Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Des animateurs culturels exigent de l’Etat leur recrutement dans la fonction publique



Le collectif des animateurs culturels, est sorti de son mutisme après 10 ans de patience, pour exiger leur recrutement dans la fonction publique. Ces 50 diplômés de l’école nationale des travailleurs sociaux spécialisés, ont tenu un sit-in ce lundi devant les locaux du ministère de la Culture et de la Communication pour dire « non à l’injustice, au népotisme et au clientélisme politique ». Ils interpellent le Chef de l’Etat Macky Sall à régler le problème.
 
« Notre point de sit-in est simple. Ce que des animateurs culturels ont réussi à un concours organisé par l’Etat du Sénégal. Ça fait 10 ans qu’ils sont maintenus dans le chômage. Au même moment, on recrute des gens qui n’ont aucune qualification au niveau de leur poste. C’est la raison de notre rassemblement ici ce matin », martèle Ives Nzalé, coordinateur du mouvement des diplômés sans emploi du Sénégal.
 
M. Nzalé a réitéré leur engagement à poursuivre le combat. « Nous n’allons pas nous limiter là. Nous allons organiser un sit-in au ministère de la Justice, à la DER, et au ministre de la Fonction Publique. Parce que nous ne pouvons plus concevoir que l’on met des gens diplômés de côté, pour recruter des clientélistes politiques. Nous avons rencontré l’administration qui continue de faire la sourde oreille », dit-il.
 
Ndeye Astou Diba, Présidente du collectif des éducateurs spécialisés du Sénégal. « On nous a formés depuis 2007 jusqu’en 2011 à l’Ecole nationale des travailleurs sociaux spécialisés. Depuis la fin de notre formation cette année, cela fait 10 ans que nous attendons, nous ne pouvons pas intégrer la fonction publique. Alors qu’il y a un manque de personnel dans les services. Les enfants ont besoin des professionnels qui doivent les prendre en charge. Nous sommes au nombre de 50. Aujourd’hui, nous interpellons notre Direction, notre ministère de tutelle, et chef de l’Etat Macky Sall, car c’est lui l’autorité suprême pour que la situation soit réglée », a-t-elle déclaré.  


Lundi 19 Avril 2021 - 10:51


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter