Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Préparatifs de la korité 2021: les tailleurs, les clients et les faux rendez-vous !

À une semaine de la fin du mois béni de ramadan qui marque la fête de la korité ou Aïd el-Fitr, les ateliers tailleurs sont bondés de monde. Comme à chaque fête, les clients ruent vers les couturiers pour se faire confectionner un ou des habits neufs. Cependant, le mauvais comportement de certains tailleurs férus de faux rendez-vous fait grincer les dents. PressAfrik a fait un tour au marché Sante Yallah, situé au cœur de la capitale sénégalais, ce mercredi, 5 mai 2021, pour recueillir les avis.



Il est 10 heures 40 minutes au marché Sant Yallah. La canicule de la journée cède la place à un soleil moins ardent. À quelques mètres du Tribunal de Grande Instance de Dakar, sous le bruit assourdissant des machines, s’installent les tailleurs par petits groupes, et quelques clientes arrivent une par une. Certains tailleurs très sollicités débordent de commandes. D’autres en voulant gagner plus, engagent des commandes qu’ils n’arriveront jamais à satisfaire. Chose qui risque de causer d'énormes problèmes entre tailleurs et clients à l'approche de la fête.
 
Ibrahima Ngom Khalil, couturier de son état, habillé d’un grand boubou gris, à peine la quarantaine bien sonnée, ne cache pas ses mots. « Depuis 25 ans, je suis dans ce marché. Être tailleur, ce n’est pas le fait de coudre seulement. Mais il y a aussi le bon comportement. Un tailleur doit avoir un comportement respectueux. Parce qu’il arrive de voir des tailleurs qui ne savent pas parler aux clients. Cela peut être source de heurts entre le tailleur et son client. Le manque de moyens aussi pose souvent problème. Quand les commandes arrivent, il n’y a pas souvent assez de moyens matériels et humains pour satisfaire toute la clientèle comme il l’aurait voulu », a expliqué le sieur Ngom.
 
À quelques mètres de là, un jeune tailleur répondant au nom de Serigne Ndione ne dira pas le contraire. « Les problèmes entre clients et tailleurs ne peuvent pas manquer. Les nouveaux clients viennent souvent à temps. Ceux qui viennent à la dernière minute, ce sont nos fidèles clients. Et eux s’ils viennent avec leurs tissus, vous ne pouvez pas les rejeter. Mais Dieu merci pour moi,  je n’ai jamais eu ce genre de problème avec mes clients », s'est-il félicité.
 
Plus loin, assis devant sa machine, la casquette bien vissée sur la tête, des lunettes myopie bien portées, Waly Ndour n’a pas de problème avec ses clients mais peine à trouver d’apprentis tailleurs. Ses amis et quelques clients trouvés sur place lui tiennent compagnie. Interrogé, il a déclaré qu' « il est préférable de dire la vérité aux clients que de prendre leur tissus et ne pas être en mesure de coudre leur habilles ».
 
La couturière Arame Sène Dramé qui boucle 7 ans dans ce marché, connait les mêmes déboires que ses collègues. « Cette année Dieu merci contrairement à l’année passée avec l’effet de la pandémie de covid-19. Les problèmes ne peuvent pas manquer. Vous pouvez donner rendez-vous à un client et après vous vous confrontez à un problème de coupure de courant. Cela peut vous retarder. Mais ici, nous respectons nos engagements », a-t-elle souligné.

Une cliente trouvée sur place confirme les problèmes qui peuvent surgir entre les tailleurs et leurs clientèles. Mame Gueye donne, ce pendant, plusieurs raisons, sources des malentendus. « Les problèmes, il y en a des fois. Mais tout cela dépend de la compréhension des clients. Par exemple, il peut y arriver qu’un tailleur perde les tissus des clients ou il peut être victime de vol. Dans ce cas, si le client n’est pas compréhensible, le tailleur sera dans l’obligation de rembourser. Ce sont des choses qui arrivent », a-t-elle regrettée.

Suivez les réactions des tailleurs et clients du marché Sante Yallah!



Mercredi 5 Mai 2021 - 18:12


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter