Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Karim Wade-Sonko : deux équations difficiles à résoudre pour Macky Sall



Karim Wade-Sonko : deux équations difficiles à résoudre pour Macky Sall
Karim Wade et Ousmane Sonko, voilà deux équations difficiles à résoudre pour le président Macky Sall. Son régime est hanté par le duo qui n’a pas fini d’empoisonner pour le moment, ses deux mandats à la tête du Sénégal. Ils n’hésitent pas critiquer sa gestion des affaires publiques. L’Obs établit une série de faits.

Durant son premier mandat (2012-2019), le président Macky Sall avait une équation majeure qui s’appelait le Parti démocratique sénégalais (Pds) ou Karim Wade. Etant le principal parti d’opposition ayant une machine électorale avec à sa tête Abdoulaye Wade, le Pds pouvait entraver le chemin pour son second mandat. Il fallait ainsi, pour Macky Sall, trouver une solution afin d’avoir toutes les cartes en main pour dérouler tranquillement.

« Le Pds était la véritable équation du président Macky Sall. Et cette équation, il fallait la résoudre en engageant la traque des biens mal acquis qui visait les dignitaires de l’ancien régime de Wade, principalement son fils Karim Wade. Cela a permis à Macky Sall d’orienter tout le combat du Pds vers la libération de Karim et d’autres libéraux dont Me Amadou Sall et Aida Ndiongue », indique à L’Obs, Momar Diongue, analyste politique.

Pour son second mandat, l’équation de Macky Sall s’appelle Ousmane Sonko qui gagne des attaques à répétition contre le pouvoir et dénoncer sa gestion des affaires publiques. Selon M. Diongue, Sonko est une menace « très sérieuse » pour Macky Sall qui veut coûte que coûte résoudre ce cas. 

« La nature ayant horreur du vide, le fait que le Pds soit marginalisé a favorisé l’émergence de Sonko. Ce dernier aujourd’hui, fort du résultat qu’il a obtenu (plus de 15%) lors de la présidentielle du 24 février dernier est la véritable équation de Macky Sall », explique l’analyste.

Salif SAKHANOKHO

Lundi 21 Octobre 2019 - 11:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter