Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Assassinat du journaliste d'investigation au Ghana: La FIJ condamne et appelle le gouvernement à traduire en justice les auteurs

La Fédération internationale des journalistes (FIJ) a condamné l'assassinat du journaliste ghanéen, Ahmed Husein Suale (34 ans) et a appelé le gouvernement du Ghana à traduire en justice les auteurs et ceux qui ont ordonné ce crime odieux.



Assassinat du journaliste d'investigation au Ghana: La FIJ condamne et appelle le gouvernement à traduire en justice les auteurs
Le journaliste d' investigation Ahmed Husein Suale (34 ans) a été abattu dans sa voiture par des inconnus sur une moto le mercredi 16 Janvier à Médine, une banlieue de la capitale, Accra. Husein a été membre de l'équipe dirigée par le journaliste primé Anas Aremeyaw qui a exposé la corruption dans le football africain. Il a été tiré trois fois sur la poitrine et le cou et est mort sur place. 

La FIJ condamne cette attaque et appelle le gouvernement du Ghana pour traduire en justice les auteurs et ceux qui ont ordonné ce crime odieux.

Selon l'AFP, le journaliste d' investigation avait récemment déposé une plainte auprès de la police après que Kennedy Agyapong, politicien et homme d'affaires, a montré sa photo sur une chaîne de télévision privée promettant « paiement pour les supporters qui ont pris les représailles contre Husein ».

Ahmed Husein et ses collègues ont découvert la corruption dans le football africain et leurs rapports ont conduit à l'interdiction des dizaines d'arbitres et des officiels et de la démission du chef de l'Association ghanéenne de football. Un porte - parole de la police a déclaré à l' AFP que « tout le monde connecté à ce assassiner sera invité pour interrogatoire ».

Secrétaire général de la FIJ, Anthony Bellanger, a déclaré: « Le meurtre de journalistes n'a pas sa place dans une société civilisée et démocratique. Le Ghana, comme l' une des principales démocraties sur le continent africain, doit se tenir contre ce type sauvage de faire taire les journalistes et tuer la vérité. Nous attendons que justice soit faite ».

Le président de l'Association des journalistes du Ghana (GJA), Ronald Affail Monney, a déclaré dans une conférence de presse: « La GJA est totalement dévastée par ce crime odieux, et nous croyons que tous les Ghanéens seront également être décent d'esprit. La GJA demande au Service de police de Ghana, en priorité et de l' urgence, lancer une enquête approfondie sur ce meurtre. Nous demandons également au Parlement de prendre les mesures nécessaires qui instiller un sentiment de sécurité non seulement dans les médias mais parmi la société ghanéenne ».

Le Président de la Fédération des journalistes africains (FAJ), Ibrahim Alsadiq Alrizagi, a déclaré: « Ahmed a été essentiellement tué à cause de son travail en tant que journaliste d' investigation qui avait contribué à exposer la corruption dans la société. Les journalistes d' investigation continuent à faire face à un grand nombre de menaces à la fois des gouvernements, des milices et d' autres acteurs pour exposer simplement les abus de corruption et droits de l' homme. Nous devons nous lever contre cette menace en veillant à ce que ceux qui menacent et tuent les journalistes soient traduits en justice ».

Salif SAKHANOKHO

Vendredi 18 Janvier 2019 - 12:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter