Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



"Depuis mon excision, je suis quelqu'un de respecté"

L'excision en hausse en Ouganda

Il existe une pression sociale obligeant les femmes à s'adonner aux MGF. Celles d'entre elles qui ne sont pas excisées ne peuvent pas participer à certaines activités coutumières et sont toujours considérées comme des enfants. Cela incite certaines femmes adultes à se faire exciser.

La pratique, qui ne concernait auparavant que les adolescentes, a été interdite en Ouganda en 2010.

Le père de Mme Yeko, Arapkwures Chemegich, qui est opposé aux mutilations génitales féminines, affirme que la législation contre l'excision a créé des "poches de résistance".

"Quand nous avons essayé de l'arrêter, elle s'est débattue et a cassé la porte", dit-il, parlant de Sylvia Yeko. "Je pense que les MGF devraient être arrêtées, mais avec quelle méthode ? Cela ne devrait pas être quelque chose de forcé, ça devrait aller de pair avec l'éducation reçue par les gens", explique M. Chemegich.



"Depuis mon excision, je suis quelqu'un de respecté"
Ce 6 février, on célèbre la Journée internationale de la tolérance zéro à l'égard des mutilations génitales féminines (MGF). Une pratique concentrée essentiellement en Afrique et au Moyen-Orient. En Ouganda, de plus en plus de femmes adultes font volontairement recours aux MGF.

Sylvia Yeko a décidé de se soumettre à la mutilation génitale féminine (MGF) il y a trois semaines, à l'âge de 26 ans, alors que cette pratique est interdite en Ouganda depuis 2010.

Sa cérémonie de circoncision a eu lieu en public.

"Au cours de cette journée, je me suis sentie si fière. Avant ma circoncision, j'étais considéré comme un enfant, mais maintenant je suis quelqu'un de respecté", a déclaré Mme Yeko à la BBC.

Elle sait qu'elle pourrait être condamnée à cinq ans de prison parce qu'elle s'est fait exciser, mais elle insiste sur le fait qu'elle veut être identifiée.

Dans l'est de l'Ouganda, où elle vit, la mutilation génitale féminine est considérée comme un rite de passage obligatoire pour la femme, avant le mariage.

bbc

Mercredi 6 Février 2019 - 15:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter