Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Catastrophes naturelles: le PNUD rappelle aux pays la nécessité prendre des dispositions pour préserver leurs économies



Ndèye Fatou Diaw Diène, la représentante du PNUD au Sénégal a soutenu ce jeudi, lors d’un atelier de retour d’expérience et d’évaluation de l’impact des inondations, qu’il est naturel que des pays puissent prendre des dispositions pour préserver leurs économies face aux changements climatiques. Selon elle, il est impératif de mobiliser des ressources, mais aussi de fournir des orientations sur la manière de faire face à ces formes de catastrophes naturelles.
 
« Le groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat a sorti un rapport en 2018, évoquant des phénomènes de plus en plus extrême du fait des changements climatiques que nous observons partout dans le monde. Et face à cette situation, il est naturel que des pays puissent prendre des dispositions pour préserver nos économies face à ces changements climatiques », a déclaré Ndèye Fatou Diaw Diène.
 
Poursuivant ses propos, elle ajoute : « Aujourd’hui en tant que Programme des Nation Unies pour le développement (PNUD), nous nous soucions un peu du développement des pays vulnérables tel que le Sénégal qui fait parti des pays les moyens avancés (PMA). Par rapport à ces PMA, nos économies sont vulnérables face à un besoin de lutte contre la pauvreté. Des difficultés qui sont liées à des catastrophes naturelles, il est évidant que ça va fragiliser nos économies ».
 
Selon Mme Diène, les efforts du PNUD sont plutôt concentrés sur la partie stratégique. « Nous en tant que PNUD, nos efforts sont plutôt concentrés sur la partie stratégique. Voir comment faire pour que ces documents soient pris en compte…. Nous avons visé plusieurs secteurs, notamment le secteur de la santé, agriculture, des infrastructures de la gestion des risques et catastrophes. Pour que dans ces secteurs, une réflexion assez poussée puisse se faire, et prendre en compte cette dimension dans la planification », dit-elle.
 
Ce qu’il faut noter aujourd’hui, précise Mme Diène, « ce que nous sommes dans le niveau stratégique. Mais le niveau opérationnel nous voulons attendre qu’il ait des programmes assez structurants qui soient établi sur la base de cette analyse pour pouvoir se positionner sur des actions concrètes sur le terrain ».   


Jeudi 3 Décembre 2020 - 13:39


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter