RDC: les déplacés continuent d’affluer à Bunia

Dans le nord-est de la RDC, les déplacés continuent d'affluer dans la ville de Bunia et aux alentours pour fuir les violences communautaires qui ont éclaté ce week-end dans le territoire de Djugu entre ethnies Hema et Lendu. Des violences qui font suite à une première vague d'affrontements en décembre, juste avant Noël. Selon l'ONU, 500 personnes arrivent chaque jour à Bunia. Quelque 2 500 sont actuellement accueillies dans l'enceinte de l'hôpital général dans une situation précaire, et 3 000 environ ont trouvé refuge auprès de leur famille.



Les déplacés qui arrivent à Bunia sont essentiellement issus de la communauté Hema. Ceux qui le peuvent sont pris en charge par leurs proches parents, les autres, 2 500 environ sont logés à l'hôpital général.
 
Parmi eux figurent un grand nombre de femmes et d'enfants. « Certains d'entre eux n'avaient jamais mis un pied ici, ils ne connaissent personne et se trouvent dans une situation précaire », explique Idrissa Conteh, chef du sous-bureau humanitaire de l'ONU pour l'ex-province orientale.
 
Ceux qui étaient blessés ont pu être soignés sur place. L'organisation MSF Suisse, fournit deux repas chauds par jour aux déplacés qui ont aussi reçu des matelas et des couvertures.
 
Mais face à l'afflux quotidien de déplacés, le bâtiment mis à disposition par les autorités dans l'enceinte de l'hôpital n'est déjà plus suffisant, un nouveau site est en cours d'identification
 
Depuis mi-décembre OCHA, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU, a comptabilisé plus de 160 000 déplacés suite aux exactions commises dans le territoire de Djugu. Un chiffre qui s'ajoute aux 18 000 réfugiés arrivés en Ouganga de l'autre côté de la frontière depuis le 18 décembre.

Rfi.fr

Vendredi 9 Février 2018 - 08:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter