Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Me Pape Khaly Niang : "Les Assistants de sécurité n’auront pas le droit de se syndiquer ni de faire grève"

L’Agence Nationale d’Assistance à la Sécurité de Proximité (ANASP) a publié samedi, l’état récapitulatif des demandes déposées. Ainsi, sur un total de 16 672 dossiers, 9 900 ont été retenus, soit un pourcentage de 59%.



Me Pape Khaly Niang : "Les Assistants de sécurité n’auront pas le droit de se syndiquer ni de faire grève"
Le Directeur général de l’Agence Nationale d’Assistance à la Securité de Proximité (ANASP), Me Pape Khaly Niang, a commenté samedi les résultats finaux du processus de sélection des candidats, entamé le 7 septembre dernier. L’objectif initial est de recruter 10 000 jeunes. Au finish seul 9 900 candidatures ont été retenues sur un total de 16 672 dossiers déposés, soit un pourcentage de 59%.  Les anciens militaires sont les plus nombreux à être recrutés, avec 4 242 retenus, suivent ceux qui ont une qualification professionnelle (3 953), les détenteurs de Certificat d’Etudes (2 732) et du Brevet de Fin d’Etudes Moyennes, BFEM (2 709). Viennent ensuite les femmes (1 884), dont aucune n’a été recalée, les détenteurs de la Licence et du Master (90), et les handicapés qui ferment la marche (8).
 
Selon Me, Me Pape Khaly Niang, la durée de l’engagement est de deux (2) ans renouvelable une fois. Me Niang a ajouté que les assistants de sécurité, c’est la dénomination retenue, ne gagneront pas moins de 50000 F CFA par mois et que la formation qui va porter  sur les aspects généraux, juridiques et techniques, va débuter le 25 novembre prochain.
 
Par ailleurs, Me Niang a beaucoup insisté sur la différence entre la police de proximité, qui est restrictive, et la sécurité de proximité, qui privilégie une approche fonctionnelle, en mettant le citoyen au cœur de sa démarche. Pour lui, ce projet anticipe sur l’acte 3 de la décentralisation et sa mise en œuvre empêche l’émergence des milices privées, sur les colonnes du journal « L’Observateur » où il précise que les assistants de sécurité n’auront pas le droit de se syndiquer ni de faire grève" puisque "remplissant une mission de service public".


Lundi 18 Novembre 2013 - 10:51


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter