Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Alpha Condé, Samuel Sarr, Karim Wade …, les bailleurs de Abdoulaye Wade



Alpha Condé, Samuel Sarr, Karim Wade …, les bailleurs de Abdoulaye Wade
« J’ai quitté le Palais avec moins de 700.000 FCFA en poche », avait révélé Abdoulaye Wade en 2017, lors d’une visite à Ndiassane dans la région de Thiès. Me Wade avait accusé le nouveau régime d’avoir bloqué ses indemnités d’ancien président.  Après un séjour en France,  il est retourné au Sénégal où il a logé à l’hôtel « Térou Bi », puis dans une villa haut standing, mais à quel frais. L’Obs revient sur son train de vie.

A l’époque, Wade disait avoir reçu d’un ami, cinq (5) millions FCFA, avec quoi il vit sans dettes. Et pourtant, lorsqu’il faisait cette révélation, le président se sert de la demeure de son ancien ministre des Affaires étrangères, Madické Niang, a mise à sa disposition pour ses séjours au Sénégal.

Madické Niang prend en charge tous les frais, mais il boude ce dernier qui s’est présenté à la présidentielle du 24 février dernier sans son accord et se retrouve dans l’un des hôtels les plus chers de la capitale. Là, il organise souvent des conférences de presse et reçoit beaucoup d’audience.

Alpha Condé,  président de la Guinée, a déboursé une première somme de 65 millions fcfa pour aider son ami », a dit un proche du président à nos confrères de L’Obs. Ce dernier déboursera, selon cette même source, deux fois encore cette même somme en faveur de Wade.

L’autre bailleur de Wade, selon le journal, c’est son ancien ministre de l’Energie Samuel Sarr. Il se dit que ce dernier lui aurait aidé à payer la fameuse facture d’hôtel, en contribuant à hauteur d’une dizaine de millions FCFA. Joint au téléphone, Samuel Sarr a souhaité ne rien dire par rapport à ce sujet.

De son exil au Qatar,  l’on dit que Karim Wade envoie souvent de l’argent pour contribuer à la prise en charge de ses parents, ajoute le journal.

Salif SAKHANOKHO

Lundi 23 Septembre 2019 - 10:36



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter