Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Depuis que la FIFA a pris le contrôle de la CAF en 2019, l'économie de la confédération s'est effondrée...Par Philippe Auclair



Depuis que la FIFA a pris le contrôle de la CAF en 2019, l'économie de la confédération s'est effondrée...Par Philippe Auclair
Depuis que la Fifa a pris le contrôle de la Caf en 2019, l'économie de la confédération s'est effondrée. Maintenant, ils sont au bord de la faillite

En novembre 2019, obéissant aux ordres de la Fifa, la Caf a brusquement mis fin au contrat d'un milliard de dollars américains qu'elle avait signé avec le géant des droits médias Lagardère , qui devait être la principale source de revenus de la confédération pour la décennie à venir. 

Les conséquences de cette annulation ont été catastrophiques pour la Caf, comme le montrent ses nouveaux comptes audités, auxquels Josimar a eu accès, avec des détails choquants. Puisant dans ses réserves de liquidités qui disparaissent rapidement, avec des revenus en baisse, mais dépensant plus que jamais, le Caf de Patrice Motsepe est pratiquement en faillite.

De toutes les décisions que la Confédération africaine de football (Caf) a prises depuis que la Fifa a effectivement pris définitivement le contrôle de ses affaires il y a trois ans, aucune n'a causé plus de polémiques – et sans doute plus de mal – que sa résiliation brutale du contrat des droits médias. avait signé avec le géant français du sport et du divertissement Lagardère en 2016. La secrétaire générale de la Fifa, Fatma Samoura, secondée par certains des plus proches conseillers de Gianni Infantino, était devenue de facto la régente du football africain en août 2019. Trois mois plus tard, cet accord était mort ; ou plutôt, il a été tué.

Ce contrat, d'une valeur de 1,02 milliard de dollars américains sur une période de douze ans, a été imaginé par l'ancien président de la Caf, Issa Hayatou, et visait à doter la Confédération d'une assise financière solide jusqu'en 2028. Au lieu de cela, sans avertissement, le successeur de Hayatou, Ahmad Ahmad a mis fin à ce partenariat en utilisant un point litigieux du droit commercial égyptien – la Caf a son siège au Caire – pour justifier son action.

Ahmad, bien sûr, avait très peu de marge de manœuvre. Sorti de nulle part et soutenu par la Fifa d'Infantino pour usurper le poste de Hayatou en 2017, "l'homme silencieux" du comité exécutif de Caf n'était pas seulement lié par la gratitude envers ceux qui l'avaient mis sur le trône. Il savait que la commission d'éthique de la Fifa avait suffisamment de preuves en sa possession pour lui interdire toute activité footballistique si elle le souhaitait. Comme l'a révélé Josimarplusieurs mois auparavant, le président de la FA de Madagascar avait été impliqué dans l'achat très irrégulier de 4 millions de dollars américains d'équipements de football par la Caf à une société française, Tactical Steel, qui n'avait aucune expertise dans ce domaine et appartenait à un ami proche du conseiller le plus proche d'Ahmad, Loïc Gérand. Ahmad avait également détourné de l'argent de la CAF pour payer une visite privée et très coûteuse à La Mecque pour les membres musulmans de l'ExCo de la CAF et lui-même. Il devait faire ce qu'on lui disait ; on lui avait dit de rompre les liens avec Lagardère ; et il l'a fait (*).

« Perte globale »
Mais la saga Lagardère est loin d'être terminée, et pas seulement parce que la Caf peine – euphémisme – à trouver de nouveaux partenaires qui seraient prêts à intervenir et à générer des revenus comparables. Alors que le sujet est strictement interdit à la Caf, Lagardère, désormais détenue à 100% par la société d'investissement américaine HIG Capital, demande une indemnisation pour rupture de contrat. Selon des sources de l'industrie, l'entreprise réclame 80 à 100 millions de dollars américains, une somme colossale que la confédération n'a tout simplement pas les moyens de payer, la Caf étant en voie de faillite.

Josimar a vu les états financiers audités de la CAF qui seront soumis à la 44e assemblée générale ordinaire de la confédération le 10 août à Arusha, en Tanzanie ; et où que l'on regarde, les chiffres sont épouvantables, à commencer par une «perte globale» de 44,7 millions de dollars américains, une augmentation de 400% d'une année sur l'autre - et une augmentation de 700% par rapport à 2019, et plus du double du déficit que Caf avait prévu avant que Motsepe ne purge son administration après son élection en mars 2021 (*).


Les réserves de la Caf, qui s'élevaient à 131 millions de dollars lors du remplacement d'Issa Hayatou par Ahmad Ahmad, ont quasiment diminué de moitié depuis juin 2020, pour plonger sous les 50 millions de dollars.


Entre-temps, plus de 36 millions de dollars de trésorerie de la Caf ont disparu en une seule année. 


Ce qui est également frappant, c'est à quel point certaines parties essentielles de cet état financier sont peu détaillées. Il n'y a aucune ventilation des revenus des médias, du marketing et des droits de diffusion, contrairement aux états financiers précédents de la Caf, qui décrivaient combien chaque compétition de la Caf avait apporté ou apporterait. Peut-être que la Caf a cherché à simplifier sa déclaration ; ou peut-être était-il gêné, car le contrat Lagardère garantissait un revenu minimum de 72,5 millions de dollars pour la Coupe d'Afrique des Nations 2021, de l'argent dont la Caf pourrait bien se servir en ce moment.

Cela n'a pas empêché la Caf d' augmenter certains de ses frais administratifs. Les salaires et les "avantages des autres employés" sont passés de 4,7 millions de dollars américains à 6,6 millions de dollars de 2020 à 2021, malgré le fait que les nombreux conseillers de la Fifa qui ont été amenés depuis 2019 pour effectuer une partie importante du travail de Caf sont toujours payés par l'instance dirigeante du football mondial. Cependant, Josimar a été informé que leurs dépenses considérables ne l'étaient pas. Par exemple, Sandra Latorre, la directrice de cabinet du secrétaire général de la Caf, Véron Mosengo-Omba, vivrait depuis des mois dans un hôtel de luxe du Caire, alors que ses collègues d'origine africaine devraient chercher et trouver un logement en Egypte. capital par eux-mêmes; et payer aussi le loyer.

Comment Caf peut éventuellement survivre dans ces circonstances n'est pas clair. Il n'y a pas eu de véritables initiatives de réduction des coûts de l'intérieur, bien au contraire. Comme l'a rapporté Josimar , lorsque la FA zambienne a proposé un plan pour réduire les coûts opérationnels ruineux du Comité exécutif de la Confédération (estimés à près de 50 millions de dollars américains sur quatre ans), la réponse de la Caf a été de retirer leur motion de l'ordre du jour. de la prochaine Assemblée générale, pour des raisons politiques. 

La Caf n'a pas non plus modifié les mandats remarquablement généreux accordés aux membres de son Comité exécutif en fin de mandat, comme en témoigne la provision figurant dans les états financiers de cette année, qui garantit une prime de 500 000 dollars au président sortant de la Caf. , et une partie importante de celle-ci pour ses cohortes.


Dire que la Caf est également censée trouver un moyen de financer les plans grandioses de son président Patrice Motsepe pour une Superligue africaine des clubs, plans qui sont soutenus de tout cœur, sinon inspirés par Gianni Infantino.

Le résultat net de la mauvaise gestion de la Caf ces cinq dernières années est qu'actuellement, la confédération vit de son épargne, épargne qui, si l'hémorragie n'est pas stoppée, sera réduite à zéro d'ici deux ans maximum.

Dans ces circonstances, il faut s'attendre à ce qu'un certain nombre de rumeurs s'installent, la plus inquiétante d'entre elles étant que la Caf aurait commencé à utiliser les subventions "Forward" de la FIFA - qui sont destinées à être distribuées aux 54 associations membres de la confédération - pour payer ses opérations quotidiennes, ce que Josimar n'a pas pu vérifier.

Il s'est également tourné vers des sponsors douteux pour injecter de l'argent dans ses coffres, choisissant la marque quasi criminelle 1Xbet comme son "partenaire de pari" officiel , malgré des preuves accablantes que cet opérateur russe, qui est interdit dans des pays comme la France et le Royaume-Uni , est impliqué dans de nombreuses activités illégales et a même truqué des événements sportifs afin d'attirer les joueurs et de faciliter le blanchiment d'argent).

La question est maintenant de savoir si les 54 associations membres qui composent la Caf sont prêtes à demander des réponses à Patrice Motsepe et à son administration ou non. Pourraient-ils, pour une fois, regarder au-delà de leurs propres intérêts personnels ? La prochaine Assemblée générale à Arusha serait l'endroit idéal pour le faire.  

Car, comme le montrent les chiffres, attendre plus longtemps reviendrait à attendre que la bombe tombe en sachant très bien où elle tombera.

(*) Ahmad a tout de même écopé d'une suspension de cinq ans de la Fifa en novembre 2020, réduite ensuite à deux ans, juste à temps pour l'empêcher de se représenter à la présidence de la Caf, libérant ainsi la voie à Patrice Motsepe .

(*) Des documents officiels vus par Josimar, qui ont été validés par la Caf, indiquent clairement que les pertes de la Caf sur l'exercice 2020-21 étaient attendues à 21,9 millions de dollars américains .

Philippe Auclair, est un journaliste, consultant sportif, écrivain et biographe français spécialiste du football exerçant en Angleterre.

Fana CiSSE

Mercredi 3 Août 2022 - 11:17


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter