Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Coronavirus : la situation va s'aggraver encore en France, bilan actuel

L'épidémie de coronavirus a touché 19 856 personnes en France et causé 860 décès et elle va s'aggraver. Dans le monde aussi, le virus poursuit sa progression sauf en Chine et en Corée du Sud où les cas diminuent. Courbe d'évolution des cas en France, nombre de morts par régions, liste des villes avec un couvre-feu... Point de situation en direct au 23 mars.



Coronavirus : la situation va s'aggraver encore en France, bilan actuel
La pandémie de Covid-19 se poursuit toujours dans le monde : 169 pays sont touchés (sur 198 au total), plus de 372 000 personnes sont infectées -dont 94 000 guéries- et plus de 16 000 sont mortes. Il n'y a qu'en Chine et en Corée du Sud que les cas diminuent. L'Italie et l'Espagne déplorent plus de 1 000 morts en une seule journée. Toute l'Europe est en pleine épidémie avec de nouveaux malades chaque jour et 8 000 morts enregistrés en 24 heures. Le nombre de cas est lui aussi exponentiel. L'Italie déplore près de 64 000 cas, et plus de 6 000 décès.

En France, "la situation va continuer de s'aggraver ces prochains jours avant que les effets du confinement strict ne fasse ralentir l'épidémie" a indiqué dimanche 22 mars le directeur général de la santé, Jérôme Salomon. Le virus circule intensément dans 8 régions dont l'Alsace qui est dans une situation difficile tout comme l'Ile-de-France. En tout, 19 856 cas sont confirmés par test de dépistage en France dont 8 675 sont hospitalisés (2 082 cas graves sont en réanimation), 2 200 sont guéris et 860 sont décédés. L'impact du confinement dans le pays pourrait être mesurable dans "15 jours si tout le monde respecte les règles" a-t-il affirmé avant d'indiquer que "le pic de l'épidémie serait dans 8 jours"."La levée du confinement dépendra de l'inflexion de la courbe épidémique", soit du nombre des malades. Le confinement est strict et chaque sortie de domicile nécessite une attestation de déplacement. Pour les déplacements professionnels, cette attestation est complétée par une autorisation signée par l'employeur. Le respect de cette mesure est contrôlé par 100 000 gendarmes et policiers présents sur tout le territoire français."On vous demande de respecter le confinement et lorsque vous sortez de respecter les mesures barrières et la distanciation d'un mètre devant les commerces et dans les commerces" a insisté Jérôme Salomon.
 
 
Confinement : Sorties limitées, Marchés ouverts interdits, obsèques dans la stricte intimité...
Déplacements, Vie pro, courses alimentaires... Que reste-t-il d'autorisé alors que deux millions de contrôles ont été effectués et 110 infractions verbalisées ? Quels sont vos droits ? Les Français respectent-ils les règles strictes alors qu'on parle déjà de "plusieurs semaines" d'enfermement ?
 
Cette situation est inédite : "Jamais la France n'avait dû prendre de telles décisions" a déploré Emmanuel Macron. Mais le contexte est grave. Les frontières de l'Union européenne et de l'espace Schengen sont fermées pour freiner la circulation du virus entre les gens. Comment se protéger pour éviter la transmission ? Qui sont les personnes plus à risque ? Certains groupes sanguins sont-ils plus exposés que d'autres ? Quels médicaments éviter et prendre en cas de symptômes ? En quoi consiste la quarantaine ? Quels consignes en cas de voyage ? Comment ne pas céder à la psychose et comment ne pas déprimer pendant le confinement ? Actualités et point de situation en direct.
 
Dernières infos en direct :
 
186 décès de plus en 24 heures en France et 3 167 personnes contaminées en une journée : le pire bilan depuis le début de l'épidémie, annoncé lundi 23 mars.
Le Haut Conseil de la santé publique avise de ne pas utiliser l'hydroxychloroquine en l'absence de recommandations médicales, et sans une surveillance médicale stricte. L'usage de cette molécule sera réservé aux patients hospitalisés présentant une forme sévère de la maladie. Suivant cet avis scientifique, le ministre de la santé Olivier Véran décide d'un arrêté dans ces prochaines heures pour définir son usage.

Les marchés alimentaires seront fermés dès mardi 24 mars. Les plus petites communes pourront bénéficier de dérogations, laissées à l'appréciation des Préfets et des maires. Les sorties ne seront plus autorisées que dans un rayon de 1 km autour de chez soi, seul et maximum une heure par jour. Il sera possible de sortir pour des soins de santé urgents ou à la demande du médecin. Les amendes pour non-respect du confinement iront jusqu'à 1 500 euros en cas de récidive, a annoncé le Premier ministre Edouard Philippe lundi 23 mars.
La maladie Covid-19 sera reconnue comme maladie professionnelle pour les soignants, a annoncé le ministre de la santé Olivier Véran lundi 23 mars.
20 personnes âgées sont décédés dans un Ehpad des Vosges.
"20 millions de masques chirurgicaux et FFP2 seront livrés dans les hôpitaux et les Ehpad des zones les plus touchées. Les soignants en ville seront livrés en début de semaine prochaine". Par ailleurs, "250 millions de masques sont commandés et d'autres commandes de plusieurs centaines de milliers de masques sont en cours de finalisation", informe le ministre de la santé, lundi 22 mars.

Les communes les plus touchées par l'épidémie activent leur plan d'alerte. Ce plan prévoit l'appel à toutes les structures en lien avec les personnes âgées isolées, figurant dans leurs registres, pour lutter contre leur isolement et les difficultés qu'elles peuvent rencontrer.

Anne Hidalgo, la maire PS de Paris, doit se prononcer mardi sur la fermeture des marchés "qui poseraient problème", notamment ceux de Belleville et de Barbès, indique-t-elle dans un communiqué.
Edouard Philippe est invité du 20h de TF1. Il répondra aux questions et donnera des informations plus précises sur les règles de confinement et sur l'utilisation de la chloroquine.

Un deuxième médecin est décédé des suites d'une contamination au coronavirus dans le Grand Est ce dimanche. Il s'agit d'un médecin généraliste de 60 ans décédé à l'hôpital de Saint-Avold où il avait été admis mercredi dernier pour des "problèmes respiratoires", selon Gilbert Weber, maire de la commune de L'Hôpital. Les deux décès de ce lundi 23 mars portent à 5 le nombre de médecins décédés du coronavirus, depuis samedi 21 mars.

Après Colombes, Asnières-sur-Seine et Puteaux mettent en place un couvre-feu du 22h30 à 5h à partir de ce lundi 23 mars jusqu'au 31 mars pour le moment. L'interdiction est valable pour les piétons et les déplacements en voiture. 

Alors que le gouvernement devait annoncer lundi 23 mars si le confinement était prolongé en France, Emmanuel Macron a choisi d'attendre que le Comité Scientifique se réunisse pour annoncer de nouvelles mesures mardi 24 mars, probablement le prolongement du confinement pour ces prochaines semaines.

50 000 médecins en France ont envoyé un manifeste à Emmanuel Macron et au gouvernement, demandant la mise en place d'un confinement plus strict et d'une communication plus explicite. "Nous pouvons encore éviter des milliers de décès. Nos collègues chinois, bien que ne connaissant pas initialement l'histoire naturelle, les symptômes possibles et la contagiosité de l'infection Covid-19, ont pu, par un confinement massif et contrôlé, réussir à maîtriser l'épidémie et limiter le nombre de décès", peut-on lire en extrait sur le Parisien.

La Fédération des entreprises de la chimie a annoncé lundi que la mobilisation du secteur va permettre de produire 100 0000 litres de gel hydro-alcooliques par jour pour couvrir les besoins de 100 hôpitaux publics régionaux.
La SNCF annoncent que les voyages en TGV (INOUI et OUIGO) et Intercités sont gratuits pour les personnels médicaux et paramédicaux – médecins, infirmiers et aides-soignants – qui répondent aux appels de solidarité pour venir renforcer les hôpitaux afin de lutter contre le Covid-19.

Les villes de La Roche-sur-Yon et Cholet mettent en place un couvre-feu de 21 heures à 5 heures du matin du lundi 23 mars au 31 mars minuit (renouvelable si besoin).

" La région Île-de-France s'apprête à vivre une semaine, peut-être même 15 jours très difficiles et il est impératif d'aider nos personnels soignants qui sont en première ligne ", a indiqué Valérie Pécresse sur Franceinfo lundi 23 mars.

Une loi vient d'être votée pour renforcer les sanctions prises à l'encontre des contrevenants au confinement. Les amendes iront désormais de 135 euros à 1 500 euros. Et en cas de 4 récidives au non-respect de cette mesure, l'amende sera portée à 3 700 euros et assortie d'une peine de prison de 6 mois, a annoncé dimanche soir 22 mars le Directeur général de la sécurité civile et de la gestion de crise, Alain Thirion.

Un second test de la maladie Covid-19 permettra d'ici quelques semaines de rechercher chez une personne si elle a été en contact avec le virus et si elle s'est immunisée. Ce nouveau test est fondé sur la recherche des anticorps. Il sera complémentaire avec l'actuel test PCR qui recherche le génome du virus dans le but de savoir si une personne est porteuse ou non, informe ce dimanche 22 mars au soir le Pr Jérôme Salomon.

Un essai clinique européen démarre ce dimanche 22 mars pour évaluer 4 traitements expérimentaux contre le Covid-19. Coordonné par l'Inserm dans le cadre du consortium REACting, cet essai - baptisé Discovery - se fera sur 800 patients français atteints de formes sévères de la maladie. Cet essai fait partie de nombreux protocoles de traitements en cours d'évaluation, indique le Pr Jérôme Salomon. Par ailleurs, "les premiers candidats vaccins sont prêts et sont en cours de test", a précisé Olivier Schwartz, responsable de l'unité Virus et Immunité de l'Institut Pasteur, sur BFM TV.

L'Allemagne et la Suisse accueillent depuis le 21 mars des patients français en réanimation dans le Grand-Est, région submergée par le nombre de cas graves. D'autres patients français seront également transférés au Luxembourg ces prochains jours. Tandis que 12 patients en réanimation en Corse sont transférés dimanche 22 mars dans les hôpitaux marseillais.
Un médecin urgentiste de l'hôpital de Compiègne (Oise) est décédé du coronavirus, a annoncé dimanche 22 mars le ministre de la santé. Il avait 68 ans. Un deuxième médecin est décédé à Mulhouse, apprend-t-on le 23 mars. Il s'agissait d'un obstétricien qui avait été contaminé par une patiente.
Vous pensez avoir été exposé au coronavirus et ressentez des symptômes? Le gouvernement met en ligne un site Internet : MaladieCoronavirus.fr.
Le couvre-feu est instauré dans plusieurs villes de France depuis samedi 21 mars au soir, notamment en région Provence-Alpes-Cote d'Azur. Cette mesure implique l'interdiction de se déplacer et la fermeture de tous les commerces même alimentaires durant le "couvre-feu", jusqu'au 31 mars. D'autres villes pourraient leur emboîter le pas.
Devant l'urgence de la situation sanitaire en Ile-de-France, l'Agence Régionale de la Santé en Île-de-France lance un appel à la mobilisation de volontaires. Depuis samedi 21 mars, "toute personne travaillant ou ayant travaillé dans le domaine de la santé (étudiants, professionnels ou retraités) peut s'inscrire sur la plateforme Renforts-Covid.fr pour venir en soutien des équipes en première ligne dans la gestion de l'afflux de patients."

La Grande-Bretagne se confine. Le premier ministre britannique Boris Johnson annonce la fermeture samedi 21 mars de tous les bars, restaurants, pubs, théâtre, musées... à l'exception des commerces alimentaires. Les Britanniques sont invités à rester chez eux jusqu'à nouvel ordre.

"L'odorat peut disparaître brutalement, ont signalé les médecins ORL. la perte de l'odorat et du goût pourrait être un symptôme du coronavirus. S'il survient de façon isolé, il convient d'appeler son médecin traitant ou un médecin ORL par téléconsultation, afin d'avoir un avis sur le diagnostic et si besoin, la prescription d'un traitement" a annoncé ce vendredi 20 mars le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon.
Le gouvernement annonce que l'ensemble des actes de téléconsultation seront pris en charge à 100 %, pendant toute la durée de l'épidémie.
"Les centres pour réalisation d'IVG restent ouverts pendants la crise, comme les soins urgents" rappelle le Pr Jérôme Salomon.
La livraison de colis reste autorisée dans le strict respect des mesures de prévention de la propagation du virus et de protection maximale des personnes qui manipulent ces colis. Cela suppose notamment la mise en place de la livraison sans contact.
Une prime pourrait être versée aux salariés qui se rendent sur leur lieu de travail et au personnel hospitalier, a annoncé Bruno le Maire sur LCI. Un montant de 1000 euros a été évoqué, cette prime serait défiscalisée et désolidarisée. Le ministre de l'Economie et des Finances avait appelé les salariés des secteurs essentiels "à se rendre sur leurs lieux de travail dans des conditions de sécurité sanitaires maximales" pour "garantir la sécurité économique du pays" mercredi 18 mars sur BFM. Cela concerne par exemple les secteurs de l'agroalimentaire, de la grande distribution et des déchets.

Le projet de loi décrétant l'état d'urgence sanitaire en France a été adopté en première lecture par le Sénat dans la nuit du 19 au 20 mars et va être examiné vendredi par l'Assemblée nationale. Le texte prévoit des mesures de soutien aux entreprises par ordonnance et acte le report du 2e tour des municipales "au plus tard en juin".

Les marchés alimentaires sont maintenus, mais il est impératif d'y respecter les mesures-barrières et notamment la distanciation sociale.

"3 700 lits sont disponibles en France dans les établissements de santé publics et privés, dont 1 300 en réanimation adulte, 1 600 en soins continus, 754 en soins intensifs" a détaillé le Directeur général de la Santé Jérôme Salomon, jeudi 19 mars.

"La collecte de sang doit absolument se poursuivre, c'est vital. [...] Votre mobilisation est essentielle" a rappelé le Pr Jérôme Salomon. Les déplacements sont autorisés pour aller donner son sang.
Le conseil national de l'ordre des masseurs kinésithérapeutes a ordonné la fermeture des cabinets de kinésithérapie. Les soins à domicile (dans le respect des règles d'hygiène et des gestes barrières) et le suivi à distance sont maintenus.

Dans un communiqué, Olivier Véran a tenu à rassurer les femmes qui se trouvent en possession d'une ordonnance de pilule contraceptive périmée : "Les pharmaciens sont autorisés à délivrer la pilule contraceptive aux femmes dans l'impossibilité de faire renouveler leur ordonnance, sur simple présentation de leur ancienne ordonnance", a-t-il détaillé. C'est d'ailleurs le cas pour tous les médicaments sur prescription médicale : "les Français peuvent se voir délivrer leurs médicaments jusqu'au 31 mai, et ce sans renouvellement d'ordonnance".
L'Agence du médicament restreint la délivrance du paracétamol en pharmacie à partir du mercredi 18 mars.
Les tribunaux en France sont fermés à partir de lundi 16 mars en raison du coronavirus, sauf pour le traitement des "contentieux essentiels", a précisé dimanche la garde des Sceaux Nicole Belloubet dans un mail adressé aux agents du ministère de la Justice.

Tous les examens de permis de conduire, pratiques et théoriques, qui devaient se tenir à compter de lundi sont reportés.

Coronavirus en France : plus de 19 800 contaminations et 860 morts
Restez chez vous pour éviter d'autres décès.

Le virus est désormais présent dans toutes les régions de France métropolitaines et de l'Outre-mer. Les cas de contamination au coronavirus en France sont portés à 19 856 au 23 mars. "Le nombre de cas a bondit de 3 167 personnes en 24 heures, a déclaré le ministre de la Santé lors de son allocution télévisée lundi 23 mars. Je voudrais que nos concitoyens se rendent compte qu'il y a des personnes qui sont malades, en réanimation et dont le pronostic vital est engagé, et ces personnes se chiffrent en centaines. Il y a une inquiétude que cette rapidité de l'épidémie entraîne une saturation du système hospitalier français, ce que nous voulons absolument éviter." déclarait le Pr Jérôme Salomon le 19 mars. Parmi les cas confirmés et isolés au 23 mars :
 
8 675 personnes sont hospitalisées dont 2 082 cas graves, en réanimation. dont 6 % ont moins de 60 ans Les formes graves sont signalées chez des personnes âgées ou fragiles mais également chez des adultes sans pathologies antérieures.
860 sont décédés dont 7 % ont moins de 55 ans.
2 200 personnes positives au coronavirus sont rentrées guéries à leur domicile et confinées.
Les formes graves sont essentiellement observées chez des adultes avec une médiane à 60 ans.
 
Victimes du coronavirus : âge des décès ? Jeune, âgé, hommes, femmes ?
Le nombre de personnes malades à cause du coronavirus ne cesse d'augmenter dans le monde : plus de 318 000 cas sont déclarés et 13 600 morts sont déplorés. La situation n'est guère meilleure en France qui comptabilise plus de 16 000 contaminations et 674 décès. A quel âge est-on le plus touché ? A plus de 60 ans ? Lorsqu'on est jeune ? Hommes, femmes, âge, comorbidités... Zoom sur le profil-type d'une victime.
 
​​L'évolution du nombre de cas de coronavirus confirmés en France


Le coronavirus dans les régions de France : plus de 4 000 cas en Ile-de-France
Toutes les régions françaises sont touchées par le coronavirus. Il y a désormais sept régions fortement touchées : Ile-de-France, Grand Est, la Corse, la Bourgogne-Franche-Comté, les Hauts-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine.
 
Au 22 mars à 14 heures selon les ARS (Agences régionales de Santé) et Santé publique France :
 
carte coronavirus régions franceTaux d'incidence cumulée des cas confirmés de COVID-19 rapportés à Santé publique France par département de résidence, France, 15/03/2020 à minuit © GoData Santé Publique France
5 283 cas en Ile-de-France.  L'Agence régionale de la santé de la région d'Ile-de-France ne fournit aucun détail des cas par départements de la région ni de précisions sur le nombre de personnes hospitalisées en Ile-de-France, prises en charge à domicile, ou décédées.
3 395 cas dans le Grand Est.  1767 personnes sont hospitalisées dans le Grand Est, dont 435 en réanimation, dimanche 22 mars. "Les flux de patients en réanimation augmentent très fortement : 38% d'augmentation en 24 heures" précise l'ARS dans son bulletin. Par ailleurs, 357 personnes sont sorties de réanimation, leur état de santé ayant été considéré comme "satisfaisant".
Les chiffres sous-estiment le nombre réel de cas.
1431 cas en Auvergne-Rhône-Alpes confirmés le 22 mars.

943 cas dans les Hauts-de-France, selon le bulletin du 22 mars de l'ARS de la région : "Les investigations menées par les équipes de l'ARS et de Santé publique France autour des 2 premiers cas, et des suivants, ont révélé une importante chaîne de contamination dans le département de l'Oise" précise l'ARS.

1178 cas en Bourgogne-Franche-Comté. Au 22 mars, l'ARS de la région indique "une augmentation rapide des hospitalisations" et un passage au stade épidémique dans l'Yonne. Seule la Nièvre reste à ce jour en deçà des seuils épidémiques. 17 mars, il y a 10 décès enregistrés dans la région, soit 4 depuis le lundi 16 mars. 156 personnes sont hospitalisées, dont 31 prises en charge en réanimation. Le virus circule toujours plus particulièrement dans le Doubs, le Territoire de Belfort, en Haute-Saône, en Côte-d'Or et en Saône-et-Loire, plus faiblement dans le Jura et l'Yonne, sporadiquement dans la Nièvre.

1 372 cas cas en région Provence-Alpes-Côte d'Azur dont 75 personnes en réanimation selon le point de situation de l'ARS de la région du 21 mars. Dans le détail : 17 personnes dans les Alpes-de-Haute-Provence, 35 dans les Hautes-Alpes, 174 dans les Alpes-Maritimes, 572 dans les Bouches-du-Rhône, 159 dans le Var et 32 dans le Vaucluse.

671 cas en Occitanie selon le bulletin de l'ARS du 22 mars : 293 hospitalisations en cours dont 86 en réanimation.

446 cas en Bretagne : 174 dans le Morbihan, 99 dans le Finistère, 91 en Ille-et-Vilaine, 33 dans les Côtes d'Armor. 80 personnes sont hospitalisées et 26 sont en réanimation. Ainsi, à ce jour, selon les données suivies au sein des établissements de santé de la région, 32 patients sont hospitalisés en service de réanimation, 90 en hospitalisation conventionnelle, 9 en soins de suite et réadaptation et 2 en soins aux urgences. Le reste des patients sont pris en charge à leur domicile.

612 cas en Nouvelle-Aquitaine dont 87 confirmés de plus sur la seule journée du 21 mars selon le dernier communiqué de l'ARS du 22 mars.

462 cas en Normandie : 87 dans la Manche, 129 dans le Calvados, 170 dans la Seine-Maritime, 53 dans l'Eure, 23 dans l'Orne. Parmi elles, 126 personnes sont hospitalisées selon le dernier bulletin de l'ARS de la région.

183 cas en Corse
291 cas confirmés en Centre-Val de Loire selon le point de situation de l'ARS de la région au 21 mars : 12 dans le Cher, 58 en Eure-et-Loir, 27 dans l'Indre, 64 en Indre-et-Loire, 28 dans le Loir-et-Cher et 102 dans le Loiret. 21 personnes sont en réanimation. 2 départements classés comme zone où le virus circule activement (28 et 45).

270 cas dans les Pays de la Loire : au moins 25 personnes en réanimation, 3 personnes sont décédées.
De plus : 58 cas sont enregistrés en Guadeloupe, 3 à Saint-Barthélemy, 6 à Saint-Martin, 19 en Guyane, 44 en Martinique, 14 à Mayotte, 64 à La Réunion.
 
A noter : Le décompte des cas ne se fonde plus uniquement sur les cas diagnostiqués biologiquement, mais sur des estimations épidémiologiques, comme cela se fait pour la grippe tous les ans (nombre de consultations, nombre de cas graves ou de décès…). Santé Publique France prévient des difficultés de l'identification et de la confirmation biologique de l'ensemble des cas de COVID-19 et indiquent que ces chiffres sous-estiment le nombre réel de cas. Dans le cadre du passage en phase 3 les recommandations étant maintenant de réaliser un prélèvement à visée diagnostique uniquement pour certaines catégories de patients, cette sous-estimation devient plus importante.
 
Pic de l'épidémie de coronavirus : à quelle date ?
Des scientifiques ont tenté de déterminer la date à laquelle il y aurait le plus de contaminations au coronavirus dans le monde. Quand le pic épidémique du Covid-19 sera-t-il atteint en France ? Est-on seulement au début de l'épidémie ?
 
•  Morts en France
Au 23 mars 2020, 860 personnes sont décédées du coronavirus en France, soit un taux de mortalité de 2%. Le premier décès est survenu à Paris le 14 février, il s'agissait d'un patient chinois de 80 ans. Parmi les autres décès, au 19 mars :
 
230 décès dans le Grand Est  dont 80 nouveaux enregistrés depuis vendredi 20 mars, essentiellement des personnes âgées entre 77 et 91 ans. Parmi les premiers décès dans cette région : une femme décédée le 9 mars, âgée de 94 ans et originaire des Vosges, un homme décédé le 10 mars originaire du Haut-Rhin et âgé de 63 ans, trois autres patients décédés le 11 mars respectivement âgés de 89 ans, de 73 ans et de 92 ans, étaient originaires du Bas-Rhin. Un patient âgé de 38 ans, originaire de la Marne, est également décédé. "Cette évolution confirme que la situation continue de s'aggraver. Il est absolument impératif de rester en confinement chez soi, de limiter au maximum ses déplacements extérieurs et de respecter strictement les mesures barrières" rappelle l'ARS Grand Est le 21 mars.

97 résidents des Hauts-de-France sont décédés depuis le 25 février : 50 dans l'Oise, 21 dans l'Aisne, 20 dans la Somme, 4 dans le Nord et 2 dans le Pas-de-Calais. Le premier Français décédé du coronavirus était originaire de la région, il s'agissait d'un enseignant de 60 ans décédé le 26 février dans l'Oise. Parmi les autres cas indiqués, uniquement des personnes de plus de 60 ans (une femme de 89 ans le 2 mars à Compiègne. une personne de 73 ans dans l'Oise, une autre de 64 ans originaire de l'Aisne le 5 mars, une femme de 83 ans et résidente en EHPAD à Crépy-en-Valois dans l'Oise le 7 mars, un homme de 86 ans habitant de Méry-sur-Oise).

72 décès dans la région Auvergne-Rhône-Alpes : "Environ 90% concernent des personnes de 70 ans ou plus ; l'âge moyen des décès survenus dans la région est de 81,5 ans" précise l'ARS de la région le 22 mars.
30 décès en Occitanie : 11 dans l'Aude, 1 en Aveyron, 2 dans le Gard, 2 en Haute-Garonne, 7 dans l'Hérault, 5 dans les Pyrénées-Orientales, 1 dans le Tarn et 1 dans le Tarn-et-Garonne.

13 décès dans la région Provence-Alpes-Côtes d'Azur dont deux résidents hors Paca. Elles étaient hospitalisées dans des établissements de santé des Alpes-Maritimes, des Bouches-du-Rhône et le Vaucluse et du Var.

7 décès en Corse, les deux derniers patients sont des personnes âgées de plus de 80 ans, atteintes d'autres pathologies. Le premier décès était celui d'un homme de 89 ans à l'hôpital d'Ajaccio dans la nuit de dimanche 9 mars au  lundi 10 mars.

10 décès en Bourgogne-Franche-Comté au 17 mars, soit 4 depuis le lundi 16 mars.
17 décès en Bretagne au 22 mars, selon le bulletin de l'ARS.

8 personnes sont décédées en Nouvelle-Aquitaine dont un homme de 66 ans hospitalisé dans le service de maladies infectieuses du Centre hospitalier de Pau et un dans les Deux-Sèvres.
9 décès en Normandie au 22 mars.
3 décès dans les Pays de la Loire, dont une au CHU d'Angers et une au CHU de Nantes.
Dans la région Centre-Val de Loire, deux décès sont enregistrés en Eure-et-Loir.
En Ile-de-France, seuls 3 décès ont été confirmés par les autorités, deux dans les Yvelines (Ephad à Louveciennes), confirmés le 10 mars : les personnes étaient respectivement âgées de 85, 90 et 95 ans. Depuis cette date, les autorités n'ont pas indiqué le nombre de nouveaux décès enregistrés en Ile-de-France.
Pour faire face à cette crise sanitaire, le gouvernement met en place des mesures progressives selon l'évolution du nombre de cas. Basés sur le plan mis en place après la pandémie de grippe A en 2009, les quatre stades de gestion d'une épidémie répondent à des critères bien précis. Concernant le coronavirus, la France est en stade 3 à compter du 14 mars à minuit puisque le virus circule activement sur tout le territoire et plus uniquement dans certaines régions et villes. Quels changements ? Quelle durée ? Quand va-t-on passer au stade 4 et qu'est-ce que signifier ? Explications.
 
 
Coronavirus stade 3 : c'est quoi, mesures, confinement, jusqu'à quand ?
La France est en stade 3 de l'épidémie de coronavirus depuis le samedi 14 mars. A quoi ça correspond ? Quelles mesures appliquer pour réduire la propagation du virus ? Quelles différences avec le stade 2? Quand passerons-nous au stade 4 ? Définition et conséquences sur le confinement, les écoles, les établissements de santé...
 
Confinement : les mesures pour éviter la transmission du virus
Plusieurs mesures ont été prises par le gouvernement pour freiner la propagation du coronavirus en France. Après la fermeture des crèches et établissements scolaires jusqu'à nouvel ordre annoncée le 12 mars, la fermeture des établissements pouvant accueillir du public jusqu'au 15 avril 2020 (centres commerciaux ; restaurants et débits de boissons ; salles de danse et salles de jeux ; bibliothèques, centres de documentation ; salles d'expositions ; établissements sportifs couverts ; musées), l'annulation des rassemblements et l'arrêt des visites dans les EHPAD, le président de la République a annoncé le confinement de la population française à partir du 17 mars à midi et pendant 14 jours (renouvelable). Les réunions de famille, entre amis sont à proscrire. Les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants et uniquement à condition d'être munis d'une attestation :
 
Aller travailler dès lors que le télétravail n'est pas possible
Faire ses achats de première nécessité dans les commerces de proximité autorisés, à 1 km maximum autour de chez soi.
Se rendre auprès d'un professionnel de santé
Se déplacer pour la garde de ses enfants ou pour aider des personnes fragiles à condition de respecter les gestes barrières
Faire de l'exercice physique uniquement à titre individuel, autour du domicile (dans un rayon de 1 km) et sans aucun rassemblement.
Les personnes ne respectant pas ses consignes peuvent avoir des amendes allant de 135 à 375 euros.  Les sanctions sont durcies dès mardi 24 mars, jusqu'à 1 500 euros d'amende et 3 700 euros en cas de 4 récidives assorties de 6 mois d'emprisonnement.
 
La France applique le plan blanc généralisé (plan de mobilisation interne) depuis le 19 mars, dans tous les établissements de santé (publics et privés), pour mettre en place rapidement des moyens matériel, logistiques et humains indispensables en cas d'afflux de patients dans les établissements hospitaliers. Les consultations et les hospitalisations non urgentes sont déprogrammées.
La France a déclenché le plan bleu dans les Ehpad (Etablissement Hébergeant des Personnes Agées Dépendantes) le 6 mars. Le principe est le même que dans les hôpitaux : le chef d'établissement doit permettre "la mise en oeuvre rapide et cohérente des moyens indispensables pour faire face efficacement à une situation exceptionnelle". Le plan bleu peut induire notamment "le confinement des résidents, usagers et personnels ; l'évacuation des résidents, usagers et personnels".
 
Couvre-feu : les villes concernées
Les arrêtés municipaux et préfectoraux se multiplient dans les villes pour faire respecter les mesures de confinement. Après la décision du maire de Nice Christian Estrosi de fermer la Promenade des Anglais vendredi 20 mars, le maire de Nice décide une mesure plus stricte : un couvre-feu samedi 21 mars, prenant effet le jour même à 23 heures. La mesure interdit tous les déplacements et impose la fermeture de tous les commerces, y compris alimentaires. Seules les livraisons pour ravitailler les commerces alimentaires sont autorisées. Le maire de Nice a été rejoint par d'autres maires et préfets. D'autres villes pourraient prendre les mêmes mesures. Liste des villes (par région) où le couvre-feu s'applique désormais, et jusqu'au 31 mars :
 
Le port de masques, "une denrée rare" aujourd'hui a rappelé le Pr Jérôme Salomon le 18 mars, n'a "aucun sens si on ne se lave pas les mains puisqu'en pratique on touche des surfaces contaminées.  Ils doivent être réservés aux personnes malades et aux professionnels de santé qui en manquent. Pour les personnes non contaminées, ils n'ont pas de sens.
Le lavage des mains, fondamentale : se laver les mains après avoir toussé, éternué, avant et après avoir préparé à manger, avant de manger, après être allé aux toilettes, après avoir manipulé des animaux...
Appliquer une distance sociale d'un mètre partout, tout le temps (devant et dans les magasins...). Ne plus se serrer la main, ne plus se faire la bise.
Utiliser du gel antibactérien pour désinfecter les mains en l'absence d'eau et de savon. Si vous n'en trouvez pas en pharmacie, il est possible d'en fabriquer. 
 
Faire son gel hydro-alcoolique maison : comment, quelle efficacité ?
En pleine épidémie de coronavirus et face aux ruptures de stocks de gels hydro-alcooliques dans les pharmacies, des recettes maison, naturelles, pour fabriquer soi-même ce type de solutions fleurissent sur Internet. Efficacité, mises en garde, alternatives efficaces...
 
Le port de masques de protection sur le visage permet de filtrer les bactéries et se protéger des virus comme celui de la grippe ou du coronavirus. Avec la propagation de l'épidémie Covid-19, ils sont désormais disponibles sur ordonnance. Comment s'en procurer ? Qui doit en porter ? Masque chirurgical, FFP2 ou FFP3... Lequel est le plus efficace ? Sont-ils jetables ou au contraire réutilisables ?
 
Les premiers symptômes d'une infection au coronavirus ressemblent à un état grippal : fièvre, toux sèche, rhume, douleurs musculaires, fatigue... puis, quand elle dégénère, elle entraîne des difficultés à respirer. Les dernières observations des médecins généralistes et ORL rapportent une perte de l'odorat et la perte du goût chez les personnes contaminées. L'apparition de ce nouveau symptôme a été annoncée par le directeur général de la santé, le Pr Jérôme Salomon, vendredi 20 mars. Le Covid-19 existe sous des formes asymptomatiques (mais les patients sont quand même contagieux et peuvent transmettre le virus) et bénignes (dans 85 % des cas) ce qui retarde le diagnostic. Les recommandations actuelles sont :
 
Si vous présentez des symptômes (toux, fièvre, mal de tête) : éviter les contacts, rester à domicile, prenez du paracétamol si besoin, appeler un médecin, faites une télé-consultation ou appeler le numéro de permanence de soins de la région.
Appeler le 15 uniquement en cas de difficultés respiratoires : "Si cette toux et cette fièvre s'accompagnent d'une gêne respiratoire qui devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d'une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d'une pneumopathie. Il s'agit alors d'une urgence respiratoire potentielle et comme dans tous les cas d'urgence, il faut alors appeler le 15 qui prendra les meilleures dispositions pour répondre à la situation", prévient le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.
 
Au départ, on ne parlait que d'un rhume, qui pouvait associer une toux, de la fièvre... et d'autres symptômes typiques d'un état grippal. Mais le coronavirus entraînerait aussi une perte du goût et de l'odorat comme en témoignent patients et médecins. Ainsi que d'autres signes inattendus...
 
Carte en temps réel de l'évolution de l'épidémie
Une carte interactive montrant l'évolution de l'épidémie de coronavirus dans le monde en temps réel a été mise au point par l'éditeur de cartographie en ligne HERE Technologies. Basée sur des données du Center for Systems Science and Engineering (CSSE) de l'Université Johns Hopkins et de DXY, cette carte permet de suivre la progression du nombre de personnes infectées rapportées par les agences gouvernementales, ainsi que le nombre de décès.
 
 
Nombre de cas et de morts du coronavirus dans le monde
Une pandémie de coronavirus sévit dans le monde. Au 22 mars, le coronavirus a touché plus de 372 000 personnes dans le monde (94 000 guéries) et fait plus de 16 000 morts. Plus de 169 pays sont touchés (sur 198 au total dans le monde). L'épidémie progresse désormais davantage hors de Chine d'où elle était partie en décembre 2019. L'Europe est l'épicentre avec plus de 158 000 cas et 8000 morts. Plus de 7000 cas ont été annoncés aux Etats-Unis dans les 24 dernières heures. Les pays les plus touchés en dehors de la Chine sont l'Italie, l'Iran et l'Espagne.
 
Les 30 pays du monde enregistrant le plus de morts du coronavirus au lundi 23 mars à 20h50
 
PAYS     NOMBRE DE MORTS
Italie      6 077
Chine    3 274
Espagne              2 206
Iran        1 812
France  860
US          471
Grande-Bretagne           282
Pays-Bas             179
Corée du Sud    111
Allemagne          118
Suisse   100
Belgique              75
Indonésie           49
Japon    41
Philippines         33
Turquie                30
Brésil     25
Suède   24
Irak        20
San Marino / Saint-Marin            20
Algérie 17
Autriche              16
Grèce   16
Equateur             14
Egypte  14
Malaisie               14
Portugal              14
Danemark          13
Inde      8
Luxembourg      8
Autres  168
TOTAL   14 790
 Sources : WHO, CDC, ECDC, NHC and DXY.
 
Cas confirmés de coronavirus dans les 20 pays du monde les plus touchés au lundi 23 mars à 20h50
 
PAYS     CAS CONFIRMES DE CORONAVIRUS
Chine    81 454
Italie      63 927
Etats-Unis           41 511
Espagne              33 089
Allemagne          28 865
Iran        23 049
France  19 856
République de Corée    8 961
Suisse   7 776
Royaume-Uni   5 748
Pays-Bas             4 217
Autriche             
3 669
 
Belgique              3 401
Norvège              2 385
Suède   1 934
Australie             1 682
Brésil     1 604
Portugal              1 600
Danemark          1 572
Autres  29 093
TOTAL   +372 000
 
> Voir le nombre de cas dans d'autres pays
 
Sources : WHO, CDC, ECDC, NHC and DXY.
 
Voyages : l'Europe ferme ses frontières
Le président de la République a annoncé le 16 mars la fermeture des frontières de l'Europe et de l'espace Schengen. Concrètement, tous les voyages entre les pays non-Européens et l'UE sont suspendus pendant 30 jours à compter du mardi 17 mars. Il est de manière générale préférable de différer les déplacements à l'étranger (y compris les croisières) compte tenu de l'évolution de l'épidémie de Coronavirus Covid-19 et des mesures restrictives prises par certains pays : interdiction d'entrée sur le territoire, isolement obligatoire, mesures de détection des symptômes... à l'égard des voyageurs en provenance de France. Les personnes qui présentent des symptômes potentiellement liés au coronavirus Covid-19 doivent impérativement éviter tout déplacement à l'étranger.
 
L'Italie est le pays d'Europe le plus touché par l'épidémie de coronavirus avec 6 077 décès liés au coronavirus au 23 mars et plus de 63 900 malades dans le pays.  Le lundi 9 mars, le Président du Conseil, Giuseppe Conte, a annoncé la mise en quarantaine de tout le territoire soit le confinement total des 15 millions d'Italiens jusqu'au 3 avril. Les transports et les services publics essentiels continuent à fonctionner.
Il a sinon été décidé d'appliquer des mesures pour beaucoup similaires à la France :
 
Les déplacements sont limités sur tout le territoire, sauf pour des raisons professionnelles attestées ou de première nécessité. Un formulaire d'auto-déclaration a été mis en ligne sur le site du ministère de l'intérieur italien afin de préciser le motif du déplacement et de faciliter les contrôles des forces de l'ordre. En cas de non-respect des règles édictées par le décret gouvernemental, les forces de l'ordre peuvent arrêter le contrevenant, qui encourt jusqu'à trois mois d'emprisonnement ou une amende allant jusqu'à 206 euros.
 
L'épidémie s'aggrave en Espagne avec une hausse de 32% du nombre de décès en un jour et de 25% du nombre de cas. L'Espagne comptabilise désormais 2 206 morts et 33 089 personnes infectées au coronavirus au 23 mars, c'est le deuxième pays le plus touché en Europe et le quatrième dans le monde. La région de Madrid est la plus touchée, devant la Catalogne, le Pays basque et l'Andalousie. Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a pris des mesures de confinement de la population depuis samedi 14 mars au soir,  impliquant l'interdiction de circuler dans les rues sauf pour aller travailler, faire des courses (acheter du pain...) et se soigner. Les forces de l'ordre sont chargées de s'assurer du respect de cette interdiction. Les commerces jugés non-essentiels sont fermés dans tout le pays.
 
Apparu en Chine en décembre 2019 sur un marché locale de Wuhan, le coronavirus y a fait de nombreuses victimes. Sur les 255 000 malades recensés dans le monde, 81 416 sont en Chine. Cependant, pour la première fois depuis le début de l'épidémie, la Chine n'a pas rapporté de nouveaux cas sur son territoire au 20 mars, si ce n'est les cas importés. Face à l'augmentation des cas dans les autres pays du monde, la Chine avait décidé de placer en quarantaine les populations venant de France par exemple et arrivant à Pékin et Hong Kong.
 
Autres actualités liées au coronavirus :
 
Confinement : Sorties limitées, Marchés ouverts interdits, obsèques dans la stricte intimité...
Peut-on sortir avec les enfants en cas de confinement ?
Personnalités et coronavirus : Manu Dibango est décédé, victime du Covid-19
Confinés... Goldman chante, Amanda Lear jubile, Mariah Carey pédale...
Dérives et excès en confinement : Orgie catalane, Compteur à PQ, Ribote...
DATES CLÉS DE L'ÉPIDÉMIE
Le 31 décembre 2019, l'Organisation mondiale de la Santé en Chine est informée de plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan. 44 personnes sont infectées entre cette date et le 3 janvier 2020.
Le 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un "nouveau type de coronavirus".
Le 13 janvier, un cas importé est recensé en Thaïlande.
Le 15 janvier, le virus cause la mort d'une première personne à Wuhan, un homme de 69 ans.
Le 23 janvier, trois villes chinoises dont Wuhan sont placées en quarantaine.
Le 25 janvier, trois personnes contaminées sont recensées en France, deux à Paris et une Bordeaux. Ce sont les premiers cas enregistrés sur le continent européen.
Le 30 janvier, l'Organisation mondiale de la Santé décrète l'urgence de santé mondiale. Cette mesure n'avait été décrétée que 5 fois depuis sa création (pour Ebola (deux fois), la grippe H1N1, Zika et la poliomyélite).
Le 23 février, la France déclenche le plan ORSAN, un dispositif exceptionnel d'organisation des soins.
Le 28 février, la France passe en stade 2 de l'épidémie.
Le 11 mars, l'OMS classifie de pandémie la diffusion de la maladie à coronavirus Covid-19 dans le monde.
Le 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture nationale des crèches et établissements scolaires de France à compter du 16 mars et "jusqu'à nouvel ordre".
Le 13 mars, l'OMS désigne désormais l'Europe comme épicentre.
Le 14 mars, la France passe au stade 3 de l'épidémie.
Le 16 mars, l'Europe ferme ses frontières ainsi que celles de l'espace Schengen. La France met en place un dispositif de confinement interdisant les déplacements.
Le 20 mars, plusieurs villes françaises, dont Nice, Montpellier, Perpignan, Arras... imposent un couvre-feu le soir et la nuit.
 

sante.journaldesfemmes.fr

Mardi 24 Mars 2020 - 08:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter