Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Italie: l'Open Arms toujours bloqué en mer après 18 jours d'attente

Les naufragés de l’Open Arms sont bloqués au large de Lampedusa depuis 18 jours maintenant. La situation est critique. Une centaine de migrants sont toujours sur le navire humanitaire sans solution globale de débarquement. Lundi 19 août, l’Italie a finalement accepté d’évacuer quelques personnes.



Il reste un peu moins de 100 personnes à bord de l’Open Arms et l’évacuation des migrants se fait au compte-gouttes lorsqu’il y a un danger pour leur santé. Psychologiquement, tous sont de plus en plus fragiles, une personne s’est par exemple jetée à l’eau ce mardi. La situation est très difficile. Cela fait des jours que les migrants voient la côte à quelques centaines de mètres du navire.
 
L’ONG est actuellement en train de gérer une situation d’urgence. Le ministre des Transports s’est dit prêt à ce que les garde-côtes italiens emmènent les migrants en Espagne. Une proposition que l’ONG n’a jamais exclue.
 
Matteo Salvini, c’est Matteo Salvini, mais toutes les fois où la France a envoyé vers l’Italie à Vintimille, sans rien dire, comme ça, des jeunes, des mineures… Personne n’a rien dit !
 
Le bras de fer de Matteo Salvini sur les ONG n’a jamais été aussi loin et ce n’est pas un hasard du calendrier. Le ministre de l’Intérieur italien souhaite des élections le plus rapidement possible. Le Sénat se réunit d’ailleurs sur cette question, ce mardi après-midi.
 
À Lampedusa, l’ambiance est plutôt aux paréos, aux parasols et les scooters des mers des vacanciers pétaradent autour du port. C’est actuellement le pic de la saison. La présence du bateau ne perturbe ni les touristes, ni les habitants que l’on a pu rencontrer. Ce qui revient dans les conversations, c’est que l’Italie se trouve seule dans cette situation, comme toujours.
 
D’autant qu’à Lampedusa, les gens sont bien placés pour constater que, si Matteo Salvini s’en prend aux ONG et fait beaucoup de bruit sur Twitter, les migrants continuent à arriver chaque jour ou presque en Sardaigne, en Sicile ou à Lampedusa, à bord de ce que les Italiens appellent « les bateaux fantômes », de petites embarcations qui passent parfois inaperçues.
 
 
Ne pas savoir pourquoi le débarquement n’est pas autorisé ; ne pas savoir où, comment, et si ils arriveront à terre, crée beaucoup de tensions et ravive les traumas. Il ne faut pas oublier qu’ils ont vécu des tortures, des violences, des guerres pendant des mois voire des années pour certains. Donc se voir nier la possibilité d’arriver à terre est une nouvelle sorte de torture.

RFI

Mardi 20 Août 2019 - 11:26