Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Délestages: La SENELEC accusent des intervenants sur la voie publique

Les perturbations enregistrées depuis quelques jours dans la distribution de l’électricité à Dakar sont consécutives à "l’exécution en cours" d’un "plan d’urgence distribution" ou à des incidents provoqués par des entreprises intervenant sur la voie publique, soutient la Senelec.



Délestages: La SENELEC accusent des intervenants sur la voie publique
"En ce qui concerne le plan d’urgence distribution qui a été lancé le lundi 26 décembre 2011 aux Parcelles Assainies, Senelec rappelle que cet important programme a pour objectif de remettre à niveau et de sécuriser une partie du réseau souterrain qui date d’avant l’indépendance", note dans un communiqué cette société en charge de la production et de la distribution de l’énergie électrique.

Le réseau en question couvre principalement les quartiers de Médina, Mermoz, Ouakam, la zone des Almadies, Ngor, Yoff, ainsi que quelques quartiers de la banlieue dakaroise, selon la Senelec.
"Les travaux exécutés dans ce cadre font à chaque fois l’objet de communiqués dans la presse pour informer la clientèle des périodes de coupure dans la journée", souligne la société.

La Senelec rappelle encore aux entreprises intervenant à proximité de ses ouvrages qu’elles doivent se rapprocher de ses services techniques compétents pour éviter ces désagréments à la clientèle.
"La mise en œuvre du Plan TAKKAL a permis d’améliorer la fourniture d’électricité constatée depuis quelques mois. Senelec rassure encore une fois sa clientèle, qu’elle a entièrement sécurisé l’approvisionnement de ses centrales en combustible, et qu’elle dispose d’une marge journalière de production variant de 100 à 120 MW", précise le communiqué.
 
APS
 
 


Jeudi 15 Mars 2012 - 14:41


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter