il va entacher son nom, Moustapha Niasse a envoyé son fils. Il faut connaître la manière avec laquelle l’homme agit pour pouvoir décrypter ses prises de position ».



Mardi 20 Mars 2012 - 11:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter