Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le vaccin sera-t-il nécessaire pour participer sereinement aux JO de Tokyo?

Faudra-t-il passer par le vaccin pour participer sans contrainte aux Jeux olympiques de Tokyo ? La question sera discutée mercredi 27 janvier lors du comité exécutif du Comité international olympique (CIO), qui peut encourager officiellement la vaccination des athlètes, mais ne peut pas l'imposer.



D’ores et déjà, des voix se font entendre quant à la décision à prendre. Notamment celle de Denis Masseglia, président du comité olympique français (CNOSF). « Pour celles et ceux qui ne souhaiteront pas se faire vacciner, il faut savoir que les précautions de participation seront extrêmement difficiles », a-t-il déclaré lors d'une visio-conférence lundi 25 janvier après un congrès de l'instance olympique français, évoquant pour les non-vaccinés un « chemin compliqué ».
 
Quarantaine obligatoire pour les athlètes non vaccinés ?
Selon Denis Masseglia, les athlètes non vaccinés pourraient subir « une forme de quarantaine, une quinzaine [...] où il faudra faire une batterie de tests ». Une situation qui pourrait ressembler à ce que vivent les joueuses et joueurs de tennis, actuellement bloqués dans leur hôtel, en quarantaine, en Australie, avant le Grand Chelem de Melbourne.
 
Soixante-douze joueurs ont l'interdiction de quitter leur chambre pendant deux semaines, après que des cas de Covid-19 ont été détectés dans leur avion en direction de l'Australie. Les autres participants ont une autorisation de sortie de cinq heures quotidiennes pour pouvoir s'entraîner à condition de ne pas subir de test PCR positif et de ne pas être cas contact.
 
Le manque de vaccins actuellement dans le monde pourrait soulever un tollé si les sportifs, en principe en bonne santé, passent devant des personnes à risque. C’est pourtant ce que plaide l'ancien vice-président du CIO, le Canadien Dick Pound qui se dit favorable à une telle mesure pour que les JO puissent avoir lieu. « C'est une décision que chaque pays doit prendre », a-t-il estimé sur Sky Sports la semaine dernière. « Certains diront qu'ils sautent la file d'attente, mais je pense que c'est la façon la plus réaliste d'aller de l'avant. »
 
Pas assez de vaccins pour les personnes à risque
L'Organisation mondiale de la santé a rappelé qu’il n’y avait déjà pas assez de vaccins pour les personnes à risque. « Ce n'est pas un problème lié aux Jeux olympiques, il s'agit surtout de savoir comment utiliser une ressource rare pour combattre l'une des crises sanitaires les plus dévastatrices de notre histoire », a estimé Bruce Aylward, sous-directeur général de l'OMS.
 
Les reports de livraison de vaccins dans certaines parties du globe ne devraient pas non plus faciliter l'équation, assez complexe de la vaccination des athlètes. En France, la ministre des sports Roxana Maracineanu a dit être « en attente » d'une décision claire du mouvement sportif sur la question, « que ce soit des fédérations internationales ou du CIO ».
 
Onze mille sportifs doivent se rendre dans la capitale nippone, sans compter les accompagnateurs, les bénévoles et la presse mondiale. Lors de l’édition 2012 à Londres, 21 000 journalistes et techniciens étant sur place pour couvrir l’événement. Les JO étaient diffusés dans plus de 200 pays, pour une audience globale de près de cinq milliards de téléspectateurs.
 
Pour certains, la vaccination semble être un passage obligé pour faciliter la tenue des JO, toujours en danger. Paul Tergat, patron du comité olympique kényan, « souhaite » que tous ceux qui vont aller à Tokyo se fassent vacciner suffisamment tôt pour qu'ils soient rassurés. « Plus ce sera tôt, mieux ce sera », explique l’ancien spécialiste des courses de fond.
 
Idem en Australie, où le comité olympique « encourage » les athlètes à se faire vacciner, et négocie avec les autorités, pour qu'ils puissent préparer les JO « en toute sécurité ».
 
La Russie a elle prévu de « vacciner les athlètes des équipes nationales, y compris les équipes de jeunes et juniors », selon le ministère russe des Sports, précisant que la vaccination « volontaire » serait prioritaire pour ceux « qui se préparent à participer » aux JO de Tokyo.
 
Mais s’il faut vacciner tous les participants, une autre question se pose : quel vaccin sera considéré comme valable à Tokyo ?

RFI

Mardi 26 Janvier 2021 - 13:56


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter