Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Les révélations glaçantes du "guérisseur" qui violait ses filles : « J’avais conclu un pacte avec le diable »



Les révélations glaçantes du "guérisseur" qui violait ses filles : « J’avais conclu un pacte avec le diable »
De graves révélations ont été faites par le guérisseur Souleymane Aïdara, arrêté le 19 novembre dernier, à Yeumbeul (banlieue dakaroise), suite à l’affaire de viol présumé de ses deux filles âgées entre 16 et 18 ans. Interrogé sous le régime de la garde-à-vue, il est passé aux aveux avant de confier aux enquêteurs avoir « signé un pacte avec le diable à Abuja (Nigéria) » qui lui a demandé de coucher avec ses filles et de « recueillir le liquide vaginal ».

« Je suis un guérisseur et je pars souvent au Nigéria pour acquérir des connaissances mystiques. La dernière fois, c’est avant le mois de Ramadan. J’ai adhéré à une secte à Abuja. Après avoir fait mes preuves en matière de "listakhar", j’ai eu une rencontre avec le guide suprême. Ce jour-là, j’ai dû sacrifier à un rituel consistant à me laver les mains et les pieds avec une eau sacrée », s’est-il confessé. 

Il a poursuivi : « C’est par la suite qu’un membre de la secte m’a annoncé que j’avais conclu un pacte avec le diable et qu’il faudra honorer mon engagement en obéissant à toutes les instructions du guide suprême. J’ai pris peur et j’ai demandé à quitter la secte ». 
"Pour éviter la mort de mes deux fils, ils m’ont demandé de coucher avec une de mes filles"

Le mis en cause d’ajouter : « Pour me libérer, il fallait que je leur apporte 30 têtes de singe, un doigt ou encore du sang d’un membre de ma famille. Sinon, ils allaient sacrifier mes deux fils si je quittais la secte. Après moults efforts, je n’ai pu trouver qu’une tête de singe. Cela n’a pas suffi. Et pour éviter la mort de mes deux fils, ils m’ont demandé de coucher avec une de mes filles et de recueillir son liquide vaginale ». 

Son audition terminée, informe Libération, qui a parcouru le Pv (Procès-verbal), le procureur du Tribunal de Pikine-Guédiawaye a aussitôt ouvert une information judiciaire pour "viols par une personne ayant autorité, pédophilie, détournement de mineurs et charlatanisme" contre Souleymane Aïdara, né le 7 juillet 1975 à Pikine.
« Mon père me violait depuis que j’ai 7 ans, j’ai 16 ans aujourd’hui »
L’une de ses filles, H.Aïdara a confié aux limiers qu’elle est victime de viols de son père depuis qu’elle a 7 ans. « Quand j’avais 7 ans, mon père avait loué une petite chambre non loin de chez nous pour y recevoir ses visiteurs et formuler des prières comme il se disait marabout. De retour de l’école arabe, ma sœur, A.Aïdara, ma cousine K.Ba et moi-même passions le voir là-bas. Il envoyait toujours ma sœur et ma cousine lui faire des courses. Il me caressait et me pénétrait. Depuis, il n’a cessé de me violer », a-t-elle raconté. Soulignant qu’elle n’a jamais parlé car son père l’a « menacé ». 

Agée aujourd’hui de 16 ans, H.Aïdara de préciser qu’elle continue de subir les sévices de son géniteur. « Durant le mois de ramadan 2021, il est rentré au Sénégal. Il est resté un moment sans rien faire, mais mon calvaire a repris. Récemment, il a commencé à me faire des attouchements et j’ai résisté. Il m’a menacé. Deux jours plus tard, il est venu me déclarer qu’au Nigéria, il faisait partie d’une secte maçonnique. Il m’a proposé d’entretenir avec lui des rapports sexuels tous les deux jours. Il m’a aussi déclaré que si je ne le faisais pas, son organisation allait tuer un de mes frères. Il m’a supplié de l’aider et j’ai alors accepté », a-t-elle avoué.

Aminata Diouf

Jeudi 25 Novembre 2021 - 08:47


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter