Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)

Publicité

Divisions au sein de BBY après la désignation d’Amadou Ba



Divisions au sein de BBY après la désignation d’Amadou Ba
Cette semaine, la scène politique sénégalaise a été le théâtre de vives tensions et de divisions au sein de la coalition Benno Bokk Yakaar (BBY), après que le Président Macky Sall ai finalement désigné son candidat pour la prochaine élection présidentielle en 2024. Si au sein de l'Alliance pour la République (Apr), des remous ont suivi la désignation d'Amadou Ba, il y’a eu des dissensions chez les alliés de la coalition qui estiment qu'il était temps pour leur propre parti de présenter un candidat. 

D’après Les Échos, avant même que le Président Macky Sall n'officialise sa décision de ne pas se représenter à l'élection présidentielle de 2024, certains partis alliés de la coalition BBY, tels que le Parti socialiste (Ps) et l'Alliance des Forces de Progrès (Afp), avaient réaffirmé leur engagement dans cette coalition. Cependant, la décision présidentielle de ne pas se représenter a suscité des critiques au sein de ces partis, certains membres exprimant leur désaccord quant à la candidature unique de Benno Bokk Yakaar.

Au sein de l'Alliance des Forces de Progrès, une personne s'est clairement opposée à la décision de Moustapha Niasse de soutenir la candidature unique de BBY. Il s'agit d'Alioune Sarr, qui a rapidement manifesté son intention de se positionner comme successeur de Moustapha Niasse à la tête de l'Afp, tout en envisageant une candidature à la présidentielle de 2024. 

Cependant, sa démarche a été freinée par des instances du parti qui ont qualifié ses prétentions de « allégations ». Bien qu'il persévère dans son désir de se présenter à l'élection présidentielle, Alioune Sarr reste jusqu'à présent le seul dissident de l'Afp.

Le Parti socialiste (Ps), quant à lui, a connu plus de rébellion. Jean Baptiste Diouf, maire de Grand-Dakar, a ouvertement exprimé son soutien à l'idée que le Ps devrait présenter son propre candidat à l'élection présidentielle. Devant le refus de ses camarades, Jean Baptiste Diouf a quitté une réunion du Secrétariat exécutif permanent du parti et a annoncé sa propre candidature le lendemain.

Mais les divisions au sein du Ps ne s'arrêtent pas là. Aminata Mbengue Ndiaye, membre influent du parti, a dû faire face à l'Initiative Réflexion et Actions (IRAS), un groupe de jeunes socialistes en rébellion contre la direction du parti. Ces jeunes militants ont fait savoir qu'ils ne reconnaissaient pas Amadou Ba comme leur candidat et ont même été soumis à des mesures disciplinaires par le parti en conséquence de leur rébellion.

Comme pour ajouter à la complexité de la situation, Mor Faye, un autre responsable socialiste, a annoncé la création de sa propre coalition en vue de l'élection présidentielle de 2024 lors d'un événement à Thiès.

Ndeye Fatou Touré

Dimanche 17 Septembre 2023 - 11:20


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter