Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Contentieux supposé entre la ministre de la justice et l'UMS: Aminata Touré privilégie la concertation

24 heures après la sortie de l’Union des magistrats du Sénégal (Ums) annonçant des divergences avec leur ministre de tutelle sur trois points, Aminata Touré a répondu. La ministre de la Justice, Garde des Sceaux rassure qu’elle mettra en avant la concertation dans la gestion de son département.



Contentieux supposé entre la ministre de la justice et l'UMS: Aminata Touré privilégie la concertation
L’Union des magistrats du Sénégal est une organisation qui fait ses commentaires, mais (…) l’esprit de  concertation qui est un esprit sénégalais nous a toujours réussis jusqu’à présent. Ce sera la philosophie avec laquelle nous gérerons  ce département-là».

Mieux, Aminata Touré, précise qu’il ne s’agit pas de revenir sur les acquis : «Non, il ne s’agit pas de revenir en arrière ou d’aller en avant. Il s’agit de  discuter de manière constructive, parce que le Sénégal est à un niveau où  je crois qu’on peut faire l’économie  des conflits etc. Et nous atteler à un consensus pour renforcer notre système judiciaire  et nous acheminer résolument  vers le développement de ce pays». Et d’ajouter, concernant le statut des magistrats : «j’ai fait les commentaires qui  s’y collent et voilà, tout cela sera discuté dans les cadres convenus».

Selon le journal l’Observateur, dans son édition d’hier mardi 24 juillet, lors d’une rencontre entre le ministre de la Justice et l’Ums, des divergences seraient apparues sur trois points essentiels. La première porte sur le statut des magistrats qui était en chantier sous l’ancien régime et devait être présenté devant le conseil des ministres si l’alternance n’était pas survenue le 25 mars dernier. Le deuxième point, concerne le fonds commun des magistrats  créé en décembre 2011 par décret du présidentiel. Le dernier point porte sur les congés que le ministre voudrait ramener de 45 à 30 jours.

Pour l’Ums, il n’est pas question de revenir sur ces «acquis». «Ces trois points sont déjà acquis et il est hors de question pour nous de revenir sur cela», a dit Abdoul Aziz Seck, président de l'Ums.
 

Avec Sudonline


Mercredi 25 Juillet 2012 - 11:03


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter