Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Loi sur le Viol et la Pédophilie au Sénégal: l'Église ne tolère pas que ses hommes soient impliqués dans des abus sexuels contre des enfants

«Il est intolérable que des responsables de l’Eglise soient impliqués dans des abus sexuels contre des enfants». C’est là le sentiment de l’Evêque du Diocèse de Thiès, Monseigneur André Guèye, qui présidait ce week-end la session inaugurale de l’année judiciaire de l’Eglise, sur le thème : « Abus sexuels sur mineurs et personnes vulnérables : Problématique et enjeux du viol et de la pédophilie ».



Loi sur le Viol et la Pédophilie au Sénégal: l'Église ne tolère pas que ses hommes soient impliqués dans des abus sexuels contre des enfants
 La nouvelle loi sur le viol et la pédophilie préoccupe le personnel du Tribunal ecclésiastique de l’Eglise qui partage la « position » de l’Evêque du Diocèse de Thiès selon qui « Il est hors de question de tolérer des responsables de l’Eglise impliqués dans des abus sexuels contre des enfants ». Monseigneur André Guèye qui, en prévision des abus sexuels, rappelle que ce message est « écrit dans le document de directives promulguées par les évêques depuis 2014 », précise que « ce document s’appuie sur la loi du Sénégal, mais que nous avons aussi enrichi avec la loi ecclésiastique, la loi de l’Eglise. Parce que les abus contre les enfants sont contraires aux messages de Jésus et à la présence de l’Eglise. Et c’est pourquoi nous faisons tout pour que l’Eglise ne soit pas un lieu où ces abus se perpétuent. Et ces directives, nous les évaluons et nous y exhortons les chrétiens, pour le respect et la dignité des enfants, des mineurs et de toutes les personnes sous tutelle ou malades, pour qu’elles soient respectées dans leur corps, leur âme et dans leur esprit ».

Selon lui, « c’est une préoccupation permanente de l’Eglise ».  Aussi il a fait remarquer que « nous n’avons pas attendu que la loi soit revue pour nous engager dans cette orientation-là, qui nous tient vraiment à cœur ». La session inaugurale de l’année judiciaire de l’Eglise s’inscrit dans le cadre de la formation du personnel du Tribunal ecclésiastique de l’Eglise. Une occasion pour l’Evêque du Diocèse de Thiès de souligner : « nous avons aussi une législation qui s’applique à nos fidèles chrétiens à côté de celle qui s’applique à tous les citoyens du Sénégal. Parce qu’il y a des sanctions que notre Tribunal prend et que le Tribunal civil ne peut pas prendre. Le Tribunal ecclésiastique s’occupe des affaires concernant la foi des chrétiens ».

L’homme de l’Eglise pense que « cette session est d’autant plus venue à son heure que nous savons qu’au Sénégal il y a maintenant une nouvelle loi sur le viol et la pédophilie. Nous voulons que notre personnel aussi s’imprègne de cette loi pour pouvoir également entrer dans cette dynamique et aussi contribuer à ce que ces abus ne soient pas perpétués dans le cadre de l’Eglise. C’est cela qui a fait que nous avons invité des spécialistes de la question pour venir renforcer les capacités des membres de notre tribunal ».

Par ailleurs l’Evêque du Diocèse de Thiès a donné la « position » de l’Eglise au sujet de la question relative à « la peine de mort ». Pour affirmer que « l’Eglise est contre la peine de mort parce que la loi du Seigneur, le commandement dit : ‘’Tu ne tueras pas’’. Ce n’est pas parce qu’on a tué que nous devons infliger la mort. Celui qui tue ne respecte pas la loi du Seigneur puisque c’est Dieu qui a dit de ne pas tuer. Celui qui tue son prochain ne respecte pas cela, et si on tue celui qui a tué, nous ne faisons qu’augmenter les transgressions à la loi du Seigneur notre Dieu ». Et de rappeler : « l’Eglise dit que même si on commet l’acte le plus condamnable possible ne prenons pas la place de Dieu. Aussi il est possible que la personne qui a commis de tels actes se convertisse et devienne un élément moteur et favorable contribuant au bien de la communauté s’il se convertit réellement du fond de son cœur. C’est quelque chose que Dieu peut, si la personne s’ouvre à l’aide et la grâce du Tout-Puissant.

Le Témoin

AYOBA FAYE

Mardi 25 Février 2020 - 10:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter