Sommet du Nepad : les infrastructures majeures qui feront l'Afrique de demain



« Sans infrastructures adéquates, l'Afrique pourrait atteindre un taux de croissance de 6 % », apprend-on. Donc aller chercher ce qu'il en sera de son rythme de cadence, s'ils étaient améliorés. C'est en quelque sorte le défi auquel le Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique s'est engagé sur l'organisation du sommet de Dakar.  Il est destinée à la recherche, au sein des Africains, de financement pour le développement des infrastructures.

Selon Dr Carlos Lopes, Sg adjoint des Nations unies et secrétaire exécution de la Commission économique pour l'Afrique, « il est bien établis que les investissements dans les infrastructures sont essentiels pour le développement du continent. Comblée ce déficit d'infrastructures équivaut à augmenter de plus de 2 % la croissance par an et accéléré de 40 % la productivité des entreprises ». Donc avec ce potentiel, il n'est plus question pour l'Afrique tout entière d'exporter moins de produits manufacturés que la Thaïlande.

Face à cette situation, le Nepad met mise sur l'électrification et la connexion pour faire avancer l'Afrique. Ce n'est pas moins de 16 projets qui ont été choisis pour mettre l'Afrique sur les rampes de lancement. Ils ont été sélectionnés en raison de leur importance stratégique, politique et économique, en tant que projets phares régionaux.

Le projet Ruzizi III, qui a été proposé, sera une centrale hydro-électrique construite sur le courant d'eau et dotée de trois unités de production d'une capacité totale installée de 147 MW avec trois turbines conçues pour un débit maximum de 50m3/s, soit un débit total de 150 m3/s pour la Centrale dans son ensemble. Le réservoir aura une capacité de stockage d'environ 900.000 mètres cubes. Il s'agit d'une centrale de puissance moyenne, avec les caractéristiques techniques suivantes : Un barrage de dérivation, un tunnel de 3,9 kilomètres, une centrale en surface comprenant 3 turbines de type Francis et 220 kilovolts d'interconnexion de type A. Une ligne de transmission de 220 kV de 10 km vers un poste situé à Kamanyola en RDC. Les trois usines fonctionneront comme une cascade : la même eau s'écoule successivement à travers les turbines de Ruzizi I, II et III. Aval de la centrale, toute l'eau sera retournée à la rivière.

Le port de Dar-es-Salaam est la seconde passerelle la plus importante pour le commerce régional en Afrique de l'Est après Mombasa. Il s'occupe de 90 % du commerce international de la Tanzanie et d'une part importante du commerce de transbordement de la Zambie, du Malawi, de la RDC, du Burundi, du Rwanda et de l'Ouganda. Après sa privatisation dans les années 1990, le port de Dar-es-Salaam est devenu l'un des ports les plus efficaces en Afrique, mais sa performance s'est détériorée au fil du temps. On estime que les gains d'efficacité reviendraient à 1,8 milliard de dollars par an, si le port de Dar-es-Salam devenait aussi efficace que celui de Mombasa, le coût total cumulé des retards et des coûts monétaires supplémentaires s'évaluerait à l'équivalent de 22 % des taux des droits sur les importations de conteneurs.
La modernisation du port de Dar-es-Salaam a été une priorité dans les stratégies nationales récentes. Les initiatives nouvelles, telles que la création d'un système de guichet électronique et la facilitation de la livraison directe du fret, ont été d'une importante utilité.
Cependant, avec l'augmentation prévue des flux commerciaux, des investissements importants sont nécessaires pour faire face aux retards à l'amarrage et au temps, particulièrement long, de retrait de la marchandise du port. Le temps d'attente des navires porte-conteneurs est de 10 jours en moyenne, contre moins d'un jour à Mombasa ; pour lefret sec, le temps d'attente est en moyenne de 4,5 jours par rapport à Mombasa où le retrait est immédiat.

La route Serenje - Nakonde : Le transport de plus de 80% de la cargaison en direction du Corridor de Dar-es-Salaam s'effectue par la route et au profit direct ou indirect de la Zambie, de la Tanzanie, du Kenya, de la République Démocratique du Congo (RDC), du Malawi, du Zimbabwe, du Botswana et de la Namibie. La réduction du coût du transport le long des corridors nord sud et de Dar-es-Salaam est nécessaire pour l'amélioration de la compétitivité dans les huit pays desservis par ces corridors. La route Serenje - Nakonde, qui a été construite dans les années 1970, a reçu un minimum d'entretien jusqu'en 1995, date à laquelle une détérioration importante avait eu lieu.

Le gouvernement de la Zambie a entrepris des travaux d'entretien d'urgence afin d'améliorer la sécurité sur la route. L'objectif spécifique est de contribuer à la modernisation de la section Serenje - Nakonde du réseau routier NSC à travers la réhabilitation des 3 liaisons routières pour une durée de vie de 20 ans pour la chaussée ainsi conçue, ce qui représente un niveau rentable et économiquement justifié. Le projet routier est exécuté dans la direction nord-est, de Serenje, dans la Province Centrale de la Zambie, à Nakonde, dans la Province de Muchinga, couvrant une distance totale de 614,71 km.

Le gazoduc Nigéria- Algerie : Le gaz naturel est en passe d'occuper une place encore plus importante dans l'équilibre énergétique à travers le monde. Grâce à ce gazoduc, l'Afrique peut contribuer au marché mondial à travers une alimentation soutenue et diversifiée de gaz naturel, en particulier en direction de l'Union Européenne. Il est prévu que les importations de gaz naturel pourraient atteindre 85 % de la consommation de gaz de l'UE d'ici à 2030, soulevant ainsi la question de la disponibilité à long terme des approvisionnements. Le Nigeria a la 7e réserve de gaz la plus grande dans le monde et la qualité du gaz nigérian est élevée, riche en liquides et à faible teneur en soufre. En plus de ce qui précède, il existe d'importants avantages économiques locaux.
Le gazoduc proposé sera conçu pour se connecter à un pipeline Trans Méditerranéen, Maghreb-Europe, Medgaz et Galsi existant à travers la mer Méditerranée. La longueur du pipeline est estimée à environ 4400 km, avec plus de 1000 km au Nigeria, 840 km en Asie, 2300 km en Algérie et 220 km reliant l'Algérie à l'Espagne. Le pipeline, lancé dans le bassin du Delta du Niger, traversera de vastes étendues de la région du Sahel et le désert du Sahara, avant d'atteindre Hassi R'Mel, une plaque tournante pour le gaz naturel et les oléoducs en direction de la côte algérienne. Compte tenu de la longueur de 4400 km, le coût du gazoduc est considéré raisonnable par rapport à l'option de GNL en tenant compte des pertes de gaz estimées à 15-18%, au cours du processus de liquéfaction. Il y a deux options pour la taille de la canalisation, 48 ou 56 pouces de diamètre. Avec l'option de 48 pouces, le TSGP atteindra une capacité de 30 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an.

Modernisation de la ligne ferroviaire Dakar – Bamako : Ce projet fait partie du corridor multimodal Dakar – Niamey, qui est lui-même un élément majeur du plus grand projet Dakar - Bamako - Niamey - Ndjamena - Djibouti du Plan d'Action Prioritaire du PIDA (PAP). Le projet implique un investissement dans une nouvelle infrastructure ferroviaire (suivi et matériel roulant), et dans le système de signalisation de la ligne ferroviaire entre le port de Dakar et celui de Bamako. Le chemin de fer à voie métrique existant, construit entre 1907 et 1927, est vétuste et obsolète.
Le projet comprend la construction d'une ligne de chemin de fer principale moderne de 1234 km entre Dakar et Bamako, avec les principaux éperons ferroviaires stratégiques, desservant les zones d'exploitation de minerai de fer près Koudekourou, et les mines de bauxite près de Faléa, au Mali. Il existe deux options possibles de ligne principale: 1 ) Sendou - Tambacounda - Koudekourou - Falea Bamako (757 km) et 2) Sendou - Tambacounda - Koudekourou - Kidira (614 km) avec une voie de contournement de Tambacounda à Koudekourou (311 km). La première phase du projet portera sur la section Dakar - Bamako du corridor multimodal le plus large.

Barrages Sambangalou et Kaleta : Ce projet faisait auparavant partie d'un large projet énergétique de l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie (OMVG) qui comprenait un réseau énergétique d'interconnexion avec le barrage Kaleta en Guinée. L'OMVG a été créée en 1978 avec les trois principaux pôles d'énergie, de sécurité alimentaire et de communication. Ces bassins de fleuve offrent une opportunité de production d'énergie et les études ont été financées par les pays de l'OMVG avec l'aide internationale de la Banque Africaine de Développement (BAD). Les barrages Sambangalou et Kaleta font désormais partie des projets PIDA. Le projet permettra de satisfaire la demande croissante en électricité dans la sous-région en utilisant une génération d'électricité ne produisant pas de gaz à effet de serre. Le projet aura un impact sur 186 ménages (soit 1320 personnes) et 1250 ha de terrain (dont 850 ha de terres cultivées).

Corridor côtier Abidjan-Lagos : Le projet va mettre l'accent sur la modernisation du corridor en Afrique de l'Ouest qui comprend: l'élimination de cinq routes liées aux modules de corridor ; la modernisation de 384km d'autoroute ; la réhabilitation de 288km de route et la création de quatre postes de guichets uniques.
En outre, le projet implique la dualisation du corridor Abidjan-Lagos en une autoroute de 2x3 avec un réseau ferroviaire associé et des technologies TIC pour transformer le corridor côtier transport/commerce en un « corridor smart ». La longueur totale de l'autoroute Abidjan-Lagos est de 1028 km.

Fibre Optique terrestre TIC Lusaka-Lilongwe : Le projet de connexion terrestre TIC comprend la clôture des chaînons manquants dans le secteur des TIC afin d'améliorer l'infrastructure d'interconnexion sur le continent et de connecter l'Afrique avec le reste du monde.
Le projet Lilongwe-Lusaka est un sous-projet. Etant donné que Zambia's Zesco possède déjà une ligne de fibre venant de la frontière à partir de Lusaka, Malawi Telecommunications Limited (MTL) utilisera le projet zambien comme un modèle pour la conception et l'établissement des coûts pour achever un projet TIC similaire au Nord de la Tanzanie. Le projet inclut le creusage de tranchées en général dans un sol tendre dans la réserve de la route à côté de la route principale de Chipata, en posant des pipes, en conduisant les câbles et en remblayant une fois de plus les tranchées. Par conséquent, aucune licence additionnelle n'est nécessaire et aucun impact négatif social ou environnemental n'est prévu.

Corridor de transmission de l'Afrique du Nord (Egypte, Libye, Tunisie, Algerie, Maroc)
Il s'agit de la construction d'une ligne de transmission de 2 700 kilomètres dotée d'une capacité de 4 500 mégawatt partant du Maroc en Egypte en passant par l'Algérie, la Tunisie et la Libye.
 Le renforcement de 220km 400 kV tronçon Algérie-Tunisie ; valeur du projet (162mUS$ ; écart de financement (100%).
 Le renforcement de 220km 400 kV tronçon Algérie-Tunisie ; valeur du projet (60mUS$ ; écart de financement (N/a).
 Le renforcement de 210km 400 kV tronçon Libye-Tunisie; valeur du projet (154mUS$ ; écart de financement (100%).

Projets de construction du chemin de fer Abidjan
Ouagadougou

Projet de construction du chemin de fer Douala Bangui Ndjamena

Modernisation de la route Kampala Jinja

Projet routier Juba ToritKapoeta Nadapal Eldoret

Projet du barrage hydroélectrique de Batoka Gorge

Projet de construction d'un pont de chemin de fer
Brazzaville Kinshasa & du chemin de fer Kinshasa –
Illebo



Dimanche 15 Juin 2014 - 21:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter