Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo fixé aujourd’hui sur un éventuel appel de la CPI

La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a jusqu'à minuit, ce lundi 16 septembre, pour faire appel de l'acquittement de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo. À un an de la présidentielle, la Côte d'Ivoire est suspendue à cette décision.



Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo fixé aujourd’hui sur un éventuel appel de la CPI
Laurent Gbagbo connaîtra-t-il ce lundi l’épilogue d’années d’épreuves judiciaires ? Huit ans après son transfèrement à la Cour pénale internationale (CPI) et son inculpation pour crimes contre l’humanité, il saura si toutes les poursuites sont abandonnées contre lui. L’ancien président ivoirien pourrait alors faire son grand retour sur la scène politique ivoirienne, à un an de la prochaine présidentielle.

À la suite de son acquittement prononcé en janvier dernier, cette saga doit connaître un nouveau rebondissement. Fatou Bensouda, la procureure, a jusqu’à ce soir, dernier délai, pour annoncer son intention de faire appel de la décision des juges de la chambre de première instance, véritable camouflet pour le parquet.

 
Si c’est le cas, la Chambre d’appel sera saisie et devra se prononcer sur la conformité de la décision prononcée en première instance avec les standards juridiques appliqués par la juridiction internationale. Elle pourrait alors décider d’ordonner la tenue d’un nouveau procès, de poursuivre le procès interrompu en janvier dernier, ou même de débouter la procureure.
Une chose est certaine : ce nouvel épisode prendra plusieurs mois et devrait hypothéquer la possibilité d’un retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, avant la présidentielle qui doit se tenir en octobre 2020.

Vers un retour triomphal au pays ?

En revanche, si la procureure ne fait pas appel, l’ancien président pourrait rêver de retrouver son pays natal au plus vite, et même songer à une candidature à la magistrature suprême. Alors qu’il n’est pas autorisé à sortir la région bruxelloise, ces restrictions de liberté imposées pour la CPI seraient levées.

JeuneAfrique

Lundi 16 Septembre 2019 - 13:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter