Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Tanzanie: le président inquiète les bailleurs de fonds et les milieux d'affaires

La Tanzanie commence à susciter la défiance. La Banque mondiale a suspendu une aide de 300 millions de dollars en raison d'une politique visant à fermer la porte des écoles aux jeunes filles enceintes, l'Union européenne réexamine son aide en raison des atteintes aux droits de l'homme, et plus généralement les milieux d'affaires sont inquiets de la politique du président John Magufuli. Si le climat politique commence à inquiéter les Occidentaux, le climat économique est lui aussi source d'inquiétude.



En matière économique, certaines décisions de John Magufuli provoquent soit des crissements de mâchoires, soit carrément une sourde hostilité des milieux d'affaires. Ainsi, le président a récemment imposé à l'armée tanzanienne d'acheter aux paysans la totalité de la production de noix de cajou, soit quand même 200 000 tonnes, au prix de 1 280 euros la tonne, parce que les négociants traditionnels ne voulaient pas l'acheter à un tel prix, près de deux fois supérieur au prix du marché. Si les paysans sont contents, la mesure, très coûteuse, vaut au président une réputation d'anti-libéral.
 
Beaucoup lui reprochent de confondre la lutte contre les abus avec une forme de défiance envers les patrons, régulièrement vilipendés par le président. Plusieurs hommes d'affaires sont sous les verrous, accusés de corruption. Et Magufuli a lancé une croisade contre les compagnies minières et notamment le géant de l'exploitation aurifère, Acacia, qui s'est vu imposer des amendes records.
 
Ces relations conflictuelles avec les entreprises commencent à se faire sentir, selon la Banque africaine de développement qui note un ralentissement du secteur privé. Pourtant, la Tanzanie reste à bien des égards exemplaire. Enfant chéri des bailleurs de fonds depuis vingt ans, le pays connaît une croissance de 6,5% par an et voit chaque année la pauvreté reculer. Des acquis fragiles et qu'il faudrait consolider, rappellent les patrons tanzaniens.

Rfi.fr

Dimanche 18 Novembre 2018 - 08:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 16 Décembre 2018 - 09:51 Un nouveau sommet sur la lutte contre Boko Haram