Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le commissaire Keïta s’accaparait des moyens de la police pour les mettre à la disposition du groupe Takeifa, révèle un lieutenant

L’affaire du supposé trafic de drogue qui mouille les hauts gradés de la police est loin de livrer tous ses secrets. Cette fois, c’est l’arroseur qui se trouve arrosé. Le lieutenant de police, Boubacar Mbengue révèle les méthodes et les pratiques non orthodoxes du commissaire Cheikhna Keïta, notamment la manière dont il s’est accaparé des « moyens appartenant à la Section opérationnelle pour les mettre à la disposition exclusive de ses enfants ».



Le commissaire Keïta s’accaparait des moyens de la police pour les mettre à la disposition du groupe Takeifa, révèle un lieutenant
On assiste à présent à une guerre des polices depuis la publication du fameux rapport de l’ex-patron de l’OCRTIS incriminant de hauts responsables de la police. En effet, le lieutenant Babacar Mbengue qui a assuré le commandement de la Section opérationnelle de l’OCRTIS « de mars 2008 au 18 février 2013 » décèle que sous le magistère du commissaire Abdoulaye Niang, la Section opérationnelle a pu se doter, grâce à la coopération internationale, notamment la police fédérale allemande, d’un lot de matériels « de surveillance et de filature très sophistiqués composés de balise, de tracking, d’ordinateurs Hi-Tech d’une valeur presque de 200.000 euros (130 millions FCFA) ». Loin de s’en tenir là, l’adjoint du commissaire central de Thiès poursuit que la section avait également bénéficié des largesses de la coopération française qui leur permit de disposer de trois véhicules Renault. Une Renault Logan transformée en taxi pour les investigations, une autre en suiveuse. Une troisième Renault Duster aménagée pour accueillir le matériel.
 
Mais à la question de nos confrères d'"Enquête » de savoir qu’a fait le commissaire Cheikhna Keïta à son arrivée ?, le lieutenant Mbengue dévoile que « le commissaire Keïta a non seulement confisqué le matériel dans son bureau, mais il a donné le véhicule Duster au petit d’une de ses filles qui le conduisait jour et nuit ». M. Mbengue de signaler que « l’un des deux véhicules 4X4 Pick up double cabine de marque Toyota Hilux servait à acheminer les matériels de musique du groupe Takeifa, lors de leurs soirées ».
 
Aussi, charge toujours le lieutenant Babacar Mbengue, la DEA américaine a suspendu son projet d’implantation au Sénégal, parce que « les américains ont déclaré qu’ils n’avaient pas confiance en la personne du commissaire Keïta, vu qu’il parlait de choses qu’il ne maîtrisait pas et qu’il tirait sur toutes les autorités politiques, religieuses, policières, militaires et judiciaires du Sénégal, en les traitant de trafiquants de drogue et blanchisseurs d’argent ».


Mercredi 24 Juillet 2013 - 14:25


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter