Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Covid-19: la situation sanitaire est devenue plus fragile en France prévient Jean Castex

« La situation sanitaire n'est pas revenue à la normale, elle est même devenue plus fragile au cours des dernières semaines » en France, a prévenu ce jeudi le Premier ministre, Jean Castex, lors d'une conférence de presse commune avec Olivier Véran. « Il n'est pas question que nous baissions la garde dans les semaines à venir », a prévenu le chef du gouvernement.



♦ Frontière fermée avec le Royaume-Uni «jusqu'à nouvel ordre»
 
Jean Castex a annoncé que les frontières françaises avec le Royaume-Uni resteraient fermées « jusqu'à nouvel ordre » pour empêcher la propagation d'une variante du Covid-19, après que « deux clusters à risque » ont été détectés en France. « Nous avons décidé le 20 décembre dernier de fermer les frontières avec le Royaume-Uni et cette mesure sera prolongée jusqu'à nouvel ordre », a affirmé le Premier ministre, précisant que « seules certaines catégories de personnes » pourront la franchir, à condition d'être testées avant d'entrer en France.
 
♦ Couvre-feu à 18h
 
Jean Castex, a indiqué qu'une décision serait prise vendredi quant à une extension à 10 nouveaux départements du couvre-feu dès 18H00, déjà en vigueur dans 15 départements depuis une semaine. « Les derniers chiffres nous amènent à identifier dix départements supplémentaires », a dit le chef du gouvernement, en expliquant que « les décisions (seront) prises vendredi soir pour rentrer en vigueur dimanche », après des concertations menées par les préfets des territoires concernés.
 
♦ «Tous les établissements culturels fermés le resteront encore jusqu'à la fin de ce mois»
 
«Les musées, les cinémas, les théâtres, les salles de spectacle, les équipements sportifs ou de loisirs ne connaîtront dans les semaines qui viennent, aucun assouplissement», a prévenu le Premier ministre.
 
♦ Bars et restaurants ne rouvriront pas avant «a minima mi-février»
 
« Toutes les activités, tous les établissements, tous les équipements qui sont aujourd'hui fermés, les restaurants encore jusqu'à la fin de ce mois, les musées, les cinémas, les théâtres, les salles de spectacle, les équipements sportifs ou de loisirs, ne connaîtront, dans les semaines qui viennent, aucun assouplissement », a déclaré le Premier ministre. Un point sera fait avec les professionnels de la montagne le 20 janvier pour étudier une éventuelle réouverture des remontées mécaniques début février.
 
♦ Symptômes ou cas contact: arrêt de travail «immédiat» accessible à partir du 10 janvier
 
À compter du 10 janvier,« pour gagner en efficacité » face au Covid-19, une personne ayant des symptômes ou étant cas contact pourra s'inscrire sur le site de l'Assurance maladie pour obtenir un arrêt de travail « immédiat » indemnisé sans jour de carence. « L'Assurance maladie procèdera à un suivi systématique avec deux à trois appels téléphoniques sur 7 jours. Chaque personne déclarée positive se verra proposer à compter du 20 janvier une visite à domicile par un infirmier », a précisé Jean Castex.
 
♦ Les plus de 75 ans pourront se faire vacciner à partir de lundi 18 janvier
 
Les personnes âgées de plus de 75 ans pourront se faire vacciner « à partir de lundi 18 janvier » contre le Covid-19, a affirmé Jean Castex, en précisant que « 45.000 personnes » avaient été vaccinées au cours des cinq derniers jours. Ces vaccinations « se dérouleront dans des centres de vaccination » puisque « un centre par département a déjà été ouvert » soit « 100 sur le territoire », a ajouté le Premier ministre. « À partir de lundi il y en aura 300, puis 600 progressivement jusqu'à la fin du mois de janvier », a-t-il ajouté.
 
La vaccination est « également ouverte aux personnes en situation de handicap vulnérables qui sont hébergées en maison d'accueil spécialisées (MAS) et en foyer d'accueil médicalisé (FAM) », a précisé le chef du gouvernement.
 
Pour sa part, le ministre de la Santé Olivier Véran a dit « faire en France, mais aussi à l'échelle européenne, le maximum pour sécuriser un maximum de doses ». « Le monde entier est dans la même situation, achète les mêmes vaccins. Nous accompagnons les entreprises, y compris en Europe d'ailleurs, pour augmenter les chaînes de productions », a-t-il déclaré.
 
 
Le gouvernement entend désormais accélérer la cadence et annonce plusieurs mesures
 
♦ Reportage: les pharmaciens hospitaliers jouent un rôle crucial
Les centres agréés par le gouvernement vont se multiplier pour que les hôpitaux ne soient plus les seuls à être habilités à injecter les doses. L'objectif c'est un centre pour 100 000 habitants. Autant de lieux de livraison des doses. Dans cette tâche, les pharmaciens hospitaliers, à travers le pays, jouent un rôle crucial. Reportage au Centre hospitalier universitaire de Nice, dans le sud-est de la France.
 
Rémy Collomp, le chef du pôle pharmacie du CHU, nous guide dans les méandres des stocks de médicaments au sous-sol vers un lieu tenu secret du personnel non hospitalier.
 
« Le sacré congélo à moins 70 degrés, on va le baptiser un jour puisque tout le monde fait des photos de lui. Vous voyez que les vaccins sont très petits. »
 
Chaque département français a été doté d’un tel appareil. Pour les Alpes-Maritimes, il est ici, au CHU qui centralise toutes les doses, avant de les dispatcher dans les lieux de vaccination. Un défi logistique
 
« La contrainte très forte, c'est le temps. Et surtout que le périmètre bouge régulièrement. Ce n'est plus uniquement du public, c'est également du privé. Il y a des centres de vaccination qui s'ouvrent de manière un peu spontanée au niveau des différentes mairies. D'habitude on travaille moins avec ce type de structure en tout cas. Là, il nous reste à préparer pour les pompiers. Ils nous demandent rien aujourd'hui 40 flacons. »
 
Ce soir-là, un véhicule des pompiers est ainsi attendu, pour récupérer la commande. C’est Thomas Dantin, pharmacien, qui veillera au transfert des vaccins.
 
« On les sort au moment où le chauffeur est présent et ça part une fois qu'on a validé tous les papiers et en fait dans les 5 jours il faut vacciner. »
 
Le vaccin Moderna, attendu à la fin du mois, sera plus facile à conserver. Mais le même système de centralisation par département a été choisi, pour le diffuser.

RFI

Vendredi 8 Janvier 2021 - 09:01


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter