Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)

Publicité

Pôle urbain de Diamniadio et Lac Rose : la Cour des comptes note de "irrégularités" dans la gestion de la DGPU



Pôle urbain de Diamniadio et Lac Rose : la Cour des comptes note de "irrégularités" dans la gestion de la DGPU
La Cour des comptes, dans son rapport provisoire 2023, a examiné les gestions 2017-2020 de la Délégation générale á la Promotion des Pôles urbain de Diamniadio et du Lac Rose(DGPU). Elle a constaté des "irregularités" dans la composition du Conseil d'orientation et dans le renouvellement du mandat des membres dudit Conseil. Qui est l'organe de délibération, de supervision et de suivi, chargé du contrôle de l'action de la Délégation générale dans la limite de ses domaines de compétences.

Un défaut de suivi de la mise en œuvre des délibérations
 
Selon le rapport, "Le suivi de la mise en œuvre des délibérations et directives des autorités par le CO n’est pas correctement assuré. En effet, durant la période sous contrôle, aucun point y afférent n’a été inscrit à l’ordre du jour des différentes sessions. Le Conseil ne dispose, non plus, d’un outil de suivi, en l’occurrence d’un tableau de bord".
 
Pourtant, souligne le document, "lors de la session extraordinaire du 21 avril 2017, certains administrateurs avaient suggéré que le suivi soit mentionné parmi les points à discuter. Au cours de cette même session, le Conseil s’était aussi engagé à matérialiser la directive du Chef de l’Etat, prise en Conseil des Ministres du 30 novembre 2016, de donner aux pôles urbains de Diamniadio et du Lac Rose un statut spécial".
 
Plus de six (6) ans après, constate la Cour, "cette décision est restée à l’état de projet car le suivi n’est pas effectué par le Conseil d’Orientation".
 
« Le Conseil a fait d’un point de ses ordres du jour le suivi des décisions prises lors des sessions
précédentes » a répondu le Président du Conseil.
 
La Cour fait observer qu’"aucun procès-verbal de la période sous revue n’a mentionné, parmi
les points de l’ordre du jour, le suivi des  délibérations du Conseil".
 
La Cour demande au " Président du Conseil d’Orientation de veiller à ce que le Conseil exerce pleinement l’ensemble de ses attributions, notamment l’approbation de tous les documents prescrits, le contrôle et le suivi de ses
délibérations.

Elle invite le Conseil de veiller, "lors de l’approbation des conventions et baux, au recueil et au respect des avis du Comité Consultatif sur les programmes et les projets et d’en rendre compte à la tutelle.
 
Aussi, á procéder " à l’élaboration et à l’adoption du règlement intérieur du Conseil d’Orientation".

Elle invite la Délégué général de veiller "au bon archivage de tous les comptes rendus des travaux
du Comité Consultatif sur les Programmes et les Projets ainsi que des copies des projets et programmes à lui envoyés".

Efficacité des processus de fonctionnement

Les insuffisances relatives à la gestion des ressources humaines, les recrutements non autorisés par le Conseil, les affectations d’agents sans postes définis ainsi que le défaut de communication et les réformes organisationnelles insuffisamment préparées constituent les facteurs entravant l’efficacité du fonctionnement de la DGPU, conclut pe rapport.

Aminata Diouf

Mercredi 1 Mai 2024 - 13:03


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter