Connectez-vous S'inscrire
PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)


PRESSAFRIK.COM , L'info dans toute sa diversité (Liberté - Professionnalisme - Crédibilité)



Locales 2021: un nouveau report serait « une entorse à notre démocratie », déclare Ndiaga Ndiaye, candidat indépendant à la mairie de Mboro (Interview)

Candidat indépendant à la mairie de Mboro pour les Locales de mars 2021, Ndiaga Ndiaye a déclaré qu’un nouveau report de ces joutes électorales est une nouvelle entorse à notre démocratie, dans une interview avec PressAfrik, au cours de laquelle il est revenu sur plusieurs questions. Président du mouvement « Mboro Debout », il a appelé le gouvernement à trouver un moyen de réduire la création des partis politiques au lieu d’éliminer les candidatures indépendantes.



Monsieur Ndiaye, vous êtes candidat indépendant à la mairie de Mboro. Qu'est-ce qui vous motive à vous présenter ?
 
Je m'appelle Ndiaga Ndiaye, Président du Mouvement Mboro Debout et candidat indépendant à la mairie pour les élections locales à venir. Cependant, actuellement nous sommes en train de travailler avec des mouvements citoyens et des partis politiques de l'opposition pour la mise en place d'une grande coalition. Et il est possible que la candidature qui sera portée soit placée sous la bannière de cette coalition. Pour le moment, je suis candidat indépendant au nom de notre mouvement qui nous a choisis. Nous travaillons aussi dans cette dynamique là.

Ce qui nous motive à nous présenter, c'est une ambition que nous avons pour notre ville et le résultat d'un très long processus qu'on a commencé il y a une dizaine d'années. On s'était toujours dit qu'il fallait un jour se préparer pour proposer une alternative crédible pour la commune de Mboro. Après constaté des cas de mauvaises gestions répétées depuis 2002, il fallait  se préparer et travailler sur la mise en place d'une équipe compétente, suffisamment engagée et imprégnée des enjeux de la gouvernance locale. Voilà un peu ce qui nous motive à être candidat et nous espérons avoir suffisamment préparé le terrain, compris les problèmes de la localité et les solutions auxquels il faut leur apporter. Et c'est aussi pour satisfaire à une demande plusieurs formulée par une bonne partie de la jeunesse locale.
 
Le parrainage a été supprimé des élections locales. En tant que candidat indépendant, quelle est votre réaction ?
 

La suppression du parrainage pour les locales à venir n'apporte pas beaucoup de choses. Elle aura toutefois le mérite de nous avoir évité d'une situation électorale inutile. Pour moi, c'est inutile car en réalité le parrainage n'a jamais filtré les candidatures. Je n'ai jamais considéré que le parrainage permettait de limiter le nombre de candidatures. Je n'y ai jamais cru. En tout cas, pas pour le cas de Mboro où le collège électoral est estimé à un peu plus de 15.000 électeurs et sur la base du nombre de parrains requis auprès de chaque commune, Mboro tourne au tour de 150 parrains. Donc, vous comprenez avec moi que ce n’était pas un nombre compliqué à avoir. Pour moi,  ce n'est pas une procédure qui allait être très décisive par rapport aux élections à venir.
  
Est-ce c'est un avantage pour les candidats indépendants comme vous ? Ou vous étiez en mesure de réunir le nombre de signatures requis ?
 
Tout à fait! Je n'ai jamais été convaincu par la pertinence de la loi sur le parrainage. Je ne pense pas que sa suppression puisse impacter dans un sens ou dans l'autre le nombre de candidatures. Ce qui a toujours été mon avis est que le parrainage pourrait crédibiliser les candidatures, mais de les filtrer, non. Quelqu'un qui participe à ces élections après avoir rempli le nombre de parrains, il se dit effectivement crédible, car il y a au moins une dose de légitimité dans sa candidature. Mais ça ne garantit pas qu'on ne peut pas avoir beaucoup plus de candidatures que d'habitude sous prétexte de la loi sur le parrainage. Je pense que plus de 50 Mborois peuvent avoir 150 parrains. Auquel cas, est-ce alors pertinent de penser que cette loi peut limiter le nombre de candidatures? Je ne pense pas. On a donné au parrainage un rôle qu'il ne peut malheureusement pas jouer. C'est-à-dire limiter les candidatures. 

 
Les locales sont prévues en mars 2021. Mais tout porte à croire qu'elles pourraient être reportées à nouveau. Êtes-vous pour ?
 
Du tout! Ce qui est dommage et dont personne ne parle est qu'on est dans un pays ou personne ne sait quand est-ce que les élections se tiendront. Mis à part le Président de la République. Ce qui est quand même regrettable mais détestable dans une démocratie comme la nôtre. On aurait dû vraiment dépasser cette situation où il y a qu'un seul individu qui sait quand auront lieu les élections. Le président qui dit ne pas pouvoir agir sur son propre mandat en revenant sur sa promesse de faire un mandat de 5 ans, comment il pourrait agir sur le mandat des autres conseillers municipaux et départementaux? Donc, c'est une situation assez préoccupante pour tout démocrate et nous estimons qu'il est inconcevable de penser renvoyer à nouveau ces élections qui devraient se tenir depuis l'année passée. C'est une situation déplorable en tant que démocrate et républicain. Il faut s'en désoler, une démocratie comme le Sénégal ne devrait pas se distinguer dans ces pratiques anti-démocratiques. 

Elles sont à nouveau annoncées pour mars 2021 et rien n'est encore sûr qu'elles auront lieu à cette date. Il se pourrait qu'on les reporte à nouveau. Et si vous voulez mon avis, c'est non. Et jamais on ne devrait toucher au calendrier républicain. Avec le contexte lié  à la pandémie, le pouvoir pourrait être amené à reconsidérer la date qu'elle a annoncée. Mais pour nous ce sera une autre entorse à notre démocratie. Une autre entorse au calendrier républicain auquel tout le monde doit se conformer notamment le Chef de l'État.
 
Pour ce qui est de la caution, des candidats comme vous ne vous sentez vous pas désavantagés par rapport aux partis politiques classiques ?
 
Bien évidemment. La caution à 10 millions FCFA va forcément impacter sur les candidatures indépendantes. Il est beaucoup moins compliquée pour les partis politiques de mobiliser ce montant. On aurait dû faire une faveur aux candidatures indépendantes sachant qu'elles n'ont ni la structuration ni les moyens d'un parti politique. On aurait pu leur demander la moitié de ce montant. Pour les partis politiques qui sont très bien organisés, assez structurés et qui sont, plus ou moins, un peu partout dans les départements, la caution à 10 millions FCFA pour toutes les listes présentées au niveau d'un département c'est quand même dans leurs cordes. Ce serait plus juste à mon avis de demander une caution à 5 millions frs CFA pour les candidatures indépendantes.
 
Serez-vous en mesure de réunir la somme indiquée pour la caution (20 millions FCFA, soit 10 millions pour les locales et 10 millions pour les départementales)? Et si oui, quels mécanismes avez-vous mis en place pour obtenir ce montant?
 
Comment nous allons faire pour mobiliser ce montant? C'est une question à laquelle le Mouvement a déjà répondu. Ce que nous avons toujours compris c'est qu'un mouvement politique est une association privée qui ne s'identifie pas à une personne. Et par conséquent, il fallait que chacun participe non seulement pour la caution, mais aussi pour le budget de campagne. Donc ce sont les membres du mouvement, les sympathisants et les gens qui croient au programme que nous avons pour Mboro qui vont se cotiser pour mobiliser ce montant qui n'est pas petit tout de même. Et nous espérons pouvoir le mobiliser. Maintenant, il est possible que la dynamique qu'on est en train de mettre en place puisse porter ses fruits. Et il est attendu qu'au sortir de ces discussions qu'on puisse placer notre candidature à l'appréciation de cette coalition et sous la bannière d'une coalition de partis ou  de mouvements.
 
Une caution peut encore rester un procédé qui va plus favoriser les partis politiques classiques que les candidatures indépendantes pour un certain nombre de réalités. Même pour le remboursement, on fait la faveur à ses partis politiques. Par exemple un parti politique qui soumet trois listes dans un département et s'il arrive qu'il ait au moins un seul conseiller au niveau des trois listes présentées, ce parti reprend sa caution, deux semaines après les élections. Mais si c'est une candidature indépendante, il lui faut nécessairement trouver un conseiller dans la liste présentée, sans quoi vous ne serez pas remboursés.  Ce n'est pas du tout compliqué de se faire rembourser de toutes les façons. Cependant, on aurait dû donner la faveur aux candidatures indépendantes. C'est vraiment dommage, car ce sont des partis politiques qui prennent ses décisions au détriment des candidatures indépendantes.
 
J'aimerais faire comprendre aux gens que la caution véritablement n'a jamais permis de réduire le nombre de candidatures pour une élection. Si vous prenez l'exemple de l'élection présidentielle, plus la caution est importante plus il y a des candidatures. Donc cette caution n'a jamais régler les candidatures. Ce qu'il faudrait mettre en place, c'est un système qui puisse limiter les partis politiques. Pour moi, c'est vers ça qu'il faut aller au lieu de réduire le nombre de candidatures à travers la caution ou le parrainage, des procédés douteux.
 
Et puis, quand on est dans la logique de demander beaucoup plus aux personnes qui ont des ambitions pour leurs communes, leurs départements ou leur pays, on installe une forme de démocratie dite censitaire. Ce qui n'est pas bien. On ne peut pas être un pays pauvre et donner la gestion à des gens qui ont peut-être plus de moyens financiers et qui peuvent ne pas avoir les idées et la vision pour développer le pays. Ce sont des choses qu'il faudrait revoir. Des pratiques qui sont révolues.


Salif SAKHANOKHO

Jeudi 27 Août 2020 - 21:03


div id="taboola-below-article-thumbnails">

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >