Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Législatives : les leaders de YAW soupçonnent une tentative d'élimination de leur liste et appellent à la vigilance



En conférence de presse ce lundi soir, la conférence des leaders de la coalition Yewwi Askan Wi, a appelé les Sénégalais à la vigilance, avant de soutenir que de Benno Bokk Yakaar ne doit pas participer aux élections législatives de juillet 2022 pour non respect de la parité sur leur liste nationale.
 
Khalifa Sall, Habib Sy, Déthié Fall et Oumar Youm, seuls présents de la conférence des leaders pour inviter les sénégalais à la vigilance face aux propos de la mouvance présidentielle. « S’il y a une coalition qui ne doit pas participer à ces élections, c’est bien Benno Bokk Yakaar. Non seulement sur le parrainage ils ont été out, mais aussi, sur la parité, leur liste nationale ne peut pas passer », interpelle Déthié sur « l’impossibilité » pour Benno de participer aux législatives tout en soutenant celle de leur coalition qui, selon lui, « est même appuyée par les experts électoraux ».  
 
En plus, le mandataire de la coalition Yewwi Askan Wi dira même que c’est le ministre de l’Intérieur avec ses équipes au niveau de la direction générale des élections qui sont dans une démarche mesquine visant à leurrer les Sénégalais et ne pas organiser des élections libres et transparentes.
 
Le mandataire de la coalition « Yewwi » semble avoir reçu une fin de non-recevoir dans sa tentative de faire remplacer leur candidate investie sur les deux listes de la coalition titulaire et suppléante à la fois. Accompagné d’un huissier ce matin à la DGE, Déthié Fall a, en conférence de presse, indiqué que les fonctionnaires du ministère de l’intérieur semblaient « vouloir se substituer aux juges » en lui refusant son droit. Suffisant pour mettre Khalifa Sall, membre de la coalition « Yewwi » dans tous ses états. Selon lui, c’est le pays qui est en danger tout simplement.
 
« Le Sénégalais est interpellé sur des agissements que personne ne peut comprendre. Le système électoral avait depuis 1993 retiré à l’administration et l’État l’organisation d’une élection. Nous sommes en train de déchanter. Ce qui est arrivé est connu de tous. C’est la 1ère fois dans l’histoire politique du Sénégal que l’on a autant de problèmes. C’est inédit. Mais l’administration sénégalaise est en train de faillir. Pourquoi la liste de Benno qui a violé le parrainage n’a pas été notifiée de son irrecevabilité. On s'étonne que leur mandataire aille vérifier encore des listes alors qu’ils ne sont plus en jeu. Il devrait être au niveau conseil constitutionnel à déposer un recours », a-t-il d’abord indiqué.
 
Khalifa poursuit en rappelant qu’ils ont été frappé d’irrecevabilité sur leur liste « Yewwi » de Dakar, ce que le ministre de l’Intérieur leur a notifié. « Pourquoi « Benno » ne subit pas le même sort de la part du Ministère? Cela sous-entend deux choses, il y a deux poids deux mesures. Comment expliquer ce comportement de la DGE et du ministère de l’intérieur sinon de créer des situations compliquées et vouloir imposer l’impossible », se demande t-il.

Salif SAKHANOKHO

Mardi 24 Mai 2022 - 00:42


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter