Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



#Covid19sn - "Dans ce contexte, pleins de gens ont la conviction d’être atteints", révèle une psychiatre



#Covid19sn - "Dans ce contexte, pleins de gens ont la conviction d’être atteints", révèle une psychiatre
Le Professeur titulaire de psychiatrie à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), a analysé l’état psychologique des Sénégalais dans ce contexte de la pandémie du coronavirus qui a touché à ce jour 142 personnes. Aida Sylla a révélé que pleins de gens ont la conviction d’être atteints, ce qui fait qu'actuellement, « tout le monde est sujet à de l’angoisse ».

« Dans ce contexte, pleins de gens ont la conviction d’être atteints. Quelqu’un qui entre chez lui qui éternue ou qui tousse ou qui a un tout petit peu mal, commence à se poser des questions : qu'est-ce qui se passe, qu’est-ce que j’ai ? », a déclaré la spécialiste en psychiatrie, dans l’émission « Objection » de Sud Fm de ce dimanche 29 mars 2020. 

Pr Aida Sylla a tenté d’expliquer les causes de ces signes du covid-19 : « Le rush des derniers jours, par exemple vous avez beaucoup de personnes qui ont changé leurs produits de ménage habituel parce qu’ils n’en trouvaient pas. Ils ont changé tel produit ou tel autre et ils ont fait une réaction, ils éternuent, ils pensent que c’est le coronavirus alors que c’est moins d’être le coronavirus ».

Néanmoins, a-t-elle soutenu : « À chaque fois, il faut prendre au sérieux les peurs de ces gens, les écouter et bien les rassurer, c’est-à-dire si on pense que ce n’est pas cela les rassurer, mais si on a un doute, les orienter vers les structures habilitées à accompagner pour faire ce qu’il faut ». 

S’agissant de l’angoisse suite à l’installation du virus au Sénégal, elle a informé que « Tout le monde est sujet à de l’angoisse. Aujourd’hui, je n’ai aucun critère pour dire que les femmes sont plus angoissées que les hommes ou vice-versa », a-t-elle précisé. 

La psychiatre qui dit bien connaître la société sénégalaise, a souligné tout de même que « les femmes ont beaucoup plus d’exutoire par rapport à l’angoisse ». Car, elle communiquent beaucoup entre elles, elles s’organisent, elles essaient de se soutenir mutuellement, ce qui est moins vu chez les hommes ». 

Aminata Diouf

Dimanche 29 Mars 2020 - 13:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter