Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



A Paris, la diaspora algérienne manifeste contre un 5e mandat de Bouteflika

Abdelaziz Bouteflika va-t-il briguer un cinquième mandat ? Le président l’a annoncé, mais on attend toujours le dépôt officiel de son dossier de candidature. Le camp présidentiel a-t-il changé d’avis face à la fronde inédite du peuple ? En attendant d’être fixés, les Algériens ne désarment pas. Des manifestations ont lieu à Alger et à Paris un rassemblement de la diaspora algérienne en France se tient place de la République ce dimanche.



La place de la République devient petit à petit noire de monde, on y voit de très nombreux drapeaux algériens, l’hymne national qui est entonné entre deux slogans. Ces slogans ce sont surtout évidement « Non au cinquième mandat », mais aussi « Sans violence, sans peur, partez », ou encore « On veut une période de transition » ou « Pouvoir assassin ».
 
 
 
Ce qui est intéressant, c’est que la foule est très hétérogène, rapporte notre envoyée spéciale, Laura Martel. Il y a des jeunes hommes, des femmes, mais aussi beaucoup de familles. L’ambiance est bon enfant. Il y a même des buvettes et de très nombreux enfants sont également présents. Tous les manifestants à qui j’ai pu parler dénoncent ce qu’ils appellent « une mascarade », qui est pour eux cette cinquième candidature du président Bouteflika.
 
La diaspora veut montrer son soutien aux manifestants qui sont mobilisés en Algérie, dont ils partagent les revendications avec avant tout pas de 5ème mandat pour le président Bouteflika, mais aussi le départ de l’ensemble de la classe dirigeante. Un système, disent-ils, qui n’est plus en adéquation avec les préoccupations de la population et des jeunes en particulier.Ils réclament un changement pacifique. Beaucoup insistent sur ce point.
 
Un sentiment d'humiliation
 
Ils évoquent même un sentiment d’humiliation. Une humiliation pour le peuple algérien, mais aussi pour le président Bouteflika lui-même, qu’ils estiment maltraité, finalement. Ils n’ont pas de ressentiment envers le président. Beaucoup saluent même son action sur le pays, mais tous pensent qu’il est désormais temps de tourner la page et qu’il convient pour eux - les gens de la diaspora -, de montrer leur soutien à la mobilisation massive qu’il y a actuellement en Algérie.
 
Certains espèrent encore qu’Abdelaziz Bouteflika retire sa candidature d’ici ce soir ou en tout cas qu’il ne la dépose pas. Ce serait pour lui un départ digne, disent-ils. D’autres, encore, estiment qu’un report des élections est la seule solution pour des élections crédibles et transparentes et pour faire émerger éventuellement de nouvelles figures à cette tête de l’Etat.
 
Autre point intéressant : beaucoup manifestent pour la première fois, dont des jeunes qui n’ont connu finalement que l’ère Bouteflika et qui estiment que la classe politique est totalement déconnectée de leur réalité. En revanche, la plupart des manifestants interrogés estiment qu’il y a peu d’espoir que le président Bouteflika ne dépose pas sa candidature aujourd’hui.
 

Rfi

Dimanche 3 Mars 2019 - 15:54




1.Posté par Mohamed Djamel le 03/03/2019 16:28
Je pense que le moment est venu d’écouter notre jeunesse et de répondre à ses attentes. Notre language à nous, les vieux, est complètement incompréhensible. Laissons nos enfants s’occuper de leur avenir et de celui du pays. Leur language est clair : le changement. N’ayons pas peur de ce mot. Accompagnons nos enfants dans leur combat légitime, celui de la jeunesse, de la science, de la connaissance, de la transparence, de la justice et de l’égalité. C’est un combat pour la démocratie, la liberté et la dignité. Ne gâchons pas cette merveilleuse occasion. Une occasion historique. Il suffit d’écouter et de ne pas perdre de temps. Ayons le courage de nous regarder dans une glace et de dire « ça suffit ! », « nos enfants ont grandi maintenant » et « nous avons vieilli maintenant ».

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter