Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Municipales 2020 en France : participation de 18,38 % à midi sur fond de craintes de contagion du coronavirus



En dépit des craintes sanitaires liées à la progression du coronavirus en France, les bureaux de vote ont ouvert dimanche pour le premier tour des municipales. Quelque 47,7 millions d'électeurs sont appelés aux urnes pour élire leurs maires. Le taux de participation était de 18,38 % à midi, en baisse de 5 points par rapport à 2014.

Les bureaux de vote ont ouvert dimanche 15 mars à 8 h en France métropolitaine pour le premier tour des municipales dans un pays à l'arrêt à cause du coronavirus. Un contexte sans précédent qui laisse présager une abstention record. Le taux de participation était de 18,38 % à midi contre 23 % lors des municipales de 2014, d'après le ministère de l'intérieur.

La participation la plus élevée est observée en Haute-Corse (34,51%), tandis que Paris (12,61%) et la couronne de la capitale sont les départements qui se sont le moins mobilisés dans la matinée, dans un contexte de crise sanitaire causée par la pandémie de coronavirus.

À l'issue d'une campagne éclipsée par la crise toujours plus dramatique du coronavirus, les Français votent pour élire leurs 35 000 maires.

Quelque 47,7 millions d'électeurs, dont 330 000 ressortissants de l'Union européenne, sont appelés aux urnes, alors que la France a fermé à minuit tous les "lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays". Le scrutin, dont le deuxième tour doit avoir lieu le 22 mars, sera clos à 18 h, 19 h ou 20 h selon les communes.

Des précautions sanitaires dans les bureaux de votes

Des consignes sanitaires ont toutefois été prises par le gouvernement. Les millions d'électeurs appelés aux urnes devront aussi prendre des précautions pour éviter toute contamination.

Dans les bureaux de votes, poignées de porte, tables, isoloirs... doivent être nettoyés, les files d'attente évitées et les distances de sécurité respectées, notamment à l'aide d'un marquage au sol. À l'entrée des bureaux, du gel hydroalcoolique doit être mis à disposition des votants. 

Polémique autour du maintien du vote

De nombreux maires faisaient part samedi soir de démissions en masse des assesseurs prévus pour le scrutin, faisant craindre une multiplication des cafouillages dans les bureaux de vote - même si, en théorie, les édiles ont la faculté de réquisitionner des conseillers municipaux pour assurer la régularité des opérations électorales.

Au-delà, certains observateurs redoutent que le scrutin ne pâtisse d'une abstention record. Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a admis publiquement samedi craindre une participation en baisse.

Dans ce contexte, jusqu'à tard samedi soir, les appels se sont multipliés pour un report du 1er tour. Pas moins de six présidents de région - Valérie Pécresse (Île-de-France), Xavier Bertrand (Hauts-de-France), Gilles Simeoni (Corse), Carole Delga (Occitanie), Renaud Muselier (PACA), et Hervé Morin (Normandie) -, parmi d'autres élus, ont réclamé le report du scrutin, s'attirant une réponse agacée de l'exécutif.

Quelques heures auparavant, le chef du gouvernement Edouard Philippe annonçait la fermeture dès minuit samedi et "jusqu'à nouvel ordre" de tous les "lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays".

Tandis que le bilan de l'épidémie s'est aggravé samedi avec 91 morts, nombre d'experts ont également mis en doute la capacité de tenir le second tour dimanche 22 mars.

Avec AFP


Aminata Diouf

Dimanche 15 Mars 2020 - 12:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter