Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



États-Unis: quand débutera le procès en destitution de Donald Trump?

Alors que les démocrates souhaitent le lancer le plus vite possible, le leader des républicains au Sénat, Mitch McConnell, a proposé ce jeudi de le retarder. Selon lui, l'ex-président américain a besoin de temps pour se préparer. Qui décidera du calendrier ?



Tout devait commencer dès l'investiture de Joe Biden. Après avoir voté pour destituer l'ancien président accusé d'avoir incité à l'attaque du Capitole le 6 janvier dernier, les démocrates de la Chambre des représentants ont signalé leur souhait d'un procès rapide. Selon eux, il est nécessaire de solder les comptes pour que le pays - et le Congrès, victime de l'assaut - puisse tourner la page.
 
Mais rien ne presse pour Mitch McConnell. Dans une réunion en audioconférence avec ses collègues sénateurs républicains, le leader du Grand Old Party à la chambre haute du Congrès a soutenu qu'il fallait donner du temps à Donald Trump pour constituer sa défense. L'ancien homme fort du Sénat propose donc de repousser le procès d'une semaine voire plus. Il ne devrait pas commencer « avant les environs de la mi-février » a déclaré le sénateur de l'Indiana, Mike Braun, après la réunion; cité par le Guardian.
 
Négociation bipartisane
Qui fixera donc la date du procès en destitution ? Certes, la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, peut donner le top départ en envoyant au Sénat les charges « d'incitation à l'insurrection » contre l'ancien locataire de la Maison Blanche. Mais le calendrier dépend aussi d'un accord entre Chuck Shumer, le dirigeant de la nouvelle majorité démocrate au Sénat, et Mitch McConnell.
 
Les démocrates ont conquis la majorité au Sénat depuis l'élection de Raphael Warnock et Jon Ossof dans l'État de Géorgie et l'investiture de Kamala Harris à la vice-présidence ce mercredi 20 janvier. Grâce à cette dernière, ils seront majoritaires d'une voix sur les républicains. Mais avec un avantage si ténu, l'opposition aura forcément son mot à dire sur la procédure de destitution.
 
Les démocrates espèrent conduire le procès tout en votant les lois prioritaires pour Joe Biden, dont le plan de lutte contre le Covid-19. Là aussi, ils auront besoin de la coopération des sénateurs républicains.
 
« Vote en conscience »
Nancy Pelosi doit envoyer les charges au Sénat ce vendredi. Les démocrates se montrent confiants sur la rapidité du processus, dans la mesure où tous les élus étaient présents et donc témoins du siège du Capitole le 6 janvier, nombre d'entre eux ayant fui face à l'assaut des émeutiers. « Ce sera bientôt, je ne pense pas que ce sera long, mais nous devons le faire », a assuré Nancy Pelosi ce jeudi, citée par le New York Times.
 
Pour la démocrate, ce n'est pas parce que le milliardaire a quitté la Maison Blanche ni que Joe Biden a appelé à l'unité, que Donald Trump mériterait une « carte de sortie de prison » pour son second impeachment historique. Ce serait, selon elle, « dangereux pour l'unité » du pays d'oublier que « des personnes sont mortes ici le 6 janvier pour discréditer notre élection, pour miner notre démocratie et déshonorer notre Constitution ».
 
Quant à Mitch McConnell, s'il a reconnu cette semaine que Donald Trump avait « galvanisé » ses partisans avant l'émeute, le leader républicain n'a pas dit s'il voterait ou non la destitution. Ce sera un « vote en conscience », a-t-il juste précisé à ses collègues du Grand Old Party.

RFI

Vendredi 22 Janvier 2021 - 12:51


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter