Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Groupes armés aux frontières de Conakry : Dadis Camara menace le Sénégal, la Guinée Bissau et le Libéria

Bruits de botte aux frontières de la Guinée Conakry. Des groupes armés s’apprêteraient à attaquer la junte militaire de Guinée Conakry. Ils ont été repérés aux frontières avec le Sénégal en Casamance, avec la Guinée Bissau et le Libéria. Jointe au téléphone par Pressafrik.com, une haute autorité de l’armée sénégalaise a confirmé l’information en indiquant que depuis la semaine dernière un groupe avait été repéré dans la zone de Kalifour et que la Guinée a été même avertie. Cependant, elle n’a pas voulu donner de plus amples informations à ce sujet.



Le chef de la Junte militaire de la Guinée Conakry (droite) et le ministre de la défense, le général Sékouba Konaté au camp Alpha Yaya Diallo (Photo: Africaguinée.com)
Le chef de la Junte militaire de la Guinée Conakry (droite) et le ministre de la défense, le général Sékouba Konaté au camp Alpha Yaya Diallo (Photo: Africaguinée.com)
Cette menace est prise trop au sérieux par la junte militaire dirigée par le capitaine, Moussa Dadis Camara. Elle a, d’ailleurs, sorti un communiqué pour prévenir les Etats où ces groupes armés ont été signalés. Le chef du Conseil National pour la Démocratie et le Développement (CNDD) a fait savoir samedi soir que «toute violation de l'intégrité territoriale de la Guinée par un groupe armé, sera considéré comme un acte de guerre». Moussa Dadis Camara a indiqué que «des groupes armés à la solde de plusieurs cartels de drogue menacent l'intégrité territoriale du pays».

Le communiqué de la junte militaire a souligné que «le ministère de la Sécurité a été informé par les services de sécurité, ainsi que d’autres sources dignes de foi de la préparation d’une attaque contre la Guinée, à partir de ses frontières avec la Guinée Bissau et dans la région de la Casamance. Il est en effet signalé des regroupements et des mouvements d’hommes à la frontière nord avec la Guinée Bissau, à la frontière sud à Foya sur le territoire libérien».

Les autorités guinéennes tiennent, selon la même source, à prévenir que tout groupe qui franchira ses frontières, aura posé un «acte de guerre, et sera réprimé avec la dernière énergie et sera poursuivi jusque dans le pays qui aura servi de base arrière, à la tentative de subversion, à des fins de poursuite».

Le chef de la junte militaire a invité les pays limitrophes, à redoubler de vigilance, afin de localiser et identifier tout groupement et mouvements suspects, dont l’action serait de nature à menacer la sécurité d’un état voisin, dans le but de sauvegarder le bon voisinage, et d’assurer la stabilité de la sous-région.

«La Guinée en prenant à témoin la Communauté internationale contre toute éventuelle agression perpétrée, à partir de pays voisins, contre sa sécurité intérieure, se réserve le droit de défendre et d’user de tous les moyens, pour protéger ses populations et ses biens», a relevé l’avis du président du CNDD.

Moussa Dadis Camara a, aussi, déclaré que «l’attaque en cours de préparation, n’est guère une surprise pour les services de défense et de sécurité en état d’alerte permanent, face à toutes velléités, d’où qu’elles viennent de déstabilisation et d’agression de la Guinée, un îlot de paix et stabilité dans une région, en proie à l’instabilité à cause notamment de la tentative de créer l’instabilité de puissance financière douteuse alimenté par l’argent du crime et de la drogue».

Jean Louis Djiba

Dimanche 12 Juillet 2009 - 18:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter