Macron, ses dîners secrets du lundi

Des invités triés sur le volet, interdiction absolue d'en parler. Que se passe-t-il durant ces agapes à l'Élysée?



Macron, ses dîners secrets du lundi
Le premier qui parle est mort. Pire, il ne sera plus invité. Deux à trois fois par mois, le lundi soir, se déroule le repas le plus secret de la République. Il ne figure sur aucun agenda officiel, n'obéit à aucun protocole. Autour du président, une quinzaine de convives, des ministres, des élus, des responsables de parti. Triés sur le volet par le maître des lieux. Ceux qui ont accepté de nous raconter le font par bribes, à la fois furtifs et fiers d'en être. Toujours avec l'exigence de leur anonymat le plus total.

Dans le salon des Portraits, au rez-de-chaussée du palais de l'Élysée, seuls Emmanuel Macron et Édouard Philippe s'installent à la même place, l'un en face de l'autre. Pour le reste, on s'assoit où l'on veut. "Et souvent au même endroit. On est un peu des moutons!", sourit un présent. Les rigidités d'un Conseil des ministres sont loin. Au menu, parfois des fruits de mer et du fromage avec vins blancs et rouges; toujours des échanges politiques pour ne pas dire politiciens. Il ne faut pas être avare de son temps, il arrive que la conversation se prolonge tard dans la nuit.

Une seule femme parmi les convives

Furent-ils un jour treize à table ? La liste a évolué à plusieurs reprises, sans jamais relever du hasard. "C'est une représentation assez complète de tout ce que nous pouvons compter comme parcours, profil, sensibilité", note l'un des participants. Au commencement, ils sont sept -tiens, comme les samouraïs- à se retrouver entre eux, les combattants des origines. Un mélange de vieux de la vieille déjà élus au XXe siècle et de jeunes pousses de l'épopée de 2017: les ministres, Gérard Collomb (Intérieur) et Jacques Mézard (Cohésion des territoires), les secrétaires d'Etat Christophe Castaner (Relations avec le Parlement), Julien Denormandie (Cohésion des territoires), Benjamin Griveaux (auprès du ministre de l'Économie puis porte-parole du gouvernement), le président du groupe REM à l'Assemblée nationale, Richard Ferrand. Et Philippe Grangeon, ni ministre, ni élu, ni conseiller à l'Élysée, mais précieux compagnon historique du président.

Après l'été, les inséparables Dupond et Dupont du centrisme, François Bayrou et Marielle de Sarnez, rejoignent le cénacle. La numéro deux du Modem est d'ailleurs l'unique femme. La Macronie est décidément une histoire de mecs. La table se met ensuite à ressembler à la politique: recomposée. Le chef du gouvernement, Edouard Philippe, est le premier à décrocher son rond de serviette, puis c'est le tour de Gérald Darmanin, en décembre, et du secrétaire d'État, Sébastien Lecornu, le 29 janvier. Le dernier à être entré dans le saint des saints, le 12 février, après avoir patienté plus que tous les autres, s'appelle Bruno Le Maire.

Le format peut s'élargir au président de l'Assemblée nationale, l'ancien écologiste François de Rugy, et à François Patriat, président du groupe REM au Sénat (ex-PS) et l'un des tout premiers soutiens de Macron. Le chef des députés Modem, Marc Fesneau, est venu une fois. Deux collaborateurs de l'Élysée sont là: le secrétaire général, Alexis Kohler, qui prend des notes en silence. Et le conseiller politique, Stéphane Séjourné.

Brigitte Macron passe une tête à l'apéro

L'inexactitude est la politesse des présidents. Emmanuel Macron est habitué à sa demi-heure de retard. Les autres s'obligent à respecter l'horaire, 20h30. En l'attendant, on partage l'apéro. Brigitte Macron passe parfois une tête à ce moment-là. On apprend à mieux se connaître: untel est devenu grand-père, c'est l'anniversaire d'un autre.

Le dernier arrivé prend donc la parole en premier. Le chef de l'État tient un propos introductif de quelques minutes pour égrener les thèmes du soir. Puis les uns et les autres interviennent, sans ordre particulier, même si Collomb parle souvent le premier. "Cet endroit est le seul en dehors du très institutionnel Conseil des ministres où l'on peut échanger, rapporte un convive. Se retrouver entre nous, les grognards, est très sympa, c'est plus simple, plus facile, mais l'entre soi n'est pas une bonne chose."

Comme tout est très centralisé, cette instance de débat est très prisée. Et tous disent merci pour ce moment. "S'il y a un rendez-vous à ne pas manquer, c'est celui-là, quitte à rater les dîners de la majorité à Matignon le mardi", confie le conseiller d'un ministre. Dans ce petit cercle, on ne décide pas du fond.

Parfois de la méthode. Le président écoute, attentif aux "signaux faibles", dit un présent. Il ne donne jamais raison à personne... immédiatement. Il peut évoluer deux jours après. "Le pire de l'autocritique chez lui, c'est: ''Tu crois vraiment ?'', poursuit le même. Il lui arrive d'annoncer: ''On fait comme on a dit. Ça veut dire qu'il récupère une idée que vous avez lancée."

Macron, ses dîners secrets du lundi
"Bayrou, c'est: J'ai tout fait, j'ai tout vu, touchez ma bosse!"

Emmanuel Macron a de la mémoire. Il n'a pas oublié qui était à ses côtés durant la campagne. Il aime le risque et ceux qui en prennent pour lui. Au Panthéon des audacieux, François Bayrou détient le premier rôle. "Le président du Modem occupe une place privilégiée. Sans son soutien, Emmanuel n'aurait pas été élu et il ne l'a pas oublié", relève un proche du chef de l'État. L'intéressé n'ignore pas cette position. À la fois ironique et admiratif, un témoin rapporte: "Bayrou, c'est: ''J'ai tout fait, tout vu, touchez ma bosse.'' Toutes les trois phrases, il vous répète qu'il est fils de paysan, mais il est libre, il n'est pas dans la machine, il apporte beaucoup." Macron sait ce qu'il lui doit, mais il sait aussi qu'il le domine: il le tient avec la proportionnelle et cette promesse d'en introduire une dose dans le système électoral.

Autour de la table, les historiques de la Macronie parlent plutôt cash. Richard Ferrand rapporte volontiers les échos de sa Bretagne. Il ne redoute pas tant la caricature du président des villes que celle du président des élites, prisonnier de leur discours: nous, les sachants, on répare la France, alors ne venez pas nous emmerder pendant qu'on fait le sale boulot...

Le patron du groupe majoritaire défend ses députés. "Il est comme ça, Richard, soupire un député REM, à l'extérieur, il nous protège comme une lionne ses petits, à l'intérieur, il nous cogne! Cela dit, c'est mieux comme cela qu'en sens inverse." Il y a quelques semaines, Richard Ferrand a profité de ces dîners pour faire passer ses messages sur l'asile et l'immigration. Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, aime à rappeler de son côté qu'il faut regarder la réalité en face, qu'on ne gagne pas les élections avec une attitude exclusivement humaniste sur ces questions.

Darmanin: "Je suis automobiliste, le peuple est automobiliste."

Il ne faut pas se fier aux airs de gendre idéal de Julien Denormandie. Macroniste avant le macronisme, le jeune secrétaire d'État parle dru au président. Durant la campagne, il ne le ménageait déjà pas, par exemple en jugeant inadmissible que le candidat n'ait pas validé des tracts que 40.000 marcheurs s'apprêtaient à distribuer. Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, n'a pas changé, lui non plus: "Avant l'élection, il trouvait qu'on la jouait trop Bisounours, commente un proche du président. Autour de la table élyséenne, il aime toujours les idées offensives, il veut qu'on y aille fort."
Jacques Mézard tempère ses coups de griffe par la rondeur de l'accent. "Tu sais très bien que je t'aime beaucoup, Emmanuel, entame-t-il de son ton bougon, mais il faut voir les choses..." Par exemple, cette limitation de vitesse à 80 km heure sur les petites routes. Il reçoit des paquets de colère des électeurs chaque fois qu'il rentre sur son territoire. Comme d'autres élus de terrain, Richard Ferrand, Sébastien Lecornu ou Gérald Darmanin. Interrogé par le chef de l'État, l'ancien maire de Tourcoing n'esquive pas: "Je suis automobiliste, le peuple est automobiliste, il y a eu la hausse des assurances, du diesel et maintenant les 80 km heure. Ça me fait transpirer." Macron a pourtant arbitré en faveur de son Premier ministre, qui tient beaucoup à cette mesure. Elle ne figurait pas dans le programme de Macron. Le président a voulu faire plaisir à Edouard Philippe en lui laissant le bénéfice de cette paternité.
Un lundi de janvier, la conversation atterrit -elle sera bien la seule- sur Notre-Dame-des-Landes. Le chef de l'État sonde les uns et les autres. Le Premier ministre se contente d'indiquer qu'il suivra l'avis du président. Les opposants au nouvel aéroport se font entendre: François Bayrou, Gérard Collomb, très inquiet du maintien de l'ordre, Christophe Castaner, François de Rugy, qui n'a pas oublié son ancienne casquette verte. Et les partisans: Gérald Darmanin, au nom de l'autorité de l'État, Richard Ferrand, François Patriat. Le président ne dit mot.

Le sort des ZAD, la réforme des institutions, celle de la SNCF, l'Europe s'invitent au gré de l'actualité. En février, la stratégie pour les municipales fait l'objet d'une longue conversation. La République en Marche peut pousser à la victoire ou à la défaite des candidats de gauche et de droite, mais doit mesurer jusqu'à quel point elle peut empocher seule la mise. Richard Ferrand souligne que les maires qui veulent conclure une alliance avec En marche doivent d'abord rejoindre la majorité présidentielle, histoire d'éviter d'être "les harkis de nos opposants". Le Premier ministre, souvent économe de ses propos au cours de ces dîners, montre qu'il garde le sens de la formule: "Comment voulez-vous que l'on pose des avions s'il n'y a pas de porte- avions ?" Dans son esprit, l'alternative laissée aux élus ne peut être l'adhésion à la REM ou le renvoi dans l'opposition. Comme toujours, Emmanuel Macron dévoile peu ses cartes, mais tous, autour de la table, comprennent que lui sait précisément ce qu'il veut. "Et dire qu'on le présente souvent comme un non-politique, alors qu'il l'est jusqu'au bout des ongles", chuchotera un ministre à la sortie.

Prochain rendez-vous le 26 mars

Des liens se créent, les inimitiés ne sont pas toutes glissées sous le tapis. François Bayrou et Richard Ferrand s'apprécient enfin, après leur passe d'armes des législatives. Les trentenaires Julien Denormandie, Sébastien Lecornu et Gérard Darmanin s'affichent plus complices que jamais. Le 25 février, alors que Médiapart vient de révéler le témoignage d'une femme contre Gérald Darmanin, les convives sont impressionnés par l'impassibilité du ministre des Comptes publics. Sûr de lui, étranger au doute. Mais même autour de cette table, il n'a pas que des amis. "Il me fait tellement penser à Sarko, dit un élu, il est toujours du côté du plus fort." Gérard Collomb déclenche parfois des fous rires, et aussi cette remarque acerbe d'un autre convive: "Quand vous avez été maire de Lyon un certain temps, vous avez l'impression que ceux que vous rencontrez sont au mieux vos adjoints!"

Tous affirment être là pour dépasser les clivages. Il arrive toutefois que les clivages les dépassent : sur les fonctionnaires, il y a une petite musique de droite, celle d'un Darmanin, d'un Philippe. Et de gauche, celle d'un Castaner, d'un Ferrand. Il y a ceux qui pensent qu'on se renforce en allant parler à la droite, parce que la gauche est morte et qui veulent dynamiter la fonction publique, la SNCF. Et ceux qui redoutent le comportement de médecins opérant à l'arrache, sans se soucier du confort du patient.

"Mais domine l'idée d'appartenir à une cordée [un mot qui plait en Macronie] bizarre, partie du camp de base avec des gens qui ne se connaissent pas pour emprunter un couloir que personne n'a jamais pris", analyse un participant. Pour franchir un nouveau pic, tous ont déjà bloqué une date sur leur agenda. Sous réserve de changement de dernière minute, le lundi 26 mars, ils sont attendus à l'Élysée. À 20h30.

L'Express

Mercredi 21 Mars 2018 - 21:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter