Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Covid19 : plus de 130 millions de personnes pourraient souffrir de la faim en 2020 (rapport)



Covid19 : plus de 130 millions de personnes pourraient souffrir de la faim en 2020 (rapport)
La pandémie de Covid-19 pourrait faire basculer plus de 130 millions de personnes supplémentaires dans la faim chronique d’ici à la fin 2020, a indiqué  l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture, dans un rapport.

« Alors que la lutte contre la faim stagne, la pandémie de covid-19 intensifie les vulnérabilités et les insuffisances des systèmes alimentaires mondiaux, c'est-à-dire l'ensemble des activités et des processus qui affectent la production, la distribution et la consommation d'aliments. Bien qu'il soit trop tôt pour évaluer l'impact total des mesures de confinement, le rapport estime qu'au minimum 83 millions de personnes supplémentaires, peut-être même 132 millions, pourraient souffrir de la faim en 2020 en raison de la récession économique déclenchée par la pandémie. Ce revers jette un doute supplémentaire sur la réalisation du deuxième objectif de développement durable (Faim «zéro») », souligne le document.

Vaincre la faim et la malnutrition sous toutes ses formes (y compris la dénutrition, les carences en micronutriments, le surpoids et l'obésité) ne se limite pas à assurer une alimentation suffisante pour survivre, selon l’organisation. Pour qui, ce que les gens et, surtout, les enfants mangent doit également être nutritif. Or, un obstacle majeur est, pour un grand nombre de familles, le coût élevé des aliments nutritifs et la difficulté d'accéder, pour des raisons économiques, à une alimentation bonne pour la santé.

Le rapport démontre qu'une alimentation saine coûte bien plus de 1,90 dollar des États-Unis par jour, qui est le seuil de pauvreté international. Il estime que le prix d'une alimentation saine, même la moins chère, est cinq fois plus élevé que celui à payer pour se remplir l'estomac de seuls féculents. Les produits laitiers riches en nutriments, les fruits, les légumes et les aliments riches en protéines (d'origine végétale et animale) sont les groupes d'aliments les plus chers au monde. 

Selon les dernières estimations, ce ne sont pas moins de 3 milliards de personnes, au bas mot, qui ne peuvent pas se permettre une alimentation saine. En Afrique subsaharienne et en Asie du Sud, c'est le cas de 57 pour cent de la population, mais aucune région, pas même l'Amérique du Nord ni l'Europe, n'est épargnée. C'est en partie pour cette raison que la course engagée pour mettre fin à la malnutrition semble compromise.

Le rapport ajoute qu’en 2019, entre un quart et un tiers des enfants de moins de cinq ans (191 millions) souffraient d'un retard de croissance ou d'émaciation - c'est-à-dire étaient trop petits ou trop maigres. En outre, 38 millions d'enfants de moins de cinq ans étaient en surpoids. Chez les adultes, pendant ce temps, l'obésité est devenue une pandémie mondiale à part entière.

Salif SAKHANOKHO

Mardi 14 Juillet 2020 - 11:44



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter