Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Coronavirus : sept bébés morts-nés au Zimbabwe en une nuit

​Sept bébés sont mort-nés à l'hôpital central de Harare au Zimbabwe, lundi soir, après que des soins urgents aient été retardés en raison de problèmes de personnel, ont confirmé deux médecins à la BBC.



Coronavirus : sept bébés morts-nés au Zimbabwe en une nuit
Les infirmières sont en grève dans tout le pays en raison du manque d'équipements de protection individuelle (EPI) et d'autres problèmes, et les maternités ont été débordées.

Un médecin a déclaré que les décès de lundi n'étaient que "la partie émergée de l'iceberg".

Le secteur de la santé a récemment été touché par un scandale d'approvisionnement lié au Coronavirus.

Il est allégué que des contrats de plusieurs millions de dollars ont été attribués pour acheter des fournitures à des prix gonflés - et le ministre de la santé a été limogé à cause de ces allégations.

Les décès survenus à l'hôpital de Harare ont d'abord été publiés par le Dr Peter Magombeyi, qui a tweeté :

"On nous a volé notre avenir, y compris nos bébés à naître. S'il vous plaît, arrêtez le pillage".

Deux médecins ayant une connaissance directe de la situation à l'hôpital central de Harare ont confirmé à la BBC que lundi soir, huit césariennes ont été pratiquées. Sept des bébés étaient mort-nés.

"Il y a eu une intervention très, très tardive", a déclaré un médecin, parlant sous le couvert de l'anonymat car il n'avait pas l'autorisation officielle de parler aux médias.

"Deux des mères avaient une rupture de l'utérus et ont dû être opérées très tôt. Les autres opérations ont été pratiquées en raison d'un travail obstrué, mais n'ont pas été faites à temps, de sorte que les bébés sont morts, coincés dans le bassin de leur mère".

Le médecin a décrit des scènes "terribles" dans les deux principaux hôpitaux publics de Harare, avec seulement une poignée d'infirmières et de médecins au travail à cause d'une grève.

De nombreuses petites cliniques de la capitale ont également été touchées, ou fermées, par une action syndicale qui a débuté en juin, incitant beaucoup de femmes enceintes à se rendre à l'hôpital de Harare, submergeant ainsi la maternité.

bbcAfrique

Jeudi 30 Juillet 2020 - 08:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter