Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Le jeune pêcheur se fait gruger deux millions et traduit ses démarcheurs à la barre

​Jeune pêcheur sénégalais vivant en Mauritanie, Cheikh Lèye était revenu au pays pour tenter de voyager aux USA. Malheureusement pour lui, après le versement de la somme de 1 million 900 mille FCFA à un démarcheur nommé Samba Dieng, l’ambassade des Etats-Unis lui a refusé le fameux sésame pour le voyage. Il a donc traîné ses escrocs à la barre du tribunal.



Le jeune pêcheur se fait gruger deux millions et traduit ses démarcheurs à la barre
Poursuivis pour le délit d’escroquerie, Saliou Leye et Samba Dieng ont nié les faits à la barre du tribunal de Pikine Guédiawaye. Le plaignant, Cheikh Lèye, a expliqué qu’il est rentré au pays après avoir vécu en Mauritanie où il a trimé dur pour faire quelques économies. Avec la cagnotte, il voulait voyager aux USA. Lorsqu’il s’en est ouvert à son père, ce dernier lui recommande d’aller voir son jeune frère Saliou Lèye qui travaille à Dakar.

« Je voulais partir aux USA et mon père m’avait conseillé de ne pas me presser en me disant qu’il me mettrait entre de bonnes mains pour me permettre de quitter le pays. Quelques semaines après, il m’a mis en contact avec son jeune frère du nom de Saliou Lèye. Celui-ci m’a rassuré dans un premier temps en m’assurant que je ne verserai pas un seul sou. C’est après qu’il m’a convaincu de remettre à Samba Dieng la somme de 1 million pour les frais de dossier. Depuis lors, il m’a trouvé un rendez-vous au niveau de l’ambassade. Malheureusement, les agents de la représentation américaine à Dakar m’ont refusé le visa. Les prévenus ont refusé de me rembourser mon argent alors pourtant que je n’ai pas pu voyager » a expliqué le pêcheur à la barre du tribunal.

Selon Saliou Lèye, son frère lui a recommandé son fils Cheikh Lèye pour qu’il lui facilite l’obtention d’un visa. « On m’a mis en contact avec Samba Dieng qui avait la possibilité de le faire voyager pour une foire. Il m’a demandé la somme d’un million pour la constitution d’un dossier au niveau de l’ambassade. Malheureusement pour lui, les choses ne sont pas passées comme prévu. Samba Dieng avait même tenté de l’amener au Canada, mais cela a encore foiré. Un jour, j’ai reçu une convocation pour venir répondre à la police et puis me voilà » a-t-il poursuivi.

Pour sa part, Samba Dieng a soutenu qu’il n’a jamais assuré à Saliou Leye l’obtention d’un visa. « Lorsqu’ils sont venus me voir, je leur ai dit que je ne suis pas un diplomate et je ne travaille pas dans une ambassade. Je leur ai expliqué que le visa ne se vendait pas. Mais compte tenu de mon expérience du fait de plusieurs voyages que j’effectue à l’étranger, je peux les aider à confectionner un dossier pour la facilitation d’un visa. Pour cela, je leur ai demandé la somme de 800 mille FCFA. Au moment de payer les frais dans une banque, j’ai appelé Saliou Lèye pour qu’il aille payer et me remettre le quitus. Le montant est de 100 mille FCFA. Je lui ai alors pris rendez-vous pour l’ambassade, mais son visa a été rejeté... Puis, un de ses amis lui a envoyé une invitation pour le Canada. Il s’est encore rabattu sur moi pour les papiers y afférents. Mais cela n’a pas abouti non plus », a expliqué M. Dieng.

Usage de fausse qualité
Pour Me Cheikh Tidiane Seck de la partie civile, les prévenus ont tous les deux fait usage de fausse qualité. « C’était dans l’objectif d’établir un visa que les sommes d’argent ont été versées. Mais, toutes les pièces du dossier sont fausses. On a fait obtenir à mon client une carte de commerçant, on l’a marié à une femme qu’il ne connait pas. Ils se sont prévalus de qualités qu’ils n’ont pas. Pourquoi lui faire croire qu’en lui établissant ces dossiers, il allait obtenir un visa ? Ils ont continué après à lui demander de l’argent pour le faire voyager au Canada après l’échec des USA. Saliou Lèye a directement perçu de l’argent. Ils ont travaillé de connivence alors qu’ils savent que le visa ne se vend pas. Je sollicite de les déclarer tous coupables, nous allouer pour toutes causes de préjudices, la somme de 5 millions FCFA », a plaidé la robe noire. Le procureur a requis l’application de la loi.

Le duo d’avocats de la défense a plaidé pour la relaxe. Me Mariama Dia a soutenu que les faits d’escroquerie ne sont pas très clairs. « Où sont les manœuvres frauduleuses? Mon client a été très clair dès le début de l’opération. Il leur a dit qu’on ne vend pas le visa. Mais, il leur a dit qu’il peut les aider à monter un dossier moyennant la somme de 800 mille FCFA. C’est ainsi qu’il lui a cherché un Ninea, une carte de commerçant import-export, un certificat de mariage ... Pour que ce délit soit établi, il faudrait qu’on vous établisse la fausse qualité, or, il n’y en a pas. Je demande de les relaxer purement et simplement » a plaidé l’avocate de la défense.

Me Domingo Dieng, l’autre avocat de la défense, a abondé dans le même sens que sa consoeur. « Il leur a dit : « Je ne suis pas diplomate et je ne délivre pas de visa. Il a confectionné un dossier pour le plaignant et ses compétences s’arrêtent là. Il n’a commis aucune faute. C’est quelqu’un qui a rendu service. Soit, il est un héros, soit il est un zéro et envoyé au gnouf. Mais dans ce cas précis, il n’est ni l’un, ni l’autre. Je demande la relaxe. Mon client a beaucoup souffert de ce dossier. Rendez-lui service en lui donnant la liberté » a plaidé Me Dieng. L’affaire est mise en délibéré pour le 10 août prochain.

Le Témoin

AYOBA FAYE

Jeudi 24 Juin 2021 - 13:50


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter