Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Affaire des 94 milliards : Me Assane Dioma Ndiaye appuie Ousmane Sonko et descend la Commission d’enquête parlementaire



La commission d’enquête de l’Assemblée nationale pour étudier l’affaire des 94 milliards FCFA  dans laquelle l’ancien Directeur des  Domaines, Mamour Diallo, accusée de détournement par Ousmane Sonko, est dans le dilatoire. C’est du moins l’avis de Maître (Me) Assane Dioma Ndiaye qui est convaincu que c’est dans le but de « détourner  de l’opinion ». 

« Aujourd’hui, on est dans le dilatoire, on cherche à détourner l’opinion en créant une commission pour des faits qui sont extrêmement graves. Tout est clair. Maintenant le seul enjeu, c’est de savoir combien d’argent a été finalement décaissé au détriment du contribuable sénégalais », déclare l’avocat. 

L’invité de l’émission Objection de Sud Fm de ce dimanche 4 août 2019 de poursuivre : « Parce que cet argent qui est sorti,  il est sorti indûment ». Non sans se questionner : « Est-ce qu’il y a des recommandations de cette commission pendant ou à la restitution, et est-ce qu’il y a des recommandations tendant à des poursuites judiciaires ? » 

Par ailleurs, Me Assane Dioma Ndiaye analyse la logique de la plainte directe auprès du juge d’instruction annoncée par Ousmane Sonko, suite à la publication du rapport de la commission ayant blanchi l’ancien Directeur des  Domaines, Mamour Diallo.  

 « Si Ousmane Sonko estime qu’il a des bases raisonnables pour porter l’affaire devant le juge, parce qu’il pense qu’en sortant cette somme, c’est parce qu’ il y a eu des dessous, des pots-de-vin, des commissions (…). Il estime qu'il y a des faits qui sont caractéristiques d'infraction pénale quand il saisit monsieur le procureur », et,  que ce dernier « ne donne aucun crédit à cette plainte et ne peut pas se rabattre sur une commission parlementaire qui n'a aucune prérogative juridictionnelle ». 

Rappelant le rôle même d’une commission parlementaire, le juriste d’informer : « La commission n'a pas pour vocation de juger, de dire que tel n'a pas détourné ou pas. Une commission parlementaire,  elle est d'essence démocratique, c'est comment éclaircir d'abord les citoyens, faire des recommandations et dire attention ce qui s’est passé, c'est ça, à l'avenir, il faut éviter ça ». 

Aminata Diouf

Dimanche 4 Août 2019 - 14:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter