Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Interdiction sachets en plastique: Cheikh Diop Cnts-Fc ne comprend pas la "précipitation" du ministre Abdou Karim Sall

Le Sénégal cherche-t-il à gagner l’auréole de pionnier dans l’application de la décision de la Cedeao visant l’interdiction des sachets en plastique dans l’espace communautaire ? Une chose est sûre : le zèle des autorités de notre pays risque de mettre en péril près de 30.000 emplois (directs et indirects) gravitant autour de la vente de sachets d’eau. Lesquels sont produits et conditionnés par les très petites et petites unités industrielles s’activant dans le microdosage d’eau. Le ministre de l’Environnement, Abdou Karim Sall, qui mène le combat pour l’application des dispositions de la loi N° 2020-04 du 04 avril 2020, interdisant la production, l’importation, la détention, la distribution et l’usage des sachets plastiques, est donc interpellé. Le secrétaire général de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal/Forces du changement (Cnts/Fc), Cheikh Diop affiche son inquiétude. Il appelle à un report de l’application de la loi du 20 avril.



La Cedeao prévoyant une application d’ici 2025, la précipitation du ministre Abdou Karim Sall pas du tout comprise par les acteurs

 L’interdiction des sachets en plastique aux pays membres à l’horizon 2025 est rappelée par le patron de la Cnts-Fc. Lors d’une rencontre à Ouagadougou au Burkina en ce début février (les 04 et 05), les ministres en charge de l’Environnement des pays membres de la Cedeao avaient décidé de ‘’l’interdiction, de l’importation, de la production et de la commercialisation des emballages plastiques dans la région d’ici 2025’’. Il en est de même de ‘’l’interdiction de l’installation de nouvelles unités de production d’emballages plastiques dans les pays de la Cedeao’’.

Au vu du deadline fixé, Cheikh Diop se demande pourquoi le Sénégal se précipite-t-il pour vouloir coûte que coûte appliquer cette directive dont l’entrée en vigueur pourrait engendrer beaucoup de drames. « Il est vrai qu’on ne peut pas militer de façon ardue contre cette loi qui est d’actualité puisque prenant en compte les menaces sur la planète et sur notre environnement » tient à préciser tout de même le président de la deuxième centrale du pays. Une manière pour Cheikh Diop de dire qu’il n’est pas opposé à l’application de la loi. « Mais je crois qu’à partir du moment où la mise en œuvre d’une telle loi pourrait avoir de sérieux impacts sur les emplois, mais aussi sur des petites et grandes entreprises qui ont dans le processus de fabrication industrielle de leurs produits des petits sachets en plastique ou des filtres en plastique, il serait judicieux de différer son application pour donner le temps aux unités de s’adapter. Déjà certaines sont dans le processus de réactualiser leurs systèmes de production, d’autres sont dans la réflexion » explique le président de la Cnts-Fc à nos confrères du journal Le Témoin.

Cheikh Diop appelle le gouvernement, surtout le ministre de l’Environnement, à discuter avec tous les acteurs concernés par cette implication. Selon l'interlocuteur de "Le Témoin", en effet, rien ne justifie cette précipitation du fait que le Sénégal a le temps pour appliquer une mesure dont le deadline de la Cedeao est prévu en 2025. Ce jeudi, le patron de la CntsFC prend la tête du combat lancé par le Collectif des travailleurs des 700 unités de production des eaux en sachets (CTES). Ces derniers sont venus spontanément vers Cheikh Diop pour lui soumettre leurs préoccupations. « Les autorités sénégalaises ont lancé une nouvelle croisade contre les sachets plastiques pour mettre définitivement fin au péril plastique. En effet, à partir du 20 avril 2020, les dispositions de la loi N°2020- 04 du 04 avril 2020, interdisant la production, l’importation, la détention, la distribution et l’usage des sachets plastiques seront appliquées dans toute leur rigueur. Au-delà de l’impact de cette loi sur la production industrielle et artisanale d’eau en sachets, plus de 10.000 personnes risquent de perdre leur principale source de revenus et de subsistance, près de 20.000 autres emplois indirects risquent de disparaître » estime le CTES.

Ce collectif n’est pas seul dans cette bataille. Les industriels du pays comptent aussi s’engager pour la même cause. Pourvu que le ministre de puisse entendre tous ces cris de désapprobation et réunisse tout le monde autour d’une table pour des discussions devant permettre d’aboutir à un consensus sur la question. En effet, qu’est-ce que cela coûterait au gouvernement, vu que le deadline communautaire est fixé à 2025, d’accorder un délai aux différents acteurs afin qu’ils puissent s’adapter ? Moustapha 

AYOBA FAYE

Jeudi 27 Février 2020 - 09:47


div id="taboola-below-article-thumbnails">


1.Posté par Thieuylii le 27/02/2020 10:32
C'est Macky Sall qui veut montrer par là qu'il est l'Homme fort: du "diaay doolé" comme avec l'opposition ! Mais ici, il montre encore tout son manque de vision ! Sur la rampe de l'Emergence, rien ne doit être "précipité" sans connaître l'Echec ! Du fast track quoi ! Nuls !

2.Posté par Thieuylii le 27/02/2020 10:37
Il faut rappeler à Macky Sall comme à son Ministre de l'Environnement (mais pas celui du développement durable) que les poissons du Sénégal ne se nourrissent de plastique, pouvant ainsi contaminer les hommes et femmes que nous sommes ! Ce raisonnement de Macky Sall n'est ni logique ni scientifique ! Il est également non fondé sur du réel !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter