Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Chine: après les inondations, la ville de Zhengzhou panse ses plaies

L'équivalent d'une année de pluie s'est abattu en trois jours sur le centre de la Chine, dans la province du Henan, l’une des plus touchées. Trois millions de personnes sont sinistrées et au moins 33 personnes ont perdu la vie.



Ce jeudi 22 juillet, des centaines de milliers de foyers sont toujours privés d’électricités, d’eau et d’internet après les inondations qui ont touché la province. L’eau est redescendue à Zhengzhou, mais la ville reste marquée par les pluies qui ont noyé la plupart des quartiers.

Un ballet impressionnant de dépanneuses défile dans les rues. On aperçoit partout des véhicules endommagés avec des moteurs noyés et des échangeurs de béton en hauteur transformés en parking.
Des voitures sont en sens inverse au milieu de la voie express, et d’autres grimpées sur les collines d’un parc boisé d’ordinaire réservé aux joggeurs ou aux promeneurs, signe de la panique qui a gagné les habitants mardi soir devant la force des éléments déchaînés.

Ce jeudi matin encore, les pompiers à l’est de la ville apportaient nourriture et aide aux plus âgés notamment pour se déplacer. Car dans la plupart des quartiers, il n’y a toujours pas d’électricité, pas ou peu de transports publics et il faut donc marcher beaucoup pour aller chercher du Wifi et avoir des nouvelles de ses proches.

C'est notamment ce qu'a fait ce couple : « On est venu ici pour avoir du réseau, il n’y a pas d’autres endroits pour le wifi (rire) », commente la femme. « Quand je suis allez la chercher au travail mardi soir, on a marché pendant 5 kilomètres avec de l’eau jusqu’aux genoux. On a eu un peu peur », rajoute l’homme. D'autres utilisent des talkies-walkies : « On en a pour toute la famille », confie un jeune homme.
Chaos après des pluies diluviennes en Chine centrale

La peur est passée mais des quartiers entiers sont toujours plongés dans le noir et de nombreux hôtels sont pris d’assaut par les habitants en quête d’un logement, car beaucoup d'appartements sont toujours sans électricité et parfois inondés pour les premiers étages.

Résultat, les chambres se retrouvent sur-occupées avec parfois cinq personnes à l'intérieur, des nuées d’enfants jouent à 1,2,3 soleil dans les halls d’hôtels et les prix du parc hôtelier se sont envolés, atteignant 400 euros pour une nuit près de la gare.

D'autres se rapprochent simplement pour trouver un peu d’électricité : « Je suis venu ici pour recharger mon téléphone. Mais c’est surtout d’eau dont nous manquons. On peut aller dans le parc de la résidence pour en chercher. Mais ce n’est pas pratique car on habite au 7eme étage. Et puis c’est de l’eau pour les plantes, pas pour se laver ou boire », témoigne une mère de famille.

Concernant les magasins, certains ont été pris d’assaut dès mercredi pour essayer d’emmener des vivres, des nouilles instantanées ou autres afin de tenir quelques jours, car beaucoup ici s’attendent à d’autres pluies. Il faudra pour les habitants s’armer de patience car la situation pourrait ne pas être rétablie « avant une semaine au moins », a confié un hôtelier.

Au total, trois villes ont été touchées dans la province et 376 000 personnes ont été évacuées alors que les pluies inquiètent car elles remontent vers le Nord. Les autorités estiment à 160 millions euros les dégâts, notamment pour les cultures dans le Henan.
 
 

RFI

Jeudi 22 Juillet 2021 - 13:08


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter