Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)

Accord de principe annoncé par le Gouvernement avec les syndicats de la Santé: le Sutsas apporte des précisions



Après l’accord signé le 25 avril passé avec le ministère de la Santé et de l’Action Sociale, les syndicats des professionnels de la santé, à travers des représentants a rencontré le gouvernement du Sénégal pour trouver des accords afin de surseoir à leurs grèves menées dans le secteur de la santé.

Selon Yakhoba Fall le Secrétaire général national adjoint du Syndicat unique des travailleurs de la santé et de l’action sociale (Sutsas), joint par PressAfrik, des propositions ont été faites aux syndicalistes, mais aucun accord officiel n’a été encore signé.

En effet, l’Etat du Sénégal a proposé d’ajouter des indemnités de logement dans le salaire des travailleurs qui s’élèveraient à 50 mille francs selon notre interlocuteur. Un montant que les syndicalistes ont refusé, car ils veulent la même somme que les enseignants, c’est-à-dire 100 mille francs.

« Après quelques échanges entre les parties, seul un accord de Principe  a été trouvé. Ce dernier comporte des propositions qui n’existaient pas encore dans les contrats de travail des travailleurs de la santé en vue d’améliorer leurs conditions. Ce qui se rapporte plutôt à des négociations qu’autre chose », confie M. Fall.

D’après la source de PressAfrik, « les responsables des syndicalistes présents lors de la rencontre, à savoir : And Gueusseum, la fédération des travailleurs de la santé, le syndicat Autonome de la Santé (Asas) et autres sont retournés auprès de leurs bases afin d’informer les autres membres. Ce, en vue de prendre une décision finale ».

Par ailleurs, ils ont prévu de se réunir demain 7 mai dans leurs sièges. Pour le moment, ce qu’il faut retenir de cette rencontre, c’est qu’il n’y a pas d’accord officiel entre l’Etat et les syndicats de la santé, car il n’y a pas d’accord acté, c’est-à-dire dire signé. Ils sont toujours dans le stade des négociations, note notre interlocuteur. « Le plus important, c’est que des propositions sont déjà sur la table en vue de mettre fin aux grèves », déclare Yankhoba Fall.

Les syndicats des professionnels de la santé étalent depuis quelques mois une plateforme revendicative jusqu’ici non satisfaite. À cela, s’ajoute une tension issue de la mort présumée par négligence d’une patiente Astou Sokhna en couches à Louga. Un vaste mouvement de soutien aux sages-femmes impliquées, actuellement arrêtées, avait conduit à une grève générale le 21 avril dernier.

Ndeye Fatou Touré

Vendredi 6 Mai 2022 - 13:38


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter