Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



#InsideUSA - "Croissance continue et exponentielle de la COVID-19: un manque de leadership politique décrié



Neuf mois après son arrivée aux Etats-Unis, le coronavirus continue plus que jamais sa croissance exponentielle en Amérique. Le 4 décembre, le pays comptait au total 14,174,983 cas confirmés de COVID-19. L’État de Minnesota où réside notre correspondant, compte 333,626 cas (selon les chiffres officiels de l’Université de Johns Hopkins ). Le pays a déjà enregistré 276,773 morts liés à la pandémie dont 3,843 dans le Minnesota.

Tout autour du pays, y compris le Minnesota, le coronavirus atteint récemment de nouveaux sommets. Selon le nombre officiel de New York Times, le Minnesota a enregistré un maximum de 7,863 nouveaux cas en fin novembre, cinq fois plus de cas par rapport à il y a un mois. En comparaison: cela représente presque la moitié de tous les cas du Sénégal, dans un seul jour, dans un seul État qui n’a qu’un tiers de la population du Sénégal.

Un manque de leadership politique
Qu'est-ce qui explique cette hausse vertigineuse des cas ? Peut-être un manque général de respect des gestes barrières contre le virus ? Ou un manque de leadership politique clair pour mettre en place une stratégie efficace contre la propagation de la pandémie.

Il semble que ça soit les deux. Rebecca Leighton, qui travaille dans la Santé publique à
 l’Université de Minnesota, trouve une racine claire: l’absence de direction gouvernementale. "Je pense qu’on manque vraiment de leadership fort… Il devait avoir bien plus de directives et de recommandations du gouvernement fédéral. Mais en lieu et place, la lutte contre la pandémie a été laissée à chaque Etat, ce qui a créé la confusion", explique-t-elle.

Les facteurs démographiques semblent aussi jouer un grand rôle. À travers les observations de Rebecca, les milieux ruraux contrastent visiblement avec les milieux urbains quand il s'agit des gestes barrières. "Je remarque que plus on est loin de la zone métro, plus la compliance avec les mesures de santé publique fondamentales (comme le port du masque et le respect de la distanciation sociale) devient mauvaise" précise-t-elle. Avant d'ajouter:  "Nos leaders nationaux devraient montrer la meilleure habitude et suivre tous les conseils de santé publique, mais ce n’est pas le cas".

Il y a au moins une solution simple, la même qui est employée efficacement autour du monde: la science au lieu des politiques. Il reste à voir à quel point les premiers vaccins seront distribués mondialement, ce qui dépend des régulations et des capacités médicales de chaque pays. Selon de nombreux d’experts, les premiers américains pourraient les recevoir avant la fin de décembre. Mais ces vaccins ne sont qu'une étape pendant que la crise va continuer. C'est une bataille sans ligne d’arrivée claire.

Ou comme Rebecca le dit: "On aurait pu éviter beaucoup de problèmes, si on avait donné la prise de décisions aux scientifiques et aux experts."

Si l'on compare avec les chiffres rapportés par les autorités sénégalaises sur la pandémie, on constate un écart bluffant et brutal de deux réalités. En effet à ce jour, le Sénégal compte 16 596 cas confirmés de Covid-19 pour 340 décès. Le contraste est plus que frappant avec les Etats-Unis.
 

Jake MARBLE, Stagiaire et correspondant de PressAfrik au Minnesota

Mardi 8 Décembre 2020 - 18:37


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter