PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Présidentielle en Sierra Leone: les précieuses voix des candidats éliminés

Le 27 mars prochain en Sierra Leone, le second tour de l'élection présidentielle opposera Julius Maada Bio, le candidat du SLPP au candidat du pouvoir, Samura Kamara. A l'issue du premier tour, moins de 15 000 voix séparent les deux hommes. Les regards sont dorénavant braqués sur les candidats arrivés troisième et quatrième. Tous deux sont des dissidents des deux principaux partis, mais appelleront-ils à voter pour leur famille politique d'origine ? Pour l'instant, rien n'est moins sûr.



Le bipartisme recule en Sierra Leone, affirme un observateur, certain que le jeu politique, dominé depuis l'indépendance par l'APC et le SLPP, est en train de s'ouvrir.
 
Principale figure de ce changement : Kandeh Yumkella. Cet ancien fonctionnaire de l'ONU a claqué la porte du principal parti d'opposition après avoir échoué à l'investiture.
 
Il est le « troisième homme » de cette présidentielle, avec un peu moins de 7% des suffrages. Le parti au pouvoir a pourtant saisi la Cour suprême pour tenter de le mettre hors-jeu en raison de sa nationalité américaine.
 
Mais il n'est pas le seul à en vouloir à l'APC. Samuel Sam-Sumana, arrivé quatrième avec 3,5% des voix, n'a pas eu de mots assez durs contre le pouvoir d'Ernest Bai Koroma, lors de son dernier meeting au stade Siaka Stevens. Il ne semble pas avoir digéré son éviction de poste de vice-président au moment d'Ebola.
 
« Un désir de changement »
 
Même si tous deux oublient leurs rancunes, cela ne suffira pas aux deux qualifiés qui devront se tourner vers les douze autres candidats pour obtenir la majorité. « J'ai cru d'abord que le SLPP pourrait être désavantagé à cause de la scission. L'APC semble plus uni que le SLPP, mais nous l'avons vu, il y a une marge très étroite maintenant, donc tout va se passer au cours des deux prochaines semaines. Il y a déjà beaucoup de négociations et de promesses en tout genre ; c'est un véritable marché aux alliances et aux transferts de vote qui s'est ouvert. D'autant que le caractère ethnique et régional de la politique joue également un rôle », explique Alex Vines, directeur du programme Afrique à la Chatham House de Londres.
 
Seulement 15 000 voix séparent les deux finalistes. Comment expliquer un résultat aussi serré ? « Je pense qu'il y a une lassitude envers le parti au pouvoir, il y a un désir de changement, poursuit Alex Vines L'APC a fait deux mandats, mais les chantiers de M. Koroma ont été éclipsés par la crise d'Ebola, par un revirement économique et la pénurie des produits de base. L'économie de la Sierra Leone est indéniablement au ralenti, il y a beaucoup d'accusations de corruption et de mauvaise gestion. Il est clair que l'électorat est frustré. »
 
Le second tour de la présidentielle aura lieu le 27 mars. Il verra s'affronter le candidat du parti d'opposition Julius Maada Bio (43,3 %) à Samura Kamara (42,7%). Le président sortant Ernest Bai Koroma, arrivé au terme de son deuxième mandat, ne pouvait pas se représenter.

Rfi.fr

Jeudi 15 Mars 2018 - 10:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter