PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Congo-B: les étudiants réclament le paiement de leurs arriérés de bourses

Le gouvernement congolais est sommé par les étudiants de payer leurs arriérés de bourses estimés à quatre trimestres. Ils menacent de replonger l'université Marien Ngouabi de Brazzaville dans une grève une semaine seulement après que le personnel enseignant et non enseignant a levé la sienne qui a duré quatre mois, justement pour revendications salariales.



Depuis la reprise des activités à l'université publique la semaine écoulée, les nouveaux bacheliers se bousculent pour leurs inscriptions dans les différentes facultés. Les anciens quant à eux viennent s'enquérir des calendriers de session de rattrapage. Ils s'impatientent surtout pour la publication du calendrier de paiement d'au moins quatre trimestres d'arriérés de bourses, faute de quoi ils entreront aussi en grève.
« Il faut que le gouvernement se soucie aussi de nous. Il faut qu'on nous paie au moins une bourse pour que nous soyons en harmonie (avec les enseignants, NDLR). En ce moment, on ne sait pas comment faire ; comment reprendre les activités sans argent », raconte un étudiant à RFI. « Nous sommes en janvier. Que le gouvernement fasse un effort pour que nous soyons payés au moins d'une tranche. Ca va nous soulager pour recommencer. Ca nous fait quatre trimestres d'arriérés de bourses », ajoute un autre étudiant.
Les étudiants sont quelque peu soutenus par le syndicat des enseignants qui pense qu'après satisfaction en partie de leurs doléances, le gouvernement doit faire face aux étudiants : « Pour que les choses marchent à l'université il y a trois acteurs principaux : la matière de travail ce sont les étudiants ; l'instrument de travail ce sont les enseignants d'une part et l'administration d'autre part. Donc, si on a réglé même partiellement le problème des enseignants et des administratifs, si celui des étudiants n'est pas résolu vous pouvez être sûr qu'on n'a pas fait la moitié de la route », selon un responsable de l'Intersyndicale.
L'université a pris un grand retard dans l'exécution de son programme, mais les enseignants sont convaincus que ce programme est tout de même rattrapable.
 

RFI

Lundi 15 Janvier 2018 - 15:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter