Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Premier cas confirmé de #Coronavirus à Dakar: les internautes sénégalais entre panique, sarcasme et humour

Il est très facile de faire paniquer un peuple en ces temps d'infection au Coronavirus. Mais il est très difficile d'enlever aux Sénégalais leur sens de l'humour débordant et leur sarcasme sur les Réseaux sociaux. Malgré le sérieux de la situation, après l'annonce du premier cas confirmé lundi vers 14 heures, des centaines d'internautes ont sorti des blagues qu'ils gardaient au chaud... serait-on tenté de dire.



Photomontage qui fait le tour de la toile depuis lundi
Photomontage qui fait le tour de la toile depuis lundi
Lundi, 14 heures 20 minutes. Les sites internet annoncent le premier cas confirmé de Coronavirus au Sénégal. Les Réseaux sociaux (Facebook, Twitter) et la messagerie whatsApp explosent. Les publications s'enchaînent et le monde entier est au courant que le Sénégal abrite son "Patient Zéro" de cette pandémie qui a déjà fait des milliers de morts dans le monde. Mais cette dimension tragique de la nouvelle semble être le cadet des soucis Badara, l'internaute à l'origine de l'infox du premier "faux cas suspect samedi dernier à l'AIBD". 
Dès l'annonce de la nouvelle, il savoure avec un post GIF (​Graphics Interchange Format d'image numérique couramment utilisé sur le web et qui transcrit divers humeursà. Celui qu'il a utilisé laisse penser qu'il prend sa revanche sur la bashing dont il a été victime après son post du week-end.
Dans les commentaires sous la publication de Badara, il y en a de toutes couleurs. Si certains sont choqués par son attitude, d'autres lui demandent pardon... Pendant que certains lui "louent" ses talents de "visionnaire" ou de "prédicteur"

Par exemple, pour Betty Dieng, le tweet de Badara n'a rien de drôle. Au contraire.
Pour l'internaute Awa, ce Badara n'a aucune vergogne. Saiid Barry lui pense que Badara est un héros Meth Med lui, demande tout simplement pardon à l'auteur de l'infox de samedi dernier

Un vendeur de journaux à Dakar qui utilise son turban comme masque de protection... Photo prise par Demba Gueye, initiateur du Hastag Kebetu
Un vendeur de journaux à Dakar qui utilise son turban comme masque de protection... Photo prise par Demba Gueye, initiateur du Hastag Kebetu
D'un autre côté, il y a ceux qui sont déjà dans la prévention. C'est le cas de Wade Aboubakry qui demande de partager dans les différents groupes ces brochures qui détaillent des mesures de protection.
  La panique est très palpable à travers les publications de certains internautes. Celui de Pape Demba montre à quel point les Sénégalais n'ont pas confiance en leur actuel ministre de la Santé pour gérer la crise. Il réclame tout simplement le retour d'Eva Marie Coll Seck à la tête du ministre de la Santé et de l'Action sociale Sur un ton plus détendu, cette internaute en veut à celui qui a dit que la gousse d'ail soignait ou prévenait le Covid-19. Parce que sa maman les oblige à croquer cet ingrédient connu pour son goût âcre. La France en a également pris pour son grade. Sur la publication de l'article de nos confrères de RFI, sur Twitter, les internautes comme Alexis en ont profité pour déverser leur colère sur le pays de Marianne.

Tableau de données sur la pandémie publié par le journaliste Mountaga Cissé
Tableau de données sur la pandémie publié par le journaliste Mountaga Cissé
Sur Facebook également, les trolls sur la maladie n'ont pas manqué. Cet internaute partage un statut WhatsApp sur lequel on demande au chef de l'Etat de fermer les écoles et les Universités... le temps de gérer l'épidémie.
 

Cheikh Abdou Khadr se permet lui de mettre en garde le Covid-19 contre la langue bien pendue des Sénégalais.


Dans ce contexte de crise et de panique, les diffuseurs de fausses nouvelles et autres adeptes de photomontages en profitent pour bluffer les internautes et ajouter à la psychose.Le journaliste spécialisé dans les TIC lance l'alerte.

Après avoir appelé dans un précédent post, avec des chiffres à l'appui, à ne pas céder à la panique.

Les réactions des Sénégalais continuent sur Réseaux sociaux. Les blagues, les sarcasmes semblent même avoir pris le dessus sur la panique et les informations sérieuses sur le sujet.

AYOBA FAYE

Mardi 3 Mars 2020 - 08:29


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter