Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Forum sur la paix à Paris: des voix critiques s’élèvent côté Afrique

Le Forum sur la paix de Paris s’ouvre, ce dimanche 11 novembre, à la grande halle de la Villette, dans le nord de la capitale française. Cet évènement international vient clore les hommages du centenaire de l’armistice de 1918, qui a mis un terme à la Première Guerre mondiale. Une soixantaine de chefs d’Etat et de gouvernement sont attendus. Parmi eux, une forte représentation africaine qui ne fait pas l'unanimité.



L’Afrique est le deuxième continent le plus représenté, après l’Europe, ce dimanche à la Villette, à Paris. Une quinzaine de dirigeants africains étaient annoncés, dont Macky Sall, Alassane Ouattara, Ibrahim Boubakar Keïta, Idriss Déby, Paul Kagame ou encore Denis Sassou Nguesso.
 
Parmi les absents, on peut noter Ali Bongo, hospitalisé en Arabie saoudite. Paul Biya, le président camerounais récemment réélu pour la septième fois, ne sera pas là non plus.
 
L’idée de ce forum, c’est de remettre le multilatéralisme au goût du jour, c’est-à-dire remettre le dialogue au cœur de la diplomatie pour un ordre mondial plus apaisé. Les grands thèmes de l’époque actuelle seront abordés, comme le réchauffement climatique, la fracture numérique ou encore l'intelligence artificielle.
 
On ne s’attend pas à de grandes décisions au cours de cette journée. Pas de percée diplomatique ou de tensions fortes en vue. C’est surtout l’occasion, pour la France, de s’imposer sur la scène internationale alors qu’elle célèbrera, en décembre, le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme et assumera, dès janvier prochain, la présidence du G7.
 
Voix critiques
 
Du côté africain, des voix s’élèvent pour critiquer le forum. Plusieurs associations et organisations de la société civile du continent ont co-signé un appel à manifester, samedi à Paris, place de la République. Parmi elles figurent le Balai citoyen, du Burkina Faso, Tournons la page, la Coalition ça suffit, du Tchad, ou encore le collectif Nous pas bouger.
 
Ces organisations dénoncent l’hypocrisie de ce forum et parlent de mascarade dans la mesure où, selon eux, beaucoup de chefs d’Etat africains invités se maintiennent au pouvoir par la force et bafouent régulièrement les droits de l’homme.
 
Lors de cette manifestation, RFI a pu rencontrer notamment Karl Gaba, le coordonnateur du mouvement Togo debout qui regardait, avec une grande ironie, le forum d’aujourd’hui, aux vues de ce qui se passe dans son pays où, depuis plus d’un an, le dialogue entre l’opposition et le gouvernement est au point mort.
 
« Le multilatéralisme, on veut bien, mais dans des pays qui sont encore sous le joug de la dictature, c’est quand même compliqué » a-t-il déclaré.

Rfi.fr

Dimanche 11 Novembre 2018 - 15:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 16 Décembre 2018 - 09:51 Un nouveau sommet sur la lutte contre Boko Haram