PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)




Afrique du Sud: le scandale KPMG



Afrique du Sud: le scandale KPMG
En Afrique du Sud, une autre grande multinationale est ébranlée en raison d'un scandale politique : KPMG, la firme d'audit, s'est débarrassée vendredi de toute son équipe de direction dans le pays.

Depuis juin dernier, la division sud-africaine du cabinet d'audit est éclaboussée par les 'Guptaleaks', des documents diffusés par la presse sur la famille Gupta et la corruption au sein de l'appareil d'Etat.
Cette affaire a déjà terrassé l'agence britannique de communication Bell Pottinger.

Tout a commencé quand le président Jacob Zuma et la riche famille d'hommes d'affaires indienne les Gupta ont été accusés de corruption massive. Les deux parties ont toujours nié leur implication dans ces versements présumés de pots-de-vin.

Mais pour les sociétés internationales qui ont travaillé en Afrique du Sud avec les Gupta, le scandale a pris une nouvelle dimension et fait des dommages. Bell Pottinger, l'entreprise de relations publiques a été la première firme à admettre avoir mal agi.

Le spécialiste en communication est même en train de faire faillite.

L'un des principaux cabinets d'audit au monde, KPMG, a avoué que "des erreurs ont été faites et des leçons douloureuses ont été tirées", après que sa division sud-africaine a touchée de très importantes sommes d'argent, versées par l'empire financier des Gupta.

Huit membres de son équipe de direction dont le directeur général en Afrique du Sud ont démissionné vendredi et KPMG vient d'annoncer que les fonds touchés seront donnés à des organismes de charité et de bienfaisance.

D'autres grands groupes concernés par les GuptaLeaks pourraient bientôt à leur tour défrayer la chronique, à l'instar de McKinsey, le cabinet de conseil américain.

Les membres de l'opposition assurent surveiller sa division sud-africaine, car McKinsey est accusée d'avoir fermé les yeux sur une affaire de corruption entre les Guptas et l'entreprise publique Eskom que le cabinet conseillait.

Mc Kinsey a nié ces accusations.


bbc.com

Vendredi 15 Septembre 2017 - 15:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter