Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Israel Adesanya, nouvelle coqueluche des arts martiaux mixtes

La date de sa prochaine sortie est très attendue par de nombreux fans d’arts martiaux mixtes (MMA). En l’espace d’un combat, Israel Adesanya, néo-zélandais d’origine nigériane, est devenu l’une des nouvelles coqueluches du MMA



Les vidéos de sa victoire face à l’Australien Rob Wilkinson, lors de son tout premier combat au sein de l’Ultimate Fighting Championship (UFC), font le tour des réseaux sociaux depuis plusieurs jours. De fait, Israel Adesanya a réussi ses débuts au sein de l’UFC, la plus prestigieuse des ligues professionnelles d’arts martiaux mixtes (MMA), le 10 février 2018 à Perth, en Australie.
 
Pour Fernand Lopez, le plus renommé des entraîneurs de MMA en France, le Nigérian d’origine a carrément été « phénoménal ». « S’il continue comme ça, ça va être compliqué de l’arrêter, lance celui qui coache notamment le Camerounais Francis Ngannou. Il va même devenir un problème pour la catégorie des moins de 84 kg ».
 
«Un nouveau phénomène mondial»
 
Israel Adesanya devra certes encore patienter pour avoir une chance de devenir champion du monde des poids moyens (« Middleweight »). Pourtant, le natif de Lagos – qui est arrivé en Nouvelle-Zélande à l’âge de 12 ans – était très attendu en UFC.
 
Adesanya s’est en effet bâti une jolie réputation en taillant en pièces l’Américain Melvin Guillard, en juillet 2017, dans une ligue australienne. « Guillard est un combattant très connu et très expérimenté. Israel s’est pourtant littéralement amusé avec lui. Il a fait ce qu’il voulait, tranquillement, au calme, souligne Fernand Lopez. Ceux qui l’ont déjà suivi un peu voulaient donc voir ce que ça donnerait dans la grande arène. Parce que l’aisance avec laquelle il met hors-combat ses adversaires, c’est super impressionnant. Ça donne l’impression que le MMA est très facile. […] Je pense qu’on a là un nouveau phénomène mondial ».
 
Un combattant spectaculaire
 
Depuis mars 2012, le Néo-Zélandais enchaîne les succès en MMA. Résultat : douze victoires par KO ou par arrêt de l’arbitre en douze combats. Hormis une lourde défaite face au Brésilien Alex Pereira, en kickboxing, le « Super Eagle » a rarement connu l’échec.
 
Formé au taekwondo puis à la boxe thaïe (muay thai), le Nigérian dispose en outre d’un style spectaculaire. Sa panoplie de coups de pieds notamment, il l’a travaillé durant ses années pros en kick-boxing, une discipline proche du muay thai. « Le MMA, c’est de l’entertainment (sic), explique Fernand Lopez. On a besoin d’une personne comme ça, spectaculaire, qui utilise des coups de coudes, des coups de genoux sautés, qui amène de l’explosivité, qu’on ne s’ennuie pas ».
 
L’Afrique tatoué sur la poitrine
 
Israel Adesanya est par ailleurs chambreur et showman. Un caractère qu'il s’est forgé par la force des choses. « Contrairement aux idées reçues, j’étais une sorte d’avorton au collège, lorsque j’étais enfant, racontait-il à la radio MMAjunkie, au sujet de son arrivée dans un nouveau pays. J’étais harcelé en tant que nouveau gosse en Nouvelle-Zélande, l’un des très rares gamins noirs. Et j’ai dû apprendre à me défendre ».
 
Au sujet de ses racines africaines, Israel Adesanya a gardé une grande fierté. Il s’est ainsi fait tatouer le continent sur le torse. « Je serai au Nigeria, ce que Manny Pacquiao est aux Philippines », assurait-il en 2013, en référence au célèbre boxeur philippin. « Je veux être le mec qui aura initié les Nigérians à cette discipline, a-t-il ajouté, sur le site MMA Fighting. Je pense que je dois être le seul Nigérian qui n’en avoir rien à foutre (sic) du football, alors que tout le monde aime ça là-bas. Avec un peu de chance, je vais pousser d’autres Nigérians à se mettre au MMA ».

Rfi.fr

Jeudi 15 Février 2018 - 11:06



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter